Parapente Passion 06


Aller au contenu

Menu principal:


2021

Parapente



Le Vol Libre en 2021 !



22.10.2021 - Sospel

Belle journée en perspective. C'est à Sospel que Mario, Maurice, Audric, Nicolas et moi partons pour décoller de l'Agaisen. Audric devrait y faire son premier vol ce qui le rend tout excité et je le comprends je suis passé par cette expérience comme toute personne qui débute dans une activité. Arrivé à Sospel nous y laissons deux véhicules pour se proposer deux envols dont un pour le premier envol d'Audric au minimum. Arrivés sur le décollage de l'Agaisen nous constatons que nous sommes seuls. La biroute est orientée légèrement et faibelement Sud-Est mais déjà il est possible de décoller pour un vol plouf ce qui est très bien pour le premier vol d'Audric. Mario et Maurice s'occupe de lui en lui expliquant et en lui apportant les consignes à respecter. Il décolle en radio avec l'aide de Mario car Maurice a fait le fusible pour voir si tout est ok en terme d'aérologie et après avoir poser invite Audric à se préparer pour décoller. C'est Go pour lui, c'est parti le déciollage est propre. Auparavant des pilotes du club local sont arrivés et ont pu assisté au décollage. Ils n'en revenaient pas du très bon décollage que venait de faire Audric.... il faut dire qu'à Cagnourine il en a passé des heures à travailler avec son aile sous la bienveillance de Mario qui n'a pas compté pour lui apprendre à jouer avec l'aile. Comme toujours, le travail paye. Son atterrissage au bout de quelques minutes est tout aussi impeccable que le décollage. Il ne leur reste plus qu'à plier leur aile et remonter au déco où nous les attendons pour faire notre premier envol Nicolas, Mario et moi. Le temps passe, l'activité solaire fait son effet et les biroutes s'orientent différemment comme le ferait un tournesol. Tout le monde se prépare sauf Mario qui à priori ne se montre pas emballé à voler. Personnellement, je suis prêt à ne plus attendre pour décoller. En sortie de décollage je file du côté Est pour y voir ce que je peux y trouer mais rien de trascendant où je perds autant que je gagne. A la radio j'entends Maurice qui coache Nicolas qui a décollé derrière moi et le fais moner dans le ciel assez aisément mais c'est du côté Ouest du déco c'est à dire dans une zone inverse à la mienne. Têtu que je suis, je me dis que je devais trouver quelque chose pour monter au moins tout autant qu'Audric mais rien n'y fera, il me faut lacher la zone Est pour me refaire ailleurs. C'est en passant devant le déco que je commence à trouver du thermique qui me donne espoir autre que de zoner sans prendre de gaz. 200m de pris pour Audric selon Maurice ... avec cela, il ne me reste plus qu'à aller me placer au bon endroit. Effectivement ça monte avec du thermique qui demande à être exploité. Me voila à chercher véritablement à monter dans le ciel. Les thermiques sont là, que je tente d'exploiter au mieux ou plutot comme je le peux.



17.10.2021 - Tende

3 vols d'une durée totale de 2h25. Le premier vol s'est effectué sous l'U3 en décollant de la Cime Pépin avec survol du Fort Pépin, du Fort Tabourde, de la Baisse de Laguna, du Mont Court de la Pyramide. Ce vol là s'est terminé sur les fesses en disant merci à l'air Bag (cf randovol 2021). S'est ensuivi après avoir récupéré mon aile Delta à mon Chabotou 2 vols qui m'ont permis de survoler à chacun des vols le Mont Court. C'était bien thermique. Le plafond max fut 1914m d'alt.


16.10.2021 - Tende

Un vol de 1h39 avec un plafond de 1590m sous la Delta 40 avec survol de la Pyramide et de sa deuxième bosse.



15.10.2021 - Tende

C'est le jour de la Pyramidemania ! de mes deux vols de la journée ils ont consisté à survoler la pyramide en long et en large avec ma Delta 4.



14.10.2021 - Tende

La météo me permet de me mettre en l'air avec mon parapente Delta 4 d'Ozone. Je fais ce jour 2 vols pour un peu moins de 60 minutes en total temps de vol avec une alti. max de 1380m, juste de quoi rejpoindre et voler au devant de la Pyramide.



13.10.2021 - Tende

Ce jour-là, je vole avec la Delta sans que je trouve une ascendance qui puisse me permettre d'aller voler plus en arrière du décollage. Mon vol c'est limité à voler au-devant du déco de Cagnourine avec une altitude max qui se limite à 1216m.



02.10.2021 - Rochers de Gata

Lucien, Nicolas, Jean-Marc, Sylvain et moi sont les 5 pilotes du jour qui vont gouter à la masse d'air du jour. Mario qui devait venir vole ce jour ne nous a pas rejoint. En prévision météorologique, un peu d'Ouest est annoncée au dessus de 2000m d'altitude sinon c'est du Sud Sud-ouest qui devrait animer la basse couche et ventiler le déco de Cagnourine et ses alentours. Premier arrivé sur les lieux, je ne tarde pas à sortir l'aile pour tester la masse à partir de la planche de décollage puis de faire mon premier décollage en attendant l'arrivée de mes amis parapentistes. Ce premier vol m'amène jusqu'à la pyamide. De la haut j'observe l'arrivée pogessive de mes amis. Je rentre poser pour les saluer et raconter mes ressentis sur la masse d'air du moment. C'est à ce moment là, que nous voyons Sylvain arriver par la voie des airs en survolant le Bergiorin alors qu'il avait décollé de Campé (Breil-sur-Roya). Une belle performance de Sylvain et nous le félicitons. Après nous avoir raconté son vol, je reprends la masse d'air pour un deuxième vol puis un troisième.




01.10.2021 - Mon Court

Aujourd'hui avec des prévisions aérologiques laissant penser que ça devrait assez bien voler et de la disponibilité des pilotes locaux, il y a du monde sur le site de Cagnourine pour y décoller. Mario, Nicolas, Lucien et moi pour le premier envol. Puis est venu nous rejoindre Jean-Marc et Sylvain venu, quant à lui, par la voie des airs en décollant de Breil-sur-Roya. Si la journée est très ensoleillée, les conditions aérologiques dans le bocal tendasque se montrent péteuses et remuantes ce qui ne facilitent pas la gestion de la masse d'air. Lucien se fait une fermeture asymétrique de 3/4 d'aile ce qui lui ote toute envie d'aller plus loin. Cette fermeture s'est effectué à hauteur de la pyramide. C'est en enroulant du côté de la deuxième bosse de la pyramide que j'ai vu Lucien se faire secouer. Le métier lui a permis de gérer son aile mais bon, ça refroidit toujours un peu quand on vit cela. Pendant ce temps Mario et Nicolas se chauffe au-devant du décollage. Nicolas s'exerce à décoller et à reposer au déco pour s'y familiariser pendant que moi, je m'éfforce à taquiner les zonens ascendantes. Je repose au déco au bout de 35 minutes de vol. Nous échangeons entre pilotes des conditions aérologiques et de la fermeture de l'aile de Lucien en cherchant les raisons possibles de cet incident de vol. Pour moi, il serait interessant que Lucien fasse réviser son aile et surtout accès le révision sur le calage de l'aile. En effet, les fermetures à répétition que vit régulièrement Lucien me fait penser que la géométrie de la Gin Rebel n'est plus trop bien calée d'où les réactrions de l'aile en conditions de vol tonique. Pour le deuxième envol qui se fait vers les 14h Nicolas et Jean-Marc se trouve à devoir batailler pour reposer au déco. En effet, la masse d'air ne porte plus au-devant du déco et cette conditon a amené Nicolas à aller poser au terrain de Lamarcreuse. L'expérience de Jean-Marc qui connait bien le terrain de jeu de cagnourine lui a permis de gérer pour venir poser son aile sur la planche de décollage. Là aussi on se pose des questions sur le comment du pourquoi de ce changement aérologique. Nous patientons que les conditions changent pour une brise présente laminaire. C'est vers 14h45 que nous constatons que la brise est revenue et se montre animée de manière constante. Je me remets en l'air en guise de fusible pour ce changement aérologique positif. A partir de cet instant, je comprends vite que ce vol là n'aurien à voir avec le pécédent vol. En effet, je ressens une dynamique aérologique positive constante qui, non seulement me maintient en l'air sans perdre d'altitude mais en plus, les thermiques sont plus généreux et plus facile à gérer ce qui devrait nous faciliter la tâche pour nous élever dans le ciel et aller zoner vers d'autres horizons et c'est bien ce qui s'est passé pour nous tous. Pour Jean-Marc et Nicolas l'objectif le plus éloigné du jour fut le Pépin et pour Lucien et moi ce sont les oches de Gata sans chercher à rejoinde le erlief du Pépin qui était ps loin d'ête avale pr les nuages bien gris. Au chemin du retour pou alle poser nous avons essuyer, tous deux, quelques gouttes de pluie. Même chose pour nos deux amis pti un peu plus loin que nous en llant oser se fotte au nuage. Tous rentrés, tous posés et tous contents de cette belle échappée érienne et tous ensemble après une petite bataille en début de vol pou s'extirper de Cgnourine.


29.09.2021 - Tende

3 envols du site de Cagnourine à Tende sous mon aile Delta 4. C'est cela qui a animé ma journée vol libre.



28.08.2021 - Rochers de Gata

Grande journée de vol libre à Tende aujourd'hui en compagnie de Mario, Nicolas et henri puis est venu nous rejoindre en l'air maurice avec son aile montagne en décollant de Cagnourine. Premier décollage sur les coups de midi; Sur ce vol, les conditions aérologiques n'étaient pas suffisamment généreuses our aller plus loin que la pyramide. J'ai donc tournoyer dans le bocal tendasque pendant près de 75'. En effet, pas moyen de monter plus haut faute de trouver le thermique qui va bien pour aller plus loin. Il nous faudra attendre 14h10 pour sentir des conditions propices pour prétendre à aller sur d'autres horizons. Si pour le premier vol c'est Mario qui a fait le fusible, cette fois -ci je me jette dans la masse d'air le premier. Aussitôt mis en l'air



24.09.2021 - Fort Central et Fort Tabourde

Très belle journée, bien éclairée, sans vent en basse couche mais avec un peu d'Ouest de prévu à partir de 2500m environ, pas de nuage à perte de vue, qu'un ciel bleu pur au matin. Avec Maurice et Mario nous montons au Col de Tende pour voir si on peut y décoller et faire un vol. Nous sommes plein d'optimisme alors on se voit déjà faire le grand tour de la vallée et pourqyoi pas revenir chercher la voiture de Mauice qui restera qu'on laisser près du Fort Central. Arrivé au col, le ciel est toujours aussi dégagé de nuage, il faut regarder bien au loin pour apercevoir, côté littoral, des cumulus. On se dit soit on a des thermiques bleus et va falloir les chercher ou bien l'activité n'a pas encore démarré ici. Tout d'abord, on attend un peu avant de sortir les ailes. En effet, la brise si elle est est présente en Sud, elle ne montre pas de tonicité suffisante pour qu'on y décolle sans se risquer de faire un plou et ne pas pouvoir reposer au déco. Nous restons donc en attente d'un forcissement de la brise de vallée. On patiente donc, puis tout doucement, la brise se fait plus sentir plus dynamique. Toutes les ailes sont dehors, je suis le plus promt à décoller. Après quelques levées d'ailes qui mle font dire qu'effectivement, ce n'est pas atomique et que kles mêches sont encore humide. Pour autant, je me tnete à prendre la masse d'air. Je dois batailler pour remonter suffisamment haut pour venir reposer au Fort alors que mes amis ont encore leur aile au sol. Je ne laisse pas tomber l'aile au sol pour repartir aussitôt ... je sais maintenant qu'il est possible de tenir avec quelques zones porteuses mais dans mon premier envol, j'ai eu de gros doute pour réussir à reposer sur le plateau près du Fort Central. En vol les conditions sont toujours aussi timides, Maurice finit par se mettre en l'air aussi. Il prend le plus qu'il peut pour tenter de partir vers le Fort Pernante je pense. Pour ma part, étant devant lui, je file à longer la crête qui nous y amène. Je pars avec peu d'altitude et je cela me sera fatal car sur la transition vers le fort je vais me trouer et ne vais jamais pouvoir le refaire au niveau du Fort Marguerie où je pense que je ne dois pas tenter plus au risque d'être trop bas dans les pentes et compliqué pour poser pieds. Je me décide de chercher à poser pendant que Maurice, plus connaisseur du coin à mieux gérer cette faiblesse aérologique pour rester sur les pentes des reliefs mais en son haut porès des crêtes. Quand j'ai posé en me faisant au passage mal au pied droit, les yeux vers le ciel, je ne voyais plus l'ami Maurice. Je remonte mon aile en corolle jusqu'à la piste pour la fourguer en vrac dans son sac avec l'intention de monter la pente qui mène vers le Fort Pernante. je n'abandonne pas l'idée de revoler au moins pour retourner au Fort Central où semble être resté mario qui n'a pas décoller en voyant que les conditions n'étaient pas généreuses du tout, mais Maurivce, je n'en savais trop rien pensant qu'il fut parti vers d'autres horizons plus lointain en faisant le tour.



23.09.2021 - Tende






18.09.2021 - Mt Court

Des conditions aérologiques permettant de faire un vol sans pour autant avoir des conditions fumantes (plafond bas dépassant tiout juste les 2000m d'alt.), c'est ce que dame nature propose ce jour. Je prends mon aile pour monter au déco après avoir passer l'info sur le groupe Roya parapente. Il est près de midi quand j'arrive à Cagnourine. Mario est déjà sur la planche aile déployée et prêt à décoller. Un petit coup d'oeil sur les manches à air et flamêches me permet de comprendre qu'il n'est pas utile d'attendre plus longtemps. Je ne tarde pas à me préparer pour m'envoler après quelques ajustements de levées d'ailes pour décoller dans de bonnes conditions. Au bout de quelques minutes j'ai le plaisir de raccrocher la pyramide. Entre temps, Lucien a sorti à son tour son aile pour nous rejoindre dans la masse d'air. Dans un premier temps j'ai eu assez de mal pour survoler la Pyramide mais par la suite j'arrive à exploiter des zones ascendantes qui m'ont permis de rejoindre la deuxième bosse qui se trouve plus en Nord-Est de la Pyramide. C'est à cet endroit où je vais pouvoir me hisser dans la masse d'air




17.09.2021 - Pyramide

Après 2 jours de temps pluvieux, le ciel bleu pour du matin m'incite à aller voler d'autant qu'au village de Tende, il n'y a aucune perception de vent à 10 heures et quelques petits nuages (cumulus) viennent matérialiser des zones ascendantes au-dessus des crêtes aux alentours de Tende. Comme il a plu ces derniers jours et que les sols sont bien humide, j'attends quasiment midi pour monter au déco de Cagnourine. Bien m'en a pris car lorsque je suis arrivé au déco, si les manches à air sont dans le bon sens, ces dernières montrent aussi que l'aérologie est encore bien trop "timide" pour me mettrre en l'air. Je prends alors le temps de me préparer. Ce n'est que vers 12h30 que je trouve que les conditions de vol commence à être présentes. A 12h35, je suis en train de voler pour exploiter les zones qui portent. Il me faut travailler ces dernières pour me reciler en arrière afin d'atteindre le niveau de la Pyramide. A force de bataille j'obtiens une altitude max de 1523 m avec un gain de 415 m. J'ai décollé avec des moutons à proximité de l'endroit où l'on décolle et pour l'atterrissage, c'est un patou qui suit mon approche en aboyant. Heureusement qu'il est dans l'encol avec les moutons ce qui m'ote un certain stresse supplémentaire au moment du posé. Je ne cherche pas à plier mon aile comme d'habitude en prenant l'option de la fourguer en vrac dans le coffre de ma voiture pour éviter tout aléa risqué issu d'une rencontre entre l'homme et le chien Patou.



13.09.2021 - Mont Bergiorin (tende)

Les prévisions météorologiques observées sur météociel et Météo-parapente laissent présager des conditions thermiques et san vent jusqu'à +2500m d'altitude. Ceci motive à prendre son aile et à tenter un vol sympa. Il est 11h30 quand je sors mon aile pour la dépliée sur la planche habituelle du site de Tende à Cagnourine. Mario, un pilote local, était déjà sur place avec l'aile prête à gonfler, une Rush 5. Nous nous sommes dit si "c'est bon, on essaye de partir sur des horizons plus lointains que le bocal" et ni une ni deux, je lève l'aile une première fois, puis une deuxième pour me retrouver au sol par une mauvaise gestion de l'aile et une perte d'équilibre. Mario trouve que les conditions aérologiques sont encore u peu trop molles. Pour ma part, je considère les conditions autrement, ce n'est tout simplement que du thermique avec une brise de vallée pas encore complètement établie et ne se manifeste pas de manière linéaire. Nous sommes en saison automnale et la brise s'active plus tardivement par rapport à l'été. Je lève pour la troisièmpe fois mon aile mais cette fois-ci c'est bien pour prendre l'envol. En 10 minutes je suis à tournoyer autour de la Pyramide puis, quelques minutes après j'enroule du thermique assez ouissant au niveau de la deuxième bosse. Là, je travaille au mieux que je peux les zones ascendantes pour optimiser mon plaf à 2000m d'alt. tout en me décalant var le Mont Court pour me retrouver à 2170m d'alt en ayant pris à des moments des ascendances à +5.5 m/" au vario. en survolant son sommet. A cette altitude je me questionne vers quel horizon vais-je aller ! Je regarde vers le Nord, il y a plusieurs options comme le Fort Tabourde ou bien les Rochers de Gata. Si l'envie ne m'en manque pas je crois que ces options là je ne les choisi pas par manque d'énergie restante. Je me tourne vers le Sud, je vois mon ami Mario qui tourne dans le bocal et me dira qu'il n'avait pu raccrocher un thermique suffisamment organisé pour monter me rejoindre. Il fut assez surpris de m'avoir vu atteindre la pyramide aussi rapidement .... mais je vois aussi le sommet du Bergiorin qui semble me tendre les bras faut-il encore que je veuille aller les saisir avec un minimum de gnac. Je me dis que c'est le bon jour pour y aller d'autant que la veille je me suis senti assez à l'aise à gratter au-dessus de ses pentes en versant Roya mais je n'étais pas allé au bout pour survoler le Mont Bergiorin. Alors je glisse du Mont Court vers le Bergiorin comme je l'avais fait la veille. A l'approche de ce mont, j'ai un taux de chute assez important comme toujours (c'est l'endroit où l'on va pour perdre de l'altitude sans aucune manoeuvre de descente rapide lorsque c'est fort à Cagnourine). Mais dès que je suis au relief, le bip positif de mon vario Gps se met à parler. A partir de là, ce ne sera plus quasiment que de la montée. J'assure mon gain d'altitude avec un zonage de travail par des virages en huit tout d'abord puis lorsque j'atteints une altitude suffisante et une puissance de thermique qui me permet de virer en 360 pour profiter de la vue et optimiser le gain je n'hésite pas. Si je suis sur le relief le plus haut du Mont Bergiorin, et que je veux transiter pour survoler son sommet, mon bip me signale un taux de chute qui ne m'inspire guère à continuer pour survoler le sommet. Satisfait d'être où je suis, je m'en retourne vers la zone ascendante qui m'a amené bien plus haut que l'altitude du Bergiorin (1676m) en atteingnant les 1873m d'alt à mon GPS. Je ne suis pas en position de survol de ce dernier mais en son avant côté Sud-Ouest. J'observe le village de la Brigue à ma gauche et saint Dalmas de Tende devant moi. Après avoir décidé de quitter les lieux pour rejoindre le versant droit de la Roya du côté Piste Speggi, durant la transition, en pleine vallée de la Roya mon bipeur s'est remis à s'actionner très activement. Il y avait de quoi enrouler aisément pour faire un gain d'altitude assez conséquant. D'ailleurs c'est à +1900m (1956m d'alt.) sans chercher à monter que je me retrouve lorsque je survole la Roya. Mais fatigué, je ne cherche pas à continuer le vol mais plutôt à rentrer pour poser. Mais avant cela, je poursuis mon retour par le relief du versant droit (versant face à l'Est) pour survoler les Rocher de la Via Ferrata et de la chappelle de St Sauveur. Rejoindre la Pyramide me vaut une belle perte d'altitude durant la transition mais insuffisante pour aller poser. Je dois prolonger mon vol en prenant la direction du village pour perdre encore plus de gaz afin de rentrer cette fois-ci pour poser sur les planches de cagnourine. Voilà un bien sympathique vol qui m'a permis de voler au-dessus d'un relief que je n'avais, jusqu'ici jamais vu d'en haut. Posé entier posé content c'est cela qui compte pour moi. Je n'ai que plaisir de voler sous mon aile que ce soit dans mon bocal de tende ou sur d'autres horizons plus lointains. Ce qui me motive c'est de voler tout simplement. Ce vol s'est terminé au bout de 58 minutes.



12.09.2021 - Mont Court (Tende)

Belle journée pour le vol libre en compagnie de mon aile Delta 4 pour taquiner la masse d'air tendasque et de Sylvain venu de la Breil-sur-Roya spoécialement pour voler. Un seul vol de la journée pour Sylvain et moi. Ce vol m'amène à 1981m max d'alt. en allant survoler le sommet du Mont Court. C'est au dessus de la crête qui relie la deuxième bosse de la Pyramide au Mont Court que j'ai fait le plein. Sylvain m'ayant rejoint au Mont Court décide de continuer sa tournée en allant vers le Nord-Ouest en passant à gauche du Fort Tabourde, plutôt au-dessus de la Roya en suivant le nuage. Il s'enterrera entre le Fort Marguerie et le Fort Pernante faute d'éclairage chauffant. En effet, dans ce coin tout était sous nuage donc à l'ombre alors que le Fort Pépin était encore ensoleillé. Pour ma part, , je fais le chemin contraire, je prends cap sur le Sud tout simplement pour rester dans le bocal et poser quelques dizaines de minutes après. Notre décollage c'est effectué en fin de matinée. Je me contente de cela après avoir décoller en fin de matinée pour des conditions uniquement thermiques où il fallait que je tienne mon aile quand je quittais l'ascenseur.



11.09.2021 - Mont Court (Tende)

Ce sont deux vols pour cette fin de matinée du 11 Septembre où Mario avec son aile Rush 5 était présent pour le premier envol. Puis sont arrivés Henri avec sa Gradient Aspen 5 et Dom avec son aile Advance Omega 8 pour nous rejoindre dans la masse d'air Cagnourinienne Si mon premier envol fut pour un vol de chauffe durant lequel il était difficile de monter, le second, avec une aérologie plus active, m'a permis de rejoindre et survoler le sommet du Mont Court avec un bon plaf. Un vrai régal ! Ce jour là, Henri est parti sur des horizons plus hauts en passant par le Mont Ciourt et Deveil et ce jusqu'au Fort Giaure pour tenter de survoler la Roche d'Abisse mais en vain. Son retour est passé par le Mont Chajol. Je n'ai pu en faire autant hélas mais suffisamment heureux d'avoir fait mon vol au Mont Court.



07.09.2021 - Tende

Une bien belle journée vol libre à Tende en cette journée plus ou moins ensoleillée. Point de vent jusqu'à 3000m d'alt c'est donc jouable en bocal. Je la commence par un randovol en partant de Cagnourine jusqu'au sommet du Mont Court. Cette sortie sportive a pour objectif de continuer mon travail à retrouver une condition physique qui me permettra d'aller plus loin sur des cimes plus lointaine. En effet, le covid19 étant passé par-là, celui-ci m'a fait une atteinte pulmonaire en y laissant des séquelles qui réduisent ma capacité à alimenter mon corps en Oxygène ce qui se fait énormément sentir lorsque je fais des efforts physiques. Mais pour améliorer tout cela, je me dois de m'activer pour solliciter mes poumons pour qu'il compense ce qui a été lésé. Bref, je démarre assez tôt ma rando pour ne pas décoller trop tard en matinée et c'est en 2h06 que j'atteins le sommet pour me préparer à décoller. L'envol s'est fait à 10h16 (cf randovol 2021). Une fois posé à Cagnourine pour ce premier vol que j'ai effectué avec mon aile ultra light (Ultralite 3 d'Ozone), Je pense à faire un deuxième envol mais cette fois-ci avec la Delta 4. Il me faut attendre que la brise soit mieux établie car c'est encore un peu trop mou. C'est à 11h47, que mon Syride s'est déclenché au moment au j'ai décollé. Un vol qui n'a pas dépassé la pyramide mais qui fut bien agréable avec une durée de vol de 41'25" pour un plafond de 1431m d'où un gain d'altitude de 313m. Une fois posé je m'en suis retourné à mon chabotou pour me reposer de ces efforts. Vers 16h, je remonte au déco, le soleil est toujours là malgré la présence de nuages. Nicolas doit m'y rejoindre après lui avoir proposé de faire un vol biplace pour lui montrer comment je fais mon approche au terrain pour y aller poser. 16h30, la brise est encore forte mais décollable. Je sors mon matériel biplace en attendant l'arrivée de Nicolas qui arrive quelques minutes après. Nico me demande si ce n'est pas un peu trop fort ... C'est soutenu mais gérable, on se prépare pour l'envol mais quand je vais pour accrocher l'aile Orca sur les écarteurs je me rends compte que ces derniers ne sont pas pourvu de mousquetons (ils sont sur les écarteurs souples du BiGloden 3). Du coup je monte ceux de Nico le temps du vol biplace pédagogique. Nicolas face au village et moi face à l'aile, la première montée est un échec consécutif à un temps de mou qui a provoqué une frontale. L'aile avait pris de l'énergie en montant et nous a fait reculer vivement et soulever du sol. Je demande alors à Nicolas de ne pas regarder l'aile mais plutôt d'avancer pour maintenir une pression sur les suspentes des avants ce qui devrait éviter le même phénomène pour la deuxième tentative. Cette fois-ci, on ne se fait pas avoir ! Et bien que je me fais soulever, Nicolas lui qui est bien plus grand que moi, reste au contact et applique correctement la consigne que je lui avais donné, à savoir de maintenir toujours une pression vers l'avant. L'aile stabilisée au-dessus de nous, on lâche la bête pour le décollage et hop, nous volons cette fois-ci. J'essaye tant bien que mal de prendre de l'altitude mais je n'arrive pas à atteindre les 100m de gaz qu'il nous faut prendre pour aller chercher, en arrière, du thermique qui va nous permettre de nous hisser jusqu'à la pyramide. Après une petite lutte, j'opte pour montrer à Nicolas une option d'approche pour aller poser sur le terrain d'où on venait de décoller. C'est ainsi que je lui montre une des approches selon les conditions aérologiques du moment. Bien posé à l'atterrissage avec contrôle de l'aile au-dessus de notre tête mais je me retrouve coincé par l'air bag de la sellette de mon passager qui est plus grand que moi. Je cherche à m'en défaire pour que je puisse poser les pieds par terre mais rien à faire ! Je me retrouve les pieds à plusieurs centimètres du sol coincé par cet obstacle qui me maintient sur le dos et la sellette de Nicolas. Il me fallait pourtant rabattre l'aile au sol pour nous libérer de cette incongrue situation. En freinant, l'aile part en arrière et nous fait tomber en arrière ce qui m'a valu de recevoir sur mon bassin le poids de mon passager. Le choc m'a valu une douleur vive au niveau des lombaires ... je suis resté un petit moment sans bouger. Je demande à Nicolas de détacher ses mousquetons des écarteurs pour que nous puissions nous libérer de cette fâcheuse posture puis je me relève sans trop de mal. Ceci ne m'empêche pas de penser à faire un autre vol avec mon aile solo. Nicolas quant à lui, a pu voir comment une approche peut se faire pour atterrir, ce qui peut l'aider à se projeter avec son aile solo. Moi avec mon aile solo prêt à décoller, Nicolas avec son aile pour gonfler, je lui demande s'il se sent de faire un voleto . Je le sens hésitant mais avec beaucoup d'envie. On n'est pas en radio pour éventuellement le guider si problème ou pour tout simplement le guider afin d'ajuster sa présentation au terrain si le cas s'en fait sentir mais de toute manière je poserai avant lui pour l'aider par la voix et les gestes. Mais avant cela, je me dois de vérifier si l'aérologie nous est docile et favorable pour un premier ou plutôt un deuxième envol pour Nicolas. En effet, il a déjà décollé ici mais c'était sous radio avec Lucien sur la fréquence. Il m'avait été retourné que l'atterrissage ne c'était pas trop bien passé. En regard de ce que j'ai pu voir du travail au sol de Nicolas, je me dis qu'il serait temps qu'il réitère un envol pour voir d'autant qu'il venait de voler avec moi et a vu. Je décolle donc pour tester la masse d'air. L'aérologie est au top !! pas trop fort et pas trop mou, des conditions idéales pour décoller et atterrir avec un peu de dextérité aux commandes et d'une analyse correcte de la distance qui nous sépare du sol lorsqu'on est en l'air pour se présenter au terrain au bon moment. Je passe devant le déco, en signalant à Nico que tout est ok. Quelques minutes après je vois Nicolas décoller avec sa Hook de Niviuk. Yes !!!! Comme c'est bizarre je ressens une grande satisfaction de le voir prendre l'air. Je partage le ciel un certain moment mais ensuite, je ne tarde pas à aller poser pour être prêt à l'aider du sol et intervenir au si besoin. Au sol, je le surveille, je lui donne des infos pour ajuster sa hauteur afin qu'il puisse se présenter et aligner correctement afin de poser sans encombre. Il lui aura fallu 6 approches pour finalement faire comme je lui avais indiqué du sol en rentrant plus dans le terrain. Il aura fait les oreilles (bel exercice) puis pour poser les pieds sur la planche du flapping !! Yepa Nicolas !!! Au prochain envol.



05.09.2021 - Pyramide

En cette journée, en compagnie de Vincent Caillau et de Bryan, j'ai pu faire deux envols avec la Delta 4. Le premier envol n'avait comme seul objectif de vérifier si les conditions étaient saines pour voler car Bryan qui n'est pas du coin a pour objectif de faire son premier vol sur le site. Bryan a une centaine d'heures de vol et me rassure qu'il a volé sur plusieurs sites et a pratiqué du vol de rando ce qui laisse deviner qu'il a déjà acquies une certaine expérience à s'adapter à l'environnement et aérologie. Mais avant toute chose, j'ai voulu essayer l'aile Nova de mon ami Vincent Caillau au gonflage. Une aile achetée d'occaz et qui présente un trou en intrados qu'il faut réparer. Gonflage fait, je repose l'aile au sol pour l'échanger avec mon aile afin que je puisse effectuer mon premlier vol de la journée puis un second 1 heure plus tard. Entre les deux, les condtions aérologiques ont changée pour des conditions de vol plus généreuses ce qui m'a permis d'aller rejoindre la Pyramide plus ou moins facilement avec un plafion de 1490m.



01.09.2021 - Tende

Un envol en fin de matinée avec la Delta 4 pour le survol de la Pyramide avec une altitude max de 1409m. Les conditions étaient très bonnes et agréables.




26.08.2021 - Mont Court

Deux envols envol avec la Delta 4 en décollant de Cagnourine pour voler dans le bocal au devant du décollage lors du premier vol en fin de matinée puis atteindre le sommet du Mont Court en 13' au deuxième en début d'après-midi. Les conditions aérologiques sont généreuses ce qui me permet de voler et grimper assez facilement dans la masse d'air.



21.08.2021 - Pyramide de Tende

Un envol en fin de matinée en cette journée de vol libre pleine si l'on voulait partir sur d'autres horizons mais la fatigue étant, je suis resté sage à voler en bocal dans une aérologie agréable de fin de matinée avec un vol de 23'. Retour en fin de journée vers les 17h. J'étale la voile, me mets dans la sellette et je lève l'aile tranquilou sauf que l'aérologie locale au déco n'était pas tranquilou mais plutôt d'une forte tonicité ce qui du coup, anime l'aile en la tractant vers le haut me faisant de ce fait quitter le sol à la verticale suivi d'un ti'twist, mais le problème n'est pas là, ayant trop enfoncé les commandes engandré par une perte d'équilibre en arrière, je me suis fait tracter comme un bon bleu bite, je ne maitrisais plus rien et subissais le frottement au sol jusqu'à la butée de la planche supérieure. Je remets les couverts et cette fois-ci je me montre plus concentré, averti de ce qui m'attend ! j'amorti le mieux que je peux l'énergie, décollage du sol à la verticale avec twist et hop ! contrôle fait, je décolle pour un vol de 67 minutes. Après ce décollage, Henri vient me rejoindre dans les airs en se partageant le ciel avec des rapaces qui nous montrent comment voler. J'ai enroulé avec un jeune aigle aux taches blanches sous les ailes, un vrai bonheur de vivre cela ! Monter dans le ciel est très difficile car les zone ascendantes sont très timides ce qui nous oblige à la jouer fine pour glaner des mètres de hauteur.



20.08.2021 - Tende

Deux envols dans la journée dont le premier s'est effectué en début d'après-midi mais avec un reposé sur la piste juste après le décollage car ça ne portait pas. Un quart d'heure après, l'histoire n'est plus la même. Monter dans le ciel n'était plus un problème avec les thermiques qui déclenchaient, je me faisais d'ailleurs soulever du sol au décollage. Le second vol, quant à lui, s'est effectué en fin de journée toujours avec la Delta 4 d'Ozone.



18.08.2021 - Tende






14.08.2021 - Tende

Vol de fin de journée en Cagnourine avec mon aile Delta 4. Douce aérologie dans l'ensemble et survol de la pyramide où, pour y arriver, je devais faire avec des petites zones ascendantes mais assez bien organisées. C'était un vol de reprise post Covid avec 1450m d'alt. max. Un vol où le ciel a été partagé avec Morgan le Suisse (Ozone Alpina 4) et Henri Gaglio (Gradient Aspen 5).



26.07.2021 - Tende

3 envols des planches herbeuses de Cagnourine, en compagnie de Pierre venu découvrir le site de Tende.



21.07.2021 - Tende

2 vols - La journée vol libre commence par un randovol où l'on décolle avec Lucien une centaine de mètres au-dessus du Fort Tabourde. Il y a un léger Est (+/- 10 km/h) et c'est dans ce sens que j'étale ma voile et me prépare à l'envol. Lucien décolle en premier sous son aile Ultralite 2, mon ancienne aile avec laquelle j'ai fait de supers rando-vols. Après l'avoir suivi des yeux lors de son décollage, je fais face à mon aile toute prête à décoller de la pente bien verte, colorée d'hautes herbes. Quand je lève l'aile, je fais très attention qu'il n'y ait pas de clé dans les suspentes bien que j'ai vérifié cela avant de m'insérer dans ma sellette par les jambes car point de boucle. Ce contrôle des yeux une fois en l'aile en l'air fait, je n'ai plus qu'à faire face à la pente et à faire voler mon aile. avoir atterri sur les planches herbeuses de chez Lulu à Cagnourine, je change d'aile pour voler cette fois-ci sous la delta 4. Il s'ensuite un vol tranquille qui passe au-dessus du sommet du Mont Court puis de la Pyramide pour enfin poser à Cagnourine. Une fois posé, changement d'aile pour la Delta 4.



20.07.2021 - Vols sur Tende

3 vols - En cette belle jounée donnée sans vent et en présence d'un soleil qui réchauffe je me suis dit que voler à deux pourrait être sympa. C'est avec Lennie et Lou-Anne, qui attendaient de bonnes conditions pour un vol tandem sur les hauteurs de Tende que je vais me retrouver à voler sous le BiGolden 3 mais avant cela, je procède à un petit tour classique avec la BGD Base pour tester la masse d'air(cf biplace 2021).



15.07.2021 - 2 vols à Tende sous mon aile delta 4

Performance
Distance : 4km
Distance cumulée : 9km
Vitesse max : 55km/h
Vitesse moyenne : 9.8km/h
Plafond : 1407m
Gain : 296m
Temps de vol : 00:24:28s
Vario max : 1.9m/s
G max : 1.2g

Distance : 2km
Distance cumulée : 10km
Vitesse max : 51km/h
Vitesse moyenne : 4.1km/h
Plafond : 1173m
Gain : 69m
Temps de vol : 00:28:59s
Vario max : 1.3m/s
G max : 1.4g




14.07.2021 - 1 vol à Cagnourine (Tende) avec la Delta 4

Performance
Distance : 1km
Distance cumulée : 3km
Vitesse max : 45km/h
Vitesse moyenne : 6.5km/h
Plafond : 1151m
Gain : 40m
Temps de vol : 00:09:12s
Vario max : 1.2m/s
G max : 1.2g




12.07.2021 - 2 vols à Cagnourine avec la Delta 4

Performance
Distance : 1km
Distance cumulée : 2km
Vitesse max : 43km/h
Vitesse moyenne : 8km/h
Plafond : 1134m
Gain : 26m
Temps de vol : 00:07:31s
Vario max : 1.2m/s
G max : 1.1g

Performance
Distance : 1km
Distance cumulée : 2km
Vitesse max : 43km/h
Vitesse moyenne : 8.7km/h
Plafond : 1123m
Gain : 16m
Temps de vol : 00:06:56s
Vario max : 0.8m/s
G max : 1.1g




10.07.2021 - 5 vols biplaces avec le BiGolden 3 sur le site de Tende

Distance : 3km
Distance cumulée : 7km
Vitesse max : 53km/h
Vitesse moyenne : 7.7km/h
Plafond : 1401m
Gain : 275m
Temps de vol : 00:23:20s
Vario max : 1.3m/s
G max : 1.2g

Distance : 4km
Distance cumulée : 6km
Vitesse max : 62km/h
Vitesse moyenne : 12.4km/h
Plafond : 1433m
Gain : 314m
Temps de vol : 00:19:23s
Vario max : 2.1m/s
G max : 1.4g

Distance : 3km
Distance cumulée : 10km
Vitesse max : 61km/h
Vitesse moyenne : 8.1km/h
Plafond : 1396m
Gain : 289m
Temps de vol : 00:22:12s
Vario max : 1.8m/s
G max : 1.2g

Distance : 2km
Distance cumulée : 8km
Vitesse max : 63km/h
Vitesse moyenne : 5.7km/h
Plafond : 1251m
Gain : 136m
Temps de vol : 00:21:04s
Vario max : 1m/s
G max : 1.1g

Distance : 1km
Distance cumulée : 8km
Vitesse max : 52km/h
Vitesse moyenne : 2.9km/h
Plafond : 1187m
Gain : 74m
Temps de vol : 00:20:30s
Vario max : 1.3m/s
G max : 1.2g

Distance : 1km
Distance cumulée : 6km
Vitesse max : 53km/h
Vitesse moyenne : 3.1km/h
Plafond : 1203m
Gain : 82m
Temps de vol : 00:19:23s
Vario max : 1.4m/s
G max : 1.2g



05.07.2021 - 3 vols: 1 vol biplace sous le BiGolden 3 et 2 vols avec la Delta 4 sur Tende

Distance : 1km
Distance cumulée : 5km
Vitesse max : 52km/h
Vitesse moyenne : 5km/h
Plafond : 1145m
Gain : 30m
Temps de vol : 00:12:02s
Vario max : 0.9m/s
G max : 1.2g

Distance : 4km
Distance cumulée : 7km
Vitesse max : 62km/h
Vitesse moyenne : 9km/h
Plafond : 1406m
Gain : 273m
Temps de vol : 00:26:43s
Vario max : 2.8m/s
G max : 1.2g

Distance : 7km
Distance cumulée : 33km
Vitesse max : 63km/h
Vitesse moyenne : 4.9km/h
Plafond : 1744m
Gain : 635m
Temps de vol : 01:26:04s
Vario max : 2.4m/s
G max : 1.3g




03.07.2021 - 2 vols sur Tende avec la Delta 4 sur Tende

Distance : 1km
Distance cumulée : 4km
Vitesse max : 53km/h
Vitesse moyenne : 4.6km/h
Plafond : 1187m
Gain : 78m
Temps de vol : 00:13:10s
Vario max : 1.6m/s
G max : 1.1g

Distance : 4km
Distance cumulée : 16km
Vitesse max : 54km/h
Vitesse moyenne : 5.5km/h
Plafond : 1409m
Gain : 301m
Temps de vol : 00:43:40s
Vario max : 1.3m/s
G max : 1.4g




02.07.2021 - 1 vol sur Tende avec la Delta 4

Distance : 5km
Distance cumulée : 13km
Vitesse max : 61km/h
Vitesse moyenne : 6.5km/h
Plafond : 1716m
Gain : 599m
Temps de vol : 00:45:56s
Vario max : 2.8m/s
G max : 1.2g



01.07.2021 - 3 vols avec la Base BGD sur le site de Tende

Distance : 0km
Distance cumulée : 1km
Vitesse max : 48km/h
Vitesse moyenne : 0km/h
Plafond : 1167m
Gain : 62m
Temps de vol : 00:05:49s
Vario max : 1.3m/s
G max : 1.4g

Distance : 3km
Distance cumulée : 8km
Vitesse max : 53km/h
Vitesse moyenne : 7.7km/h
Plafond : 1431m
Gain : 313m
Temps de vol : 00:23:20s
Vario max : 2m/s
G max : 1.3g

Distance : 1km
Distance cumulée : 1km
Vitesse max : 57km/h
Vitesse moyenne : 10.3km/h
Plafond : 1177m
Gain : 10m
Temps de vol : 00:05:49s
Vario max : 1.8m/s
G max : 1.6g




27.06.2021 - 3 vols avec la Delta 4 à Cagnourine (tende)

Distance : 1km
Distance cumulée : 4km
Vitesse max : 51km/h
Vitesse moyenne : 5.8km/h
Plafond : 1180m
Gain : 73m
Temps de vol : 00:10:20s
Vario max : 1m/s
G max : 1.2g

Distance : 4km
Distance cumulée : 13km
Vitesse max : 63km/h
Vitesse moyenne : 7.4km/h
Plafond : 1509m
Gain : 386m
Temps de vol : 00:32:22s
Vario max : 1.5m/s
G max : 1.2g

Distance : 1km
Distance cumulée : 3km
Vitesse max : 45km/h
Vitesse moyenne : 6.9km/h
Plafond : 1162m
Gain : 41m
Temps de vol : 00:08:38s
Vario max : 1.1m/s
G max : 1.2g



26.06.2021 - 3 vols dont 1 vol biplace avec le Bigolden 3 et 2 vols avec la Delta 4

Distance : 2km
Distance cumulée : 7km
Vitesse max : 62km/h
Vitesse moyenne : 4.8km/h
Plafond : 1291m
Gain : 183m
Temps de vol : 00:25:02s
Vario max : 1.8m/s
G max : 1.1g

Distance : 1km
Distance cumulée : 2km
Vitesse max : 57km/h
Vitesse moyenne : 7.4km/h
Plafond : 1197m
Gain : 29m
Temps de vol : 00:08:04s
Vario max : 1.2m/s
G max : 1.3g

Distance : 4km
Distance cumulée : 16km
Vitesse max : 51km/h
Vitesse moyenne : 5.8km/h
Plafond : 1417m
Gain : 306m
Temps de vol : 00:41:25s
Vario max : 2m/s
G max : 1.1g




25.06.2021 - 2 vols à Tende avec la Delta 4

Distance : 4km
Distance cumulée : 14km
Vitesse max : 56km/h
Vitesse moyenne : 7.7km/h
Plafond : 1282m
Gain : 175m
Temps de vol : 00:31:15s
Vario max : 0.7m/s
G max : 1.2g

Distance : 8km
Distance cumulée : 17km
Vitesse max : 60km/h
Vitesse moyenne : 11.9km/h
Plafond : 1984m
Gain : 848m
Temps de vol : 00:40:17s
Vario max : 3.4m/s
G max : 1.6g




18.06.2021 - 1 vol à Tende avec la Base de BGD

Distance : 0km
Distance cumulée : 3km
Vitesse max : 50km/h
Vitesse moyenne : 0km/h
Plafond : 1162m
Gain : 54m
Temps de vol : 00:10:54s
Vario max : 1.1m/s
G max : 1.1g



16.06.2021 - 2 vols à Tende avec la Base de BGD

Distance : 3km
Distance cumulée : 8km
Vitesse max : 55km/h
Vitesse moyenne : 7.5km/h
Plafond : 1292m
Gain : 183m
Temps de vol : 00:23:54s
Vario max : 1.6m/s
G max : 1.3g

Distance : 1km
Distance cumulée : 2km
Vitesse max : 40km/h
Vitesse moyenne : 9.4km/h
Plafond : 1134m
Gain : 23m
Temps de vol : 00:06:23s
Vario max : 0.9m/s
G max : 1.2g




15.06.2021 - 2 vols vec la Delta 4 à Tende

Distance : 2km
Distance cumulée : 7km
Vitesse max : 54km/h
Vitesse moyenne : 5.1km/h
Plafond : 1273m
Gain : 166m
Temps de vol : 00:23:20s
Vario max : 2m/s
G max : 1.1g

Distance : 3km
Distance cumulée : 7km
Vitesse max : 58km/h
Vitesse moyenne : 8.8km/h
Plafond : 1406m
Gain : 319m
Temps de vol : 00:20:30s
Vario max : 1.9m/s
G max : 1.1g



14.06.2021 - 3 vols à Tende avec la Delta 4 d'Ozone

Distance : 5km
Distance cumulée : 20km
Vitesse max : 56km/h
Vitesse moyenne : 5.2km/h
Plafond : 1440m
Gain : 333m
Temps de vol : 00:57:48s
Vario max : 1.6m/s
G max : 1.3g

Distance : 3km
Distance cumulée : 8km
Vitesse max : 54km/h
Vitesse moyenne : 7.5km/h
Plafond : 1437m
Gain : 325m
Temps de vol : 00:23:54s
Vario max : 1.2m/s
G max : 1.3g



13.06.2021 - 6 vols à Tende: 3 vols biplace avec le BiGolden 3, 1 vol avec la Base et 1 vol avec la Delta 4

Distance : 2km
Distance cumulée : 9km
Vitesse max : 55km/h
Vitesse moyenne : 4.7km/h
Plafond : 1306m
Gain : 194m
Temps de vol : 00:25:37s
Vario max : 2m/s
G max : 1.2g

Distance : 1km
Distance cumulée : 7km
Vitesse max : 57km/h
Vitesse moyenne : 3km/h
Plafond : 1206m
Gain : 99m
Temps de vol : 00:19:56s
Vario max : 1.1m/s
G max : 1.1g

Distance : 4km
Distance cumulée : 6km
Vitesse max : 63km/h
Vitesse moyenne : 10km/h
Plafond : 1370m
Gain : 254m
Temps de vol : 00:23:54s
Vario max : 2.2m/s
G max : 1.5g

Distance : 2km
Distance cumulée : 9km
Vitesse max : 57km/h
Vitesse moyenne : 5.3km/h
Plafond : 1209m
Gain : 102m
Temps de vol : 00:22:46s
Vario max : 1.4m/s
G max : 1.2g

Distance : 2km
Distance cumulée : 8km
Vitesse max : 55km/h
Vitesse moyenne : 6.6km/h
Plafond : 1242m
Gain : 104m
Temps de vol : 00:18:15s
Vario max : 1.4m/s
G max : 1.1g




12.06.2021 - Tende

Distance : 1km
Distance cumulée : 3km
Vitesse max : 55km/h
Vitesse moyenne : 6.5km/h
Plafond : 1224m
Gain : 112m
Temps de vol : 00:09:12s
Vario max : 2.2m/s
G max : 1.1g

Distance : 1km
Distance cumulée : 2km
Vitesse max : 57km/h
Vitesse moyenne : 8km/h
Plafond : 1208m
Gain : 96m
Temps de vol : 00:07:31s
Vario max : 2.3m/s
G max : 1.4g

Distance : 4km
Distance cumulée : 9km
Vitesse max : 62km/h
Vitesse moyenne : 10.8km/h
Plafond : 1417m
Gain : 311m
Temps de vol : 00:22:12s
Vario max : 1.6m/s
G max : 1.3g




04.06.2021 - Tende

Vol avec la Delta 4
Distance : 3km
Distance cumulée : 15km
Vitesse max : 53km/h
Vitesse moyenne : 4.4km/h
Plafond : 1262m
Gain : 150m
Temps de vol : 00:40:51s
Vario max : 1m/s
G max : 1.4g



01.06.2021 - Tende

Vol avec la Delta 4

Distance : 3km
Distance cumulée : 6km
Vitesse max : 53km/h
Vitesse moyenne : 10.5km/h
Plafond : 1348m
Gain : 239m
Temps de vol : 00:17:07s
Vario max : 1.6m/s
G max : 1.4g




28.05.2021 - Tende (Cagnourine)

Il fait beau et je me dis que je dois en profiter par le fait qu'il n'y a pas de vent prévu pour cette journée. Quand j'arrive au décollage vers les 11h00, je constate une manche en air dans le bon sens qui caractérise une brise déjà amorcée. Il s'avèrera que la brise n'est pas si dynamique et qu'essentiellement l'aérologie est plutôt dominé par du thermique. Je vais m'en rendre compte une fois en l'air après avoir fait mon premier envol de la matinée. Cette aérologie ne m'inspire guère avec des montées dans la masse d'air aussi dynamique que les dégueulantes que les thermiques occasionnent. Il est trop tôt pour avoir des thermiques organisé qui permettent de m'élever dans le ciel suffisamment pour que je puisse aller taper sur le relief plus en arrière du décollage. C'est trop haché et peu agréable. Je me tente par deux fois après avoir reposer une premiere fois en espérant que la brise vienne soutenir une aérologie plus sympa mais il n'en fut rien pour la deuxième tentative. Je finis par remballer mon aile dans le coffre sans l'avoir repliée pour revenir plus tardivement en milieu d'après-midi. Au retour vers les 16h30, la brise est là, le soleil moins présent pourtant. la brise est donc véritabelemtn établie. Nicolas vient nous rejoindre alors qu'avec Lucien, on se tate pour nous envoler. Nicolas est débutant, ce qui ne lui permet pas de s'envoler sur ce site plustôt réservé à des pilotes con,firmés mais, il peut travail au sol avec son aile pour la phase décollage et ressentis sous son aile. Nous nous employons à l'encadré pour cela. Mais auparavant, je teste la mase d'air avec du travail au sol puis un envol avec une reposé pour avoir une idée de l'aérologie. L'aile gardée au-dessus de la tête en ayant les pieds au sol, ça se gère sans trop de difficulté mais une fois le décollage fait, je ressens de suite une aérologie dynamique qui demande du pilotage. Je reviens poser pour faire travailler Nicolas avec son aile au sol uniquement. Avec Lucien, nous lui assurons sa sécurité en l'empêchant de décoller au cas où. Après cela, je reprends la masse d'air pour un vol qui va me "conduire" jusqu'à la pyramide. Enfin un bon petit vol.



15.05.2021 - Tende

C'est sous un ciel relativement couvert que j'ai décollé avant midi des planches de Cagnourine (Tende) avec mon aile Delta 4. Je me suis battu comme un beau diable pour tenter de survoler la pyramide mais c'est sans y parvenir. Je dois me résaoudre à abandonner cet objectif qui semble difficile en cette journée à défaut de thermique. J'ai eu plaisir tout de même à survoler le village de Tende avant d'aller poser d'où j'avais décollé.



14.05.2021 - Tende

Au petit matin le ciel est gai avec sa couleur bleu et ses quelques nuages de type cumulus et ses rayons de soleil qui réchauffent la terre. Mais cette vision optimiste ne devrait pas durer dans la journée, je dirai même que dès la fin de matinée, tout cela va virer au gris et à l'eau. Il n'est pas encore 11h00 que je prends le Quad chargé de mon aile sur le dos pour rejoindre le déco de Cagnourine avec l'espoir d'aller mordre la masse d'air le temps d'un envol et surfer dans cette masse d'air afin et survoler le décollage. Le temps que je monte, en un petit quart d'heure, le soleil s'est caché derrière un nuage ce qui semble avoir contrarié la brise de vallée qui se montre plutôt timide. A moins qu'elle n'ait pas eu le temps de se mettre vraiment en place ce qui ne m'étonnerait pas vu que le sol est humide par les averses de ces derniers jours. Je prends le temps d'attendre pour voir si l'aérologie au déco va un peu se renforcer. Quand je scrute le ciel, ce qui ne manque pas de se renforcer ce sont plutôt les nuages qui grossissent et deviennent de plus en plus sombres. Quant à la brise, elle se montre très légèrement plus dynamique mais pas linéaire. Je me tâte pour sortir mon aile car je me dis que je vais mettre peut-être plus de temps à replier mon aile qu'à voler, mais l'envie de me retrouver sous elle l'emporte et je finis par la sortir de son sac pour l'étaler sur le sol et me glisser dans la sellette. Quelques levées d'aile tout d'abord avec des difficultés à ma la retrouver solide au-dessus de ma tête par une aérologie inhabituelle. Je finis tout de même à me la mettre bien au-dessus de moi et faire quelques manœuvres au sol avant de m'envoler. Une fois le décollage effectué, je constate qu'il est aisé de rester en l'air. En effet, mon bip sonore ne fait que biper en me signalant que je ne fais que monter, doucement mais surement. Hum .... C'est bien trop facile tout cela. Il est clair que lorsque je lève les yeux, les gris nuages doivent y être pour quelque chose. Le ciel semble vouloir inviter mon aile à monter trop facilement ce qui ne m'inspire guère à rester en l'air pour ne pas devoir me bagarrer à reposer et à subir les probables et futures turbulences si les nuages se mettent à tirer trop fort. Au bout de 8 minutes de vol, j'ai déjà les pieds au sol pour ranger mon aile. La pluie ne semble pas être bien loin dans le temps. Une bonne heure après, la pluie s'est invitée. Ouf, j'étais déjà au sec.



12.05.2021 - Tende

Un petit vol de 20 minutes pour voler en local sous mon aile delta 4.



09.05.2021 - Cagnourine (Tende)

Aujourd'hui, c'est tout d'abord la visite du marché de la Brigue pour faire plaisir à madame puis si la météo le permet vol en fin de matinée à Cagnourine. Une journée volable à saisir vu le temps qui va s'enchainer à partir du demain (pluie). Il est 11h30 quand je récupère mon aile au chaboutou alors que mon épouse est restée à la brigue avec Précilia et Nicolas et me rejoindra au déco plus tard. Quand j'arrive au décollage, la brise est bien présente et relativement tonique. Le regard vers le ciel, les nuages me disent qu'il y a du vent en altitude, du vent de Sud vu leur déplacement. Je sors mon aile et je me prépare pour faire tout d'abord un peu le gonflage et travail au sol ce qui me donnera un avant-goût de ce qui peut m'attendre en l'air si je décolle. Je rends un plaisir fou de jouer avec mon aile et la masse d'air qui vient remuer les branches d'arbres. À la levée d'aile il faut que je gère sa puissance au risque de me faire catapulter ce qui ne manquera pas au moins une fois. Après avoir joué avec ma Delta 4, je me décide à décoller pour aller chercher quelques inconnues qui ne se dévoileront vraiment qu'une fois en l'air: l'aérologie. Je vais faire mon propre fusible mais ce fusible ne servira en rien puisque je serai dans l'élément à tester. Finalement, la masse d'air se montre tonique donc pas de surprise mais l'inconnu est qu'il y a des phases d'accélération du vent qui ne ressemble pas à des turbulences de thermique. Certes il y a du thermique mais je perçois qu'il y a autre chose. Cette autre chose pour moi est liée à du vent météo de Sud qui vient renforcée la brise de vallée, c'est en tout cas ce que j'en déduis. Je jour donc une petite demi-heure avec mon aile dans cette masse d'air en local mais rien ne me disait d'aller cherche à aller plus loin. C'est le défilement des nuages et le ressenti que j'ai dans ma sellette et sous mon aile qui m'en ont dissuadé. Je reviens donc vers le village pour y faire ma perte d'altitude avec comme objectif d'aller me poser. N'ayant plus trop l'intention de me remettre en l'air bien que l'envie d'y retourner me titille, je lève l'ile de nouveau pour faire du simple gonflage jusqu'au moment où c'était devenu un peu trop fort. Voilà une expérience de plus où il ne me restait plus qu'à plier l'aile pour revenir voler une prochaine fois.



03.05.2021 - Tende (Cagnourine)

C'est après l'accueil du train revenu en gare de Tende depuis son absence du 2 Octobre 2020 et les discours des différentes personnalités que je suis allé chercher mon aile pour me faire un petit vol en local. Quand je suis arrivé, les conditions aérologiques n'étaient pas encore installées à midi. Voyant bien que ça n'allait pas se mette en place tout de suite, je me suis donné une bonne heure pour revenir sur place vers les 13h où, cette fois-ci, la brise est de face et tonique. Il ne m'a pas fallu attendre cette fois-ci pour sortir le matos pour me préparer à prendre l'air. L'aile sortie, en 4 et 4 = 8 me voila à la lever pour la première fois de la journée puis une deuxième pour enfin m'élancer dans la masse d'air et planer. D'emblée, je partage le ciel avec un aigle qui vole juste au-dessus de moi avant qu'il ne s'écarte pour d'autres horizons, en 2 tours, je ne l'ai plus vu. L'aérologie ne se montre pas très clean alors je n'insiste pas à aller sur les reliefs, je reste un petit moment devant la pyramide puis je finis par me diriger vers le village pour y perdre de l'altitude. Je sens bien que je suis un peu contré par du vent météo qui remonte avec la brise de vallée. Ce fut un petite guerre pour reposer et bien content d'y être parvenu !! Quelques tentatives pour poser classiquement mais rien n'y fait alors, je me tente aux oreilles jusqu'au sol ce qui m'a valu d'atterrir enfin avec un grand Ouf. Je ne cherche même pas à replier mon aile car trop venté au sol. Je la range dans le coffre de mon auto et hop je la dépose comme telle chez moi. Elle ne sera pas comprimée cette fois-ci. Au prochain vol avec une aérologie que je revendique moins ventée !!



02.05.2021 - Tende

Ce jour-là, je n'étais pas vraiment dans une dynamique psychique pour aller voler et pourtant ! Tout d'abord la veille jusque dans la nuit même, une pluie constante et par épisode forte est venue nous inquiéter au point de prendre la décision de mettre ma voiture en aval du passage à guet qui remplace le pont dévasté par la tempêteAlex. Ce passage à guet permet aux riverains de la vallée de la Pia de rejoindre leur demeure alors, comme il est déjà parti une fois lors de pluie intense, nous redoutons dès qu'il pleut intensément qu'il se fasse emporté de nouveau. Au matin, quand j'ouvre les volets de ma demeure, je constate un ciel clair, un soleil brillant et l'absence de vent. Si météociel donnait une journée volable, ce n'était pas le cas de météo-parapente qui signalait du vent suffisamment soutenu pour compromettre la possibilité d'un vol sous une aile de parapente. J'avais donc déjà fait mon deuil de ce vol jusqu'à ce matin. L'espoir de voler renait juste en regardant le ciel et les petits nuages qui ne bougeaient pas. 11h00, je monte au déco, je constate biroutes et flammêches dans le bon sens, certe remuant bien mais laissant la possibilité de lever l'aile et pourquoi pas faire un vol en local. Je pose mon sac et vais à la rencontre de Lucien le proprio des lieux. Il est aussi partant pour tenter un vol. Le ciel se décore de nuages clairsemés et cache parfois le soleil ce qui coupe la convection et calme la brise de vallée déjà installé à 11h30. Je lève l'aile une fois, puis deux après avoir attendu la bonne brise qui va bien pour décoller et voilà que je me retrouve dans la masse d'air avec mon aile delta 4, installé dans ma sellette cocon Delight 3 que je cherche toujours à parfaire ses reglages. Je sens une aérologie saine mais dynamique qui le dit qu'il doit y avoir un peu de météo qui se mélange dans la brise de vallée. Cette association facilte mon maintien dans la masse d'air sans perdre d'altitude mais plutôt à monter doucement et progressivement et ce, sans effort de ma part niveau pilotage. Je vois Lucien qui attend la bouffe pour lever son aile. Il finira par descendre d'une planche, celle où j'ai décollé juste avant lui, plus exposée à la brise que de l'endroit où il s'était installé. Je suis presque au niveau du sommet de la pyramide quand il décolle. C'est du petit petit en terme de masse d'air ascendante. De temps en temps quelques pétards à poudre mouillée se déclanchent mais reste inexploitable, juste de quoi faire cabrer mon aile et hop il n'y a plus rien à se mettre sous la dent. C'est donc en faisant l'essuie-glace que je grapille progressivement des mètres d'altitude pour aller survoler la pyramide puis m'en retourner vers le village pour aller poser juste après Lucien. C'était bien moyen ces conditons là mais elles m'ont suffit pour jouer à l'oiseau.



25.04.2021 - Tende

2 vols pour 65' minutes de vol avec la Delta 4 pour survoler la pyramide.



24.04.2021 - Tende

Un vol de fin de journée après la venue de deux associations d'aide aux sinistrès (aide aux sinistrès et Mission Trekkeurs)



20.04.2021 - Gourdon

Une envolée de l'Embarnier avec mon aile Delta 4 et un reposé derrière le déco.




18.04.2021 - Baou de la Gaude

La météo laisse entrevoir un vol dans la matinée avec du soleil et un vent météo de Sud Est de faible force. Avec Pascal Hanot et Jean-Claude Costantino nous décidons de nous rendre au déco Sud du Baou de la Gaude. Nous y arrivons vers les 10h30 et c'est vers les 11h00 que je décolle. En préalable nous avons décidé de l'ordre des décollages. Décollage N°1 c'est pour moi afin de faire le fusible en testant la masse d'air pour mes amis volants du jour. La position 2 est pour Jean-Claude qui a déjà décollé de cet endroit. La position 3 est pour Pascal Hanot qui, en tant que pilote expéimenté, a pour rôle de fermer les envols. Mon premier lever d'aile a pour objectif de vérifier l'ensemble du cone de suspentage avant de chercher à m'envoler. Quand je cherche à reposer l'aile Pascal se la reçoit comme chapeau. Je décroche quelques suspentes qui se sont coincées sur sa sellette pour me remettre en place pour cette fois-ci décoller si les sensations sont bonnes. J'attends le moment dynamique pour faciliter la levée de l'aile. L'aile monte bien, je la stabilise au-dessus de moi avec une temporisation suffisante pour que l'aile se gonfle de manière homogène. Ce n'est qu'au moment où je sens mon aile solide et les suspentes tendues que j'accentue la charge ventrale pour commencer la course d'envol. Cette dernière s'avère inutile de par une prise en charge immédiate après deux pas vers l'avant. Je quitte le sol rapidement et m'éloigne du relief pour m'installer dans la sellette cocon avec l'aide d'une main. Une fois fait je vire à ma doite pour rejoindre le relief rocailleux qui compose la face Sud du Baou. C'est à cet endoit que je trouve une masse d'air ascendante qui me hisse au dessus du relief. L vue qui se présente à moi est magnifque. Ce Baou de Saint Jeannet qui se dévoile à ma droite avec son village à ses pieds marque le paysage de premier plan mais le décor à perte de vue offre une perspective à 360° de toute beauté. ..... (récit en travaux)



09.04.2021 - Baou de la Gaude

Avec mon ami Vincent Cailliau, nous sommes allés flaner du côté du Baou de la Gaude pour y décoller avec l'aile BiGolden 3. Un petit survol du décollage Sud. La vue d'en haut en volant sur le village de Saint Jeannet a bien agrémenté ce vol qui s'est terminé au pied du village de Gattières (cf biplace 2021).



05.04.2021 - Gourdon

En cette journée ensoleillée, ce sont deux envolées à Gourdon avec la Delta 3 que j'ai eu plaisir à effectuer. Ca commence par un décollage de l'embardier (déco Sud N°1) en arrière des moquettes où je me suis préparer tranquillement. Quand tout est okay, je lève mon aile et la garde un temps au-dessus de ma tête. J'entends une voix qui m'est familière, c'est celle de Patrick Husson qui interagit avec les pilotes présents sur le déco. Je ne me manque pas de l'apostropher pour le saluer avant de décoller quelques instants après. Décollage fait, en voulant rentrer mes jambes dans le cocon je me rends compte que je n'ai pas que je l'ai pas correctement
connectéme rends deun reposé en urgence car jambe droite coincée dans le cocon, ça démarre vec un loupé dans la préparation. De nouveau, décollage et cette fois-ci c'est pour un vol qui se termine à Valettes.



02.04.2021 - Baou de la Gaude

Un vol rando au Baou de la Gaude avec la Delta 3 et la sellette Strike sans son parachute de secours pour alleger la charge à porter de Gattière jusqu'au Baou. L'ambiance est brumeuse (cf biplace 2021)



01.04.2021 - Gourdon et Baou de la Gaude

Gourdon ( France / Provence-Alpes-Côte d'Azur). Décollage du déco de l'embardier bas à 11h29
Temps de vol : 00:14:51s
Voile utilisée : Delta 3 (Ozone ) Modifier cette info
Distance parcourue : 3km
Altitude maximum : 1484m
Instrument utilisé : SYS'Nav (v3.35)

Baou De La Gaude ( France / Provence-Alpes-Côte d'Azur) Modifier cette info
Envol à 18h37 du déco
Temps de vol : 00:14:51s
Voile utilisée : Delta 3 (Ozone ) Modifier cette info
Distance parcourue : 5km
Altitude maximum : 831m
Instrument utilisé : SYS'Nav (v3.35)





31.03.2021 - Kennedy

En cette journée de dernier jour de mois de Mars, c'est en décollant vers 16h d'au-dessus de Bar-sur-Loup (décollage kennedy) que je vais faire un tour de quartier en passant par Gourdon pour filer sur Cavillore et suvoler le plateau de Cavillore. Malheureusement, tout comme Vincent avec qui je vole , je ne trouve pas d'ascendance dans cette aire de Gourdonnaise.
Temps de vol : 01:05:09s
Voile utilisée : Delta 3 (Ozone )
Distance parcourue : 8km
Altitude maximum : 1461m






30.03.2021 - Tende

Journée de vol libre à Cagnourine où j'y ai fait du soaring à volonté.



29.03.2021 - Tende

C'est toujours un immense plaisir de voler sur le site de Tende, je m'y sens un peu chez moi quand je vole su le site de Cgnouine qui se trouve sur une popriété privée dont le proprio en la personne de Lucien Berenger est celi qui a amené le parapente sur Tende. En cette jounée j'ai eu le plaisir de suvoler la Pyramide et le Mont Court.



28.03.2021 - Tende

La journée s'annonce bonne pour la jounée de vol libe qui s'apprête à débuter en fin de matinée. Les conditions aérologiques sont généreuses et je vais en profiter en faisant 4 vols dans la journée où j'y ai survolé Pyramide et mont Court avec mon aile delta 4 et ma sellette Delight 3. Mon plaf max est de 1865m d'alt.



27.03.2021 - Tende

En cette jounée de vol libre ce n'est que vers 14h que je décolle des planches herbeuses pour un vol de 45 minutes. En ce vol, sous ma Delta 4, j'ai survole la Pyramide et la performance n'est pas optmisée mieux que cela et en restera là.



25.03.2021 - Kennedy

Les jours se suivent et peuvent se ressembler à quelques choses près. Rendez-vous à Vallette pour 11h30 avec Stephane et Vincent.



24.03.2021 - Kennedy

Envol de Kennedy avec Stephane et Vincent pour un petit vol d'un gros quart d'heure en fin de journée. Atterrissage au grand terrain de Vallette. Nous étions monté au décollage avec Bart où il assista Stephane. En préalable Bart avait fait un super vol de Gourdon à Saint Vallier de Thier puis retour pour venir poser à Valette.



17.03.2021 - Kennedy (Bar-sur-Loup)

Aujourd'hui, c'est décidé malgré une tendance météorologique à du vent météo dont il faudra se méfier, avec Stephane et Jean-Claude nous nous donnons rendez-vous




13.03.2021 - Tende

Un vol pour atteindre la Pyramide dans des conditions aréologiques plutôt ventées avec mon aile Delta 4 pour un plafond à 1447m d'alt. avec un gain de 335m.



07.03.2021 - Tende

C'est reparti sur Tende à ervoler, les conditons météorologiques le permettent. Il fait beau, un petit message sur le groupe parapente Wath'apps et hop rdv à Cagnourine pour y décoller. Ce jou-là, ce sont les 2 frères Baldi, Mario et Dom qui sont venus renifler l'air tout comme moi. Pour Maurice, le tour fut pour survoler la pyramide, Le Mont Court, Déveillou, puis retour sur le Mont Court pour venir poser. Jean-Marc a rendu visite au Mont Court, Dom, Moi et moi nous nous sommes contentés de la Pyramide. Ce sont deux vols que j'ai effectué en cette jounée dont le deuxième vol a duré 50 minutes.



04.03.2021 - Mont Férion


Aujourd'hui, c'est parti pour un randovol au Mont Férion (cf randovol 2021).




25.02.2021 - Gourdon

La météo se présente favorable pour le vol libre et j'hésite entre aller voler sur Gréolières et Gourdon. Finalement comme j'avais deux ailes à amener chez BGD pour révision, j'opte pour Gourdon pour le côté pratique. Quand j'arrive et que je sors mon sac de parapente je constate que j'ai oublié de prendre le casque que j'avais rangé dans le sac Kortel (matériel montagne avec l'Ultralite 3). Mince ... je suis hésitant à sortir mon aile pour décoller mais c'est trop con, je suis au déco et je ne peux m'envoler ??? A défaut de casque, je m'équipe d'un bon bonnet bien chaud et hop, je me prépare l'aile pour décoller du déco Sud 1 où il y a la moquette. J'ai eu un peu de mal à lever l'aile correctement du premier coup (bizarrement elle tournait sur elle même ...). Je m'y suis repris 3 fois pour qu'enfin je sente l'aile prête à l'envol. Une fois décollé, je vais chercher à gauche du déco pour y trouver un thermique qui me fait gagner de la hauteur. Plus haut que le déco, je vais en Ouest pour longer le relief vers le déco 2. J'y trouve quelques thermiques que je cherche à exploiter sans enrouler. Je me retrouve ainsi, haut, entre le déco et la boule. Pas à l'aise sans le casque, c'est bête mais c'est ainsi, je pense plus à aller poser qu'à voler alors, je n'insiste pas et m'enfonce dans les terres en arrière des décos pour préparer mon approche afin d'atterrir proprement. Le vol n'a duré qu'une dizaine de minutes pour finalement et simplement décoller puis aller poser. J'ai mis plus de temps à plier mon aile qu'à lui faire mordre la masse d'air. Il étit écrit qu'il en serait ainsi ce jour-là !



20.02.2021 - Tende (Cagnourine)

Parti très tôt le matin de Nice pour pouvoir prendre le départ du convoi de Fontan à 7h30. Je n'ai pas oublié de prendre les voiles (ultralite 3 et Delta 3 + sellette Delight 3) compte tenu que les pévisions météorologiques sur Tende sont bonnes pour vole ce samedi. C'est avec la Delta que je monte au déco vers 12h30. Mario est déjà sur place en train de faire du gonflage avec son aile Advance. Les conditions aérologiques sont encore un peu molle mais ça devrait décoller. Je sors mon matériel et je raccorde la sellette avec laquelle je vais essayer de voler pour la première fois et voir comment je me sens dans ce cocon et de finir les ajustages si besoin. Premier décollage fait c'est un envol avec l'idée de rentrer mes jambes dans le cocon sans aide de mes mains mais je n'ai pu faire ainsi et de voir les réglages qui me restent à faire. Quand j'accélère au deuxième barreau totlement enfoncé je constate que j'ai à raccourcir mes freins d'environ 3 cm au moins. En effet, il me mnque cela pour être en butée avec les poulies. Ensuite, j'ai à raccoucir également les sangles du cocon pour diminue la profondeur car je sens que je suis pas très clé dans ma sellette avec les jambes totalement tendues. J'ai également à revoir tout le système du parachute de secours et à change le maillon qui relie les élévateurs au secours.



15.02.2021 - Randovol à Roquebrune Cap Martin


Aujourd'hui, malgré un Ouest-Sud-Ouest soutenu, j'ai quand même décollé juste pour aller poser à la plage de Cabbé afin de me faire une petite rando pour récupérer la voiture laissé au déco (c'était mon programme). De toute façon, il valait mieux ne pas rester en l'air (cf randovol 2021).




05.02.2021 - Baou de la Gaude

Départ à pieds de la Baronne, arrivé tranquille au déco Sud du Baou. Pas un brin de brise, tout est gris mais déjà ça ne rentre pas de derrière. Il y a donc une opportunité en fonçant ... (randovol 2021).



02.02.2021 - Roquebrune Cap Martin

La météo est limite mais avec Jacques Allemand nous décidons tout de même de nous rendre sur Roquebrune Cap Martin pour profiter d'un créneau potentiellement volable. Le rendez-vous est fixé pour 10h à Cabbé pour y laissert une voiture pour la récup. Le ciel est gris, avec un ciel bas presqu'à la hauteur des décollages. Quand nous passons devant le déco de Laï Baraï, celui-ci est alimenté à l'envers, il n'est même pas question de s'y arrêter. Nous continuons le chemin pour rejoindre le déco de la Cime du Mont Gros. Ciel bas mais déco encore hors nuage avec une légère brise venant d'un Sud-ouest qui alimente à peine le décollage, pourtant la balise du Mont Gros annonce 6 km/h - 16km/h ..... Mouais ma foi ! Il n'est pas onze heures quand on déplie les ailes sur la moquette verte. Cette fois-ci, c'est Jacques qui se montre le plus prompt à se préparer en disant "il va falloir ne pas trainer". En effet, devant le déco, il y a de la Brume qui nous obstrue la vue ce qui pose problème pour l'envol. Plus le temps passe et plus la brume s'impose à la nature. Nouvelle réflexion de Jacques "l'air est très humide !!" C'est le moins qu'on puisse dire lui rétorquais-je dans ma tête avec un peu les boules mais restant optimiste pour un éventuel décollage si une trouée veut bien nous éclaircir la sortie du décollage. Mon aile est enfin sortie de son sac dans une ambiance animée de doute et d'espoir. Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir voudrai-je dire. Je devine mon ami Jacques empli d'un scepticisme qui m'intrigue, ce n'est pas dans ses habitudes, généralement il a plutôt un optimisme débordant mais là, je le trouve assez discret sur le sujet. Il faut dire que je ne sollicite pas ses interrogations ou son avis sur la question, moi-même je m'interroge et cherche à me trouver une réponse. En ces entrefaites, arrive un pilote avec un sac de parapente Air Désign. Voyant le décor brumeux, il ne se montre pas décider à sortir son aile et précise même qu'il ne décolle jamais avec de la brume. Bon ok mais, quelle est donc l'aile que contient son sac ? je me trouve curieux sur le sujet car j'ai un pote qui essaie actuellement une Vivo de Air Désign et peut-être qu'il pourrait me retourner quelques indications intéressantes à transmettre à mon pote Jean-Claude. C'est une Colt 3 ! me dit-il. Il s'en montre très satisfait et élogieux. La colt 3 est une aile EN C, j'en déduis que c'est un pilote qui sait faire et sait de quoi il parle mais il ne pourra pas nourrir ma curiosité en quête d'informations sur la fameuse Vivo. Pour ses intentions de voler, il se montre sage dans une situation de déco embrumé pour un pilote qui n'est pas de la région. Beaucoup d'interrogations pour ma part avec le regard assez souvent tourné vers le devant du décollage pour évaluer l'évolution de l'envahissement du déco par l'humidité brumeuse. Plus le temps passe et moins je "devine" ce qui est devant. C'est décidé, à la moindre trouée, je décolle. Je m'insère dans la Strike, je mets les gants, j'allume la Cam cette fois-ci pour ne pas oublier de filmer mon envol, le vario gps pour enregistrer le vol qui sera vraissemblablement de courte durée et me voilà prêt à l'envol. Je sens une brisette dans mon dos, je tente de lever l'aile mais celle-ci ne monte pas et glisse sur la pelouse synthétique en terminant sa course orientée plus en Ouest. Tout va bien, c'est bien la bonne orientation finalement. J'attends une deuxième boufette et cette fois-ci, l'aile monte bien, je la garde un peu au-dessus de moi et la rabats au sol. Une troisième levée mais une petite cravate en bout d'aile gauche s'est installée. Je ne tente pas à la faire sauter aile levée, je la repose au sol et l'ote à la main. La quatrième tentative est la bonne, je ne bidouille plus et me retourne face à la pente et la brume avec l'intention de décoller. Il n'y a plus qu'à avancer avec l'aile au-dessus de la tête pour décoller et c'est ce que je fais. Je dois courir pour quitter le sol, et entrer dans la brume avec comme idée principale d'en sortir au plus vite. J'ai comme toujours du mal en entrer mes jambes dans le cocon mais j'ai ussi se ressenti de grand bonheur en moi qund je décolle et flirte avec la masse d'air et les réactions de mon aile. Ce ménge à trois qui me procure tant d'émotions intériorisées car je ne suis ps une personne très expansive du côté émotionnel mais qui n'en ressens pas moins les vibrations. Une fois installée convenablement, je profite de cet instant de bain humide et brumeux pour en ressentir ce moment si prticulier d'être et d'être un peu nulle part tout en étnt là, dans cet écran blanc que je traverse avec plein d'inconnus et d'interrogations que ce milieu me procure. Je suis aussi en ttente d moment où d'un coup ou pas, cela va s'éclairer, l brume se dissipant et offrant des paysages lointains me permettnt de me projeter dans mon vol. Ce moment là arrive assez vite. Finalement la brume qui colle au relief n'est pas horizontalement épaisse ce qui, en m'écartant du relief, me permet une meilleure lecture en 3 D du milieu dans le lequel je suis en train d'évoluer. Voyant que l'Est est plus dégagé que l'Ouest, je vire à gauche pour prendre cap vers le village. Les nouvelles que je prends pour savoir si Jacques avait décollé m'informe qu'il est toujours sur le décollage avec un déco dans le nuage et sans plus aucune once de brise. La radio me dit "Tu es parti au bon moment !!" par la voix de Jacques. Mon aile me permet de voler un petit quart d'heure en essayant de gratter sur le village puis le long du relief qui mène au vistaéro. La fin du vol arriva vite, avec un posé sur le sable pour finir en ayant pris la précauton de donne de la vitesse à l'aile avant d'enfoncer les commandes peu avant le posé pour tenter d'amortir l'atterrissage par manque de brise. Dès le posé, je scrute le cel pour voir si mon ami est en vol mais je ne vois rien. A la radio Jacques ne répond plus, je l'appelle au teléphone, pareil aucune info. En pliant l'aile j'entends la radio "tu me vois ?" je lève les yeux et je reconnais son aile Supair Eko qui transite sur le village. Bon ben cool, il a pu décoller même si c'est pour un plouf, un déco et un atterrissage c'est déjà un exercice et ça reste tout de même un vol. A une prochaine sortie vol libre.


En sortie de décollage




31.01.2021 - Gourdon (Cavillore)

Initialement, je devais aller voler avec mon ami Jacques Allemand sur le site de Roquebrune Cap Martin mais à l'ouverture de mes volets en Est j'ai eu un gros doute de "volabilité". Le ciel était couvert et bas. A l'inverse, l'Ouest donnait un visage plus optimiste. Voyant Gourdon me tendre les bras j'opte pour rejoindre Jean-Christophe et ses amis qui ont décidé de décoller de Cavillore, pour cela je préviens Jacques de mon changement d'horizon. J'aurai donc une demi heure de marche avec le gros sac ce qui ne me fera pas de mal finalement et si en plus ça vole. Le rdv est à 10h30 à l'attéro des abeilles (terrain d'atterrissage officiel de Gourdon). C'est parti pour la marche, le groupe est plus jeune que moi. Je prends mon rythme pour monter et j'accuse un petit retard à l'arrivée. Après anlyse des conditions aérologiques et de ce qui pourrait être fait en terme de plan de vol je fnis pr sortir mon ile pour me préparer à l'envol. Jean-Claude avait été le premier à sortir son aile dont il a comme mission de l'essayer pour remplacer son Advnce Epsilon q'il n'a plus. C'est une aile Air Design prêtée par Jean-Vincent , elle est toute neuve. Les conditons sont molles, ça sent un peu le plouf. Quelques ailes ont décollé de Gourdon et semblent prendre un peu de gaz mais ça ne semble pas généreux. Des Guns transitent jusqu'à nous mais après quelques petites enroulades de pauvres petits thermiques pésents, ces ailes finissent pr ller voir du côté de Courmettes. C'est mon intention. près avoir pris soin de démêlé les suspentes déginées qui s'emmêlent volontiers en faisant des noeuds (c'est chiant et dangereux si on ne prend ps garde à cela), je finis par mettre casque, gants pour m'insérer dans ma sellette Strike et allumer mon appareil de navigation. Jean-Christophe quant à lui a fait 1 à 2 gonflages avant d'envisger de décoller. Les autres potos ne sont pas prêts, de toute évidence ils ne se montrent pas pressé et je dois dire qu'il n'y a pas de quoi. Le déco est de temps en temps alimenté avec du Sud Ouest et parfois rien. Comme toujours le décollage me démange mis là j'i de gros doute et je suis prêt à accepter de ne point réusssir à sortir mon épingle du jeu pour poser au pied des brres rocheuses ou sur le terrrain officiel mais franchement, si je peux l'éviter je le ferai. Un lever d'aile pour un gonflge fin de voir si tout va bien dans les suspentes et je rabats l'aile au sol, celle-ci s'est posé face au Sud. Le mnque de dynmisme de l'éologie ne m'a pas offert la possibilité de la replacer correctement. Une nouvelle montée d'aile me le permet, c'était le but. Dans m tête je suis prêt à décoller. Je m'enferme dans ma bulle où plus ren n'existe pour moi hormis mon aile, la masse d'air et moi. J'en oubli mes accolytes en ne les prévenant pas que, en instantanée, mon intention est de décoller. Totalement concentré à ressentir la masse d'air environnante et ce à quoi je vais avoir affaire lors de la phase de décollage ensuite je verrai ce que j'aurai à faire en fonctione de ce que l'aérologie et sa masse d'air m'imposera.... masse d'air turbulente ou calme, thermiques généreux ou étroits dfficiles à exploiter, ... bref c'est encoe l'inconnu tout cela, il me faut décoller et voler pour m'en rendre compte. Les élévateurs avant dans les mains mon esprit est captivé à 100% au point d'en oublier l'allumage de ma caméra de casque. D'une aérologie faible qui vient de devant le déco et que je ressens à peine, de dos à la brise avec un face voile, j'attends le moment favorable où la brise viendra frissoner mon bord d'attaque qui n'attend qu'une action de ma part pour que je lui fasse mordre la masse d'air pour se dresser et voler. Il me faudr attendre peu de temps pour que cette bouffe aérienne vienne caresse ma silhouette et semble voulor persisite ce qui déclencha en moi l'action de trer sur les élévteus avnt pour que l'aile se lève. Ce n'est pas très dynamique et peine un peu à monter au-dessus de ma tête alors j'accompagne sa montée en accompagnant vers le haut les élévateurs toujours en main jusqu'à ce que l'aile soit placée au zénith. Je fais face à la pente et temporise pour voir si l'aile tient toute seule avec peu d'appuis. C'est tout bon mais je suis excentré du décollage et j'i deux solutions, soit me dépoter sur la gauche pour me centrer un peu mieux sur le déco soit aller tout droit et bouffer du caillloux par les pieds tout en devant maitriser l'aile durant la trajectoire ce qui fait un exercice de plus avant l'envol. Je choisis la deux en ayant pris soin la faisabilité une fois la tempo faite et quelques pas de fait .... l'aile bien limentée en air est solide. Je me retrouve avec un gros caillou devant moi, sur ma trajectoire, me demandant de la fouler sauf qu'elle est haute et risquerait de ramollir la tension des suspentes avant avec risque de fermeture frontale, tout cel est nalysé en un éclair dans ma tête. Je règle le problème avec un petit saut en avant tout en me penchant un peu plus vers l'avant pour charger l'aile même dans la phase du saut et hop suis dans le vide, mon aile vole. Quel bonheur ! je viens de décolle pour la prremière fois de cette manière après une analyse éclair, je suis satisfait. Il me fut maintenant me maintenir en l'air. Mon plan de vol c'est prendre du gaz au-dessus de Cavillore pour transiter sur Cavillore et ensuite .... je verrai ce qui est réalisable à faire mais je ne vois point d'aile satellisée ce qui veut déjà bien dire qu'il n'y a ps de plaf de ouf à réaliser. Les ailes autour de moi, se battent pour monter à un niveau modeste .... il ne fait pas assez froid et le soleil est fébrile d'autant que les sols sont mouillés par la pluie de la veille me dis-je. Bref il est certain que j'ai du mal à monter. Je ne devais ps être au bon endroit vu que j'ai un poto qui a fait un très beau vol jusqu'à Courmette sans pouvoir survoler le pic mais quand même il en n'était pas loin et ce, en passant par le village de Gourdon. A Courmettes, il a trouvé plus en Sud m'a t-il dit par la suite. Bref, au bout d'un certain temps j'ai lâché l'affaire pour basculer sur Bar-sur-Loup où je n'ai pas insisté pour finir mon vol à Valette. Un grand merci à un pilote qui m'a remonté jusqu'à Gourdon où j'ai pu récupérer ma voiture après avoir rejoins les amis du jour sur le terrain des abeilles pour leur dire aurevoir. Au prochain vol.



24.01.2021 - Baou de la Gaude

Ce qui était prévu aujourd'hui c'était d'aller voler à Roquebrune Cap Martin mais la météo d'une aérologie un peu trop forte m'en a dissuadé. C'est donc une randonnée pédestre que je me prévois histoire de faire un peu de sport en plein air. C'est avec Jean-Claude et Sandrine son épouse que nous allons rendre visite au gros chêne ainsi q'au déco EST d Baou de la Gaude. Pour corser la rando j'emporte avec moi mon aile montagne ..... (cf randovol 2021).



18.01.2021 - Gourdon

C'est sur le parking de Gourdon village qu'avec Renaud et Cyrile nous nous sommes donnés rendez-vous pour 10h30. Avec le Duster nous montons au déco Sud de Gourdon. Sur la piste qui mène au déco 1 il y a encore des passages enneigés délicats à passer ... Attention glissade malgré ma version 4x4 et pneus contact toute saison. Des pilotes sont déjà en vol et nous montrent qu'il y a ce qu'il faut pour tenir en l'air et même bien plus. Le déco 1 est déjà bien occupé par des pilotes qui étalent leur aile ou s'apprêtent à décoller. En ce qui nous concerne je propose à Renaud de rejoindre le déco 2 car plus spacieux pour se préparer et avons l'avantage d'être plus haut et donc avec plus de marge pour bricoler notre début de vol. Après avoir monté l'accélo pour Renaud, je m'occupe à préparer mon matos. J'ai la désagréable surprise de constater qu'il me faut détacher mes élévateurs de la sellette pour y remettre de l'ordre. Je finis par être prêt en m'insérant dans ma sellette cocon Strike. Au déco, il y a un travers gauche assez prononcé par de l'Est qui vient ventiler le déco. Je fais tout d'abord un pré gonflage pour vérifier qu'il n'y ait plus de "lézard" dans le cône de suspentage puis je lève de nouveau mon aile avec intention de décoller. Celle-ci fait girouette en se plaçant d'elle-même face au vent en Est. Une fois contrôlée, je me retourne avec appui ventral pour rendre solide l'aile et hop, j'enclenche la course d'envol pour le décollage pour quitter terre. Compte tenu de l'Est j'eus cru bon de virer à gauche pour tenter de m'appuyer sur le relief qui lui fait face, en vue de choper une ascendance mais quedal. Je change de cap par un virage à 180° et je m'en retourne vers le décollage que je viens de quitter. En m'y approchant pour y passer afin de longer le relief en direction de la boule, je croise devant Renaud qui vient juste de décoller. Compte tenu de ma proximité assez extrême du relief, je suis très à l'écoute de mon aile et de l'aérologie. Constant que je longe les rochers sans perde d'altitude et que mon bipeur se fait entendre avec positivité, je garde mon idée de flirter avec les rochers un coup à côté un coup en son dessus et c'est ainsi que je me rapproche de la boue. Il me faut trouver du thermique pour me hisser tant soit peu dans le ciel alors je cherche non pas du thermodynamique mais une zone qui pourrait être généreuse par du thermique pur. Il y a bien des zones qui pourraient faire monter mon aile mais elles sont d'ascension faible. Il me faut faire avec en étant patient en me donnant comme objectif de me hisser au moins au même niveau que l'ile qui se trouve plus haute que moi et qui de toute évidence arrive à y rester puisque cela fait déjà un petit moment qu'il s'amuse dans ce coin. Finalement, je parviens à atteindre le point haut du sommet où se trouve la boule blanche. Pour moi, c'est une victoire ! Je suis satisfait de survoler cette bute enneigée où se trouvent des randonneurs qui profitent de cette belle journée tout en s'intéressant aux ailes volantes pendant qu'ils pausent. Objectif atteint, je me décide de revenir vers le décollage que j'avais quitté il y a peu. Renaud quant à lui n'a pas suivi et se rapproche de plus en plus de l'attero officiel du terrain des abeilles, terrain d'atterrissage officiel de l'école Ascendance et du Club de Gourdon Lei Courpatas. Tout en volant, Je garde un oeil sur mon ami Renaud, ce qui me permets de voir qu'il s'apprête à aller poser, ce qui m'incite à faire de même mais pou moi, ce ser près de la voiture. Je fais donc mon plan d'approche pour poser à l'arrière du déco Sud 1, sur un sol tout enneigé. Il me reste à plier l'aile puis aller chercher Renaud avec Cyrile qui était en attente à la voiture. Ce fut un vol d'une vingtaine de minutes écourté volontairement et sans avoir cherché à faire plus alors qu'il y avait de quoi transiter. Le deal du départ était de voler ensemble avec Renaud et ce en local. Le seul regret dans ce vol c'est que nous n'avons pas réussi à le faire. Ce sera pour une prochaine fois.






17.01.2021 - Roquebrune Cap Martin

C'est avec Renaud Tanzi que j'ai rendez-vous pour voler sur le site de Roquebrune Cap Martin. Il est question de se retrouver u décollage du Mont Gros. Avec un bon timing, nous arrivons ensemble. C'est dimanche, il fait beau et de ce fait, il y a du monde sur la moquette verte. Beaucoup d'ailes sont déjà en l'air avec des plafonds intéressants, certains sont certainement déjà partis sur des horizons lointains. Pour ma part, je me contente à voler en local avec des objectifs humbles pour que je puisse en garder que du plaisir avec une idée simple: apprendre de chacun de mes vols et non pas pour faire des prouesses mais pour continuer à voler sagement dans un milieu impalpable mais vivant par ses mouvements parfois surprenants ce qui nous amène à faire unité avec l'aile pour réagir à tout moment et rapidement de manière adaptée. Pour comprendre cela, nous pourrions prendre comme exemple un petit incident de marche ou de course à pieds où le revêtement que nous sommes en train de fouler se montre accident par des trous ou bosses et vous fait trébucher ... la réponse qui est à apporter pour ne pas tomber et de retrouver au plus vite l'équilibre et c'est par une très bonne connaissance physique de son corps dans l'espace et avec un entrainement par des exercices que nous pouvons apporter la ou les bonnes réponses selon la ou les situations qui sont à gérer. Le travail au sol par exemple avec son aile au-dessus de s tête mis qui part un peu dans tous les sens car l'aérologie soutenue et désordonnée vous envoie l'aile un peu dans tous les sens et avec des tensions différentes ce qui nous amène à voir une gestion des commandes et des mouvements du corps sous l'aile en fonction de ce que l'aile nous renvoie comme infos. C'est un peu cela que je recherche en l'air, l'écoute de mon aile car c'est aile qui va me renvoyer ce que la masse d'air lui impose comme réactions. Sur ce décollage avec Renaud, nous avons attendu que tous les pilotes décollent pour voir le temps de, sans stress, décolle. C'est Renaud qui décolle en premier avec un dos voile. Pourtant, il y a ce qu'il faut pour lever l'aile avec l technique face voile mais c'est lui qui gère, c'est lui qui décide pour son décollage. Il attend justement la brise (déclenchée par un thermique très probablement) et enclenche une avancée pour lever l'aile. Celle-ci monte bien mais se déplace sur la gauche. Renaud fit les bons gestes avec du frein symétrique pour empêcher que l'aile passe devant et la garder au-dessus de s tête tout en se déportant sur la gauche pour rester centré sous l'aile. Une fois la tempo faite, il enclenche aussitôt la couse d'envol avec énergie mais sans remonter les bras ce qui a provoqué une espèce de ressource qui l'a décollé du sol d'un bon mètre. Son envol effectué, il ne lui reste plus qu'à chasser le thermique pour monter au cours de son vol. Je suis le dernier pilote sur le déco, je décolle avec un face voile et une fois en vol, mon plan de vol est d'aller rejoindre les barres du Prince. C'est au-devant de ces barres que je trouve des zones ascendantes que j'exploite tant bien que mal pour me hisser toujours plus haut afin de me permettre d'aller survoler le déco de Laï Baraï. Survol réussi, voyant qu'il y a des ailes bien plus hautes que moi je suis tenté à travailler le thermique pour cela mais ce n'est pas ce qui me motive le plus. Mon envie est de planer, de me promener dans le ciel et pour se faire je me motive à rejoindre le Mont Gros avec comme idée principale survoler le Cap Matin jusqu'à son bout. Le survol de la Cime Mont Gros m'est facile puisque j'arrive de bien plus haut. Quelques ailes sont encore là à jouer en son dessus. Pour ma part, c'est le cap qui m'attire. Je me dirige d'abord vers le village puis j'effectue le survol de cette langue de terre qui s'avance dans la mer. J'enfonce le premier barreau pour avancer plus vite. Ma vitesse fluctue en dessous les 40 km/h. J'enfonce le deuxième barreau ce qui a pour effet d'accélérer à près de 50 km/h. Waouh .... elle avance la bête me dis-je. Le taux de chute n'est pas énorme, l'aile accélérée à fond garde un bon plané ce qui me fait ressentir une grande satisfaction. Arrivé au bout du cap mais sans le dépasser je pense au retour, je vire mon aile avec cap sur le village puis la plage de Cabbé pour y poser mon aile. Je dois prendre quelques précautions sérieuses à l'approche car il y a du monde en l'air. Sur la plage, c'est pareil il y du monde un peu partout. Je m'applique donc à poser dans le premier tiers près des culs nus. Bien posé, il ne me reste plus qu'à prendre patience a plier mon aile soigneusement et la fourguer dans son sac pour un vol prochain. L'idée étant d'aller voler à Gourdon si les conditions s'y prête et ce sera avec Renaud.



13.01.2021 - Cime du Mont Gros

Je monte directement au déco sans passer par l'attero. Je suis le premier pilote à piétiner la moquette verte du décollage. Ce n'est qu'une petite demi-heure apès que Gwenael arrive pour son stage d'incidents de vol avec l'école magin'air.... (en construction)



12.01.2021 - Mont Gros

Pour aujourd'hui ce sera une nouvelle fois Roquebrune Cap Martin. Rendez-vous fixé avec Jacques au déco du Mont Gros pour fin de matinée avec nos ailes légères car l'idée est de remonter à pieds près le vol. En regardant les prévisions météorologiques du jour, de l'Ouest est annoncé avec du vent à 20km/h du coup, n'ayant pas d'accélérateur sur cette aile je décide de prendre mon ile Delta. Qund j'arrive à hauteur de Laï Baraï, une manche à air est à l'horizontale et pas dans le bon sens. J'ai un doute pour le déco du Mont Gros mais je verrai bien sur place. La moquette verte est occupée par des potes du Club Roquebrun'ailes que sont Philippe, Louis, Ginou, Dédé et le Président du club Georges que je ne connaissais pas. Jacques est là aussi et vaque dans ses préparations. Pas vraiment pressé à me préparer je prends le temps de discuter avec les uns et les autres. Le décollage est très faiblement alors à quoi bon s'exciter me dis-je. Quelques décollages s'en trouvent ratés par manque de brise. Le décollage dos voile s'impose dans ces condtions là. Je suis le derner à décoller, Ginou qui n'a pas son aile attend que je décolle pour ramener la voiture à l'attero. C'est d'ailleurs elle qui ramènera ceux qui ont laissé leur véhicule au déco. C'est mon deuxième vol avec la Delta 4, ce sera donc mon deuxième décollage mis cette fois-ci sans brise aidante. Dos volile, les élévateurs avant dans les mains, j'attens un petit rien de face pour y aller mais c'est déjà bien optmiste d'ttendre cel. Il me faudra attendre plutôt que le nord cesse ce léger vent de cul qui ventile l cime pour qu'enfin je lance l Delt pour le décollage. Un petit démarrage un peu énergique pour actonner les vants, un peu d'ttente pour que l'aile monte et hop j'accélère ma course avec l'ile au-dessus de ma tête. Décollage parfait, il n'y a plus qu'à voler.



11.01.2021 - Mont Gros (Roquebrune Cap Martin)

Après hésitation entre Gourdon et Roquebrune finalement j'ai élu le mont Gros pour un vol Rando avec mon aile Ultralite 3 (cf randovol 202).



08.01.2021 - Cavillorre (Gourdon)

Une grande journée vol libre en perspective avec beau temps et froid ce qui devrit donner de supers thermiques. C'est en solitaire enfin .... avec mon aile que je me rends à Gourdon. Pour arriver au déco sud de Gourdon, le challenge commence déjà par la question "Vais-je pouvoir y parvenir ?". L'épaisse couche de neige est assez surprenante et la piste n'en est pas dépourvue même si, de toute évidence, un chasse neige en a maintenu son chemin. Une fois arrivé au déco, je peux voir un décollage qui n'a pas été pratiqué depuis les dernières chutes de neige. Seules les traces bien visibles proviennent des marcheurs. Les seules personnes que je vois présents sont des randonneurs. Je galère un peu pour garer ma voiture qui s'enlise dès que je sors de la piste. Le temps de prendre une photo et d'observer les flammèches qui indiquent que ça rentre de cul, un parapentiste arrive en provenance du déco sud supérieur puis un deuxième. Outre le constat de la brise arrière, ils s'inquiètent de la faisabilité d'un décollage dans cette épaisse couche de neige non transformée. Arrive, une troupe de jeunes parapentistes décidés à attendre un peu pour voir. Les deux premiers me demandent si le Duster est à moi et me manque si j'avais l'intention de rejoindre le déco de Cavillore, qui, de toute évidence, est l'endroit du jour pour décoller. Mon analyse étant la même, j'acquiesce ce qui, visiblement, les réconforta à ne pas devoir y aller à pied ou en stop jusqu'au parking. Sur la piste en descendant je croise Benoit Morel qui se rend au déco. Salutations faites, je le préviens de l'aérologie mais Benoit pense que vers midi la brise devrait s'enclencher. A chacun ses espoirs, notre trio finit au parking de Cavillore où les places sont chères, de toute évidence il y a du monde pour ce déco exposé en Ouest. C'est parti pour la montée à pieds, il y en a pour une bonne demi-heure avec des passages bien glissant sur le sentier. Quand j'arrive enfin, le déco est bondé de pilotes qui attendent et décollent tour à tour. A priori, il y a la Team Ozone avec Luc Armand. Ne voulant pas tarder à me mettre en l'air pour profiter du déci enneigé mais bien alimenté, je déballe mon aile sur une zone dégagée du pourtour de tout ce beau monde et une fois prêt, je me présente sur le déco avec l'aile en boule. Petit ennui de cône de suspentage où des suspentes se retrouvent emmêlées (les suspentes dégainées n'ont pas que des avantages). Comme je suis en bord de déco, je ne me sens pas vraiment gênant mais quand même je n'ai pas envie de trainer ainsi. N'arrivant pas à démêler le bordel côté droit de mon aile, je décide de profiter de la brise pour tendre mes suspentes et c'est ainsi que tout est rentré dans l'ordre. Aile tendue et entièrement déployée je tire sur les élévateurs pour monter l'aile. C'est parti pour m'envoler, je me retourne et fait face à la pente où avec deux pas j'suis pris en charge et le vol commence. Je pars direct sur ma gauche pour longer la paroi rocheuse alors que j'avais vu, par des décollages précédents, qu'à droite ça montait bien également. Mon intention de prendre cap sur Courmettes a dû m'influencer je pense. Je longe donc les parois rocheuses qui ont tendances à m'attirer de par le plaisir que j'éprouve lorsque je glisse avec mon aile au-devant d'elles. Est-ce que c'est parce qu'elles me renvoient la perception visuelle que je me déplace en volant et que j'en prends conscience ? Est-ce parce qu'elles m'apportent des limites dans l'espace ? Parce qu'il me faut reconnaitre que j'ai énormément de plaisir à voler près du relief et ça me rassure lors que je sais pertinemment que le danger est plus présente à être bas que haut. Bref, je retiens que j'ai plus apprivoisé le sol que le ciel et c'est peut-être cela qui fait que je suis plus bas que haut au cours de mes vols, que j'ai tendance à ne pas chercher spécialement la colonne qui va monter à du +6 +8. Après avoir dit cela, preuve est de constater que tout de même l'ascenseur je le cherche parce que c'est la condition sine qua none pour monter afin de vagabonder sur d'autres horizons. Ben ça tombe bien en voilà un qui fait bien biper mon vario. Je cherche à l'utiliser avec plus ou moins de réussite mas je monte, je gagne de l'altitude, quand je le perds je ne cherche ps particulièrement en reprendre le même et vais chercher un peu plus loin en l'imaginant en fonction de la topographie du terrain en étant toujours là, près des barres en son dessus los que je vois ben que les pilotes montent aussi sur le plateau de Cavillore. Finalement, alors qu'il y a largement de quoi faire pour monter plus, considérant que j'ai suffisamment d'altitude pour basculer sur le versant de Courmette. C'est parti pour la transition en position bras haut. J'en profite pour essayer l'aile en utilisant le premier barreau, puis le second les mains rivées sur les poignées qui actionnent arrière et B et je contrôle mon aéronef ainsi. Le vent relatif se montre plus bruyant mais étant au milieu de la masse d'air sans repère de proximité comme le sol ou les barres rocheuses, matériellement ce n'est pas très parlant et pourtant. Je finis par basculer sur la rive gauche du loup. Le Pic de Courmette me tend les bras, il est tout enneigé, quelques ailes sont en son dessus ou semblent être toutes prêtes à l'aborder. En ce qui me concerne, je me contente de le contempler de loin et à profiter tranquillement du vol avec comme option de repli le terrain d'atterrissage des Valettes en cas de panne d'ascenseur mais dans ce cas le retour à la voiture va se compliquer par le trajet routier. Ceci dit le terrain est là à dispo alors je continue mon vol et je vise Bar sur Loup le village. J'y vois des ailes étalées au déco un peu plus haut mais aussi des ailes qui volent et semblent bien tenir alors qu'elles ont décollé il y a peu. La transition faite, je survole le décollage avec ses deux tremplins en bois pour Delta et deux voitures à proximité qui ne me font pas penser à l'école Ascendance d'Eric et Patrick. Je survole donc ce sympa relief recouvert d'arbres d'aspect secs en son arrière, à la recherche de zones ascendantes pour me refaire un petit plaf et pourquoi pas m'éviter d'aller poser à Valette. Il y a un dicton qui dit "Qui cherche trouve" ben c'est ce qui m'arrive. il ne me reste plus qu'à exploiter au mieux et à mon niveau la pompe et encore une fois, l'altitude jugée suffisante je pars sur le village de Gourdon. La transition se fait sans trop de perte, et accélérée ce qui me permet d'arriver au-dessus du village. Yes, une autre pompe trouvée assez facilement. J'enroule pour prendre un peu de gain tout en observant l'environnement pour y projete un attero. Je vois des poteaux de ligne électrique que je dois éviter juste derrière le village. Dommage parce qu'il y a des espaces verdoyants qui me font des clins d'œil pour m'accueillir mais je me demande si le lieu ne s'en trouverait pas turbulent. Il y a bien mieux derrière: l'attero officiel ou bien le parking de Cavillore me dis-je mais je dois m'assurer encore un peu de gain pour être tranquille ms il y a aussi l'option le plateau de Cavillore comme je l'avais fait le jour de mon vol sur le Pic de Courmette où j'avais eu à gratter au pied de la paroi rocheuse de Cavillore pour le survol avant d'aller dire bonjour au déco Sud de Gourdon et revenir poser sur le plateau. Cette option je pense que j'aurai pu la prendre mais il me manquait les dents pour cela. Non j'opte la bascule vers le parking pour y poser. Un troupeau de moutons, le berger et ses chiens étaient à proximité. Il me fallait faire avec mis j'en étais pas encore là. L'envie de voler m'animait encore et je me voyais en train de flirter avec les barres rocheuses. Décidément ça doit être une histoire d'amour !! Me voilà à chercher une éventuelle zone qui pourrait éventuellement ... m'amener au-dessus. Je suis persuadé que j'aurai pu remonter mais je ne le saurai jamais puisque je ne suis pas allé au bout de cette envie en abandonnant trop facilement. J'en déduis que l'envie de poser était plus fort. C'est une première fois que je vais poser, je mate la flammèche qui m'indique le sens du vent. Je n'ai pas fait une belle approche ou surtout pas dans le bon sens en mettant des obstacles comme des rocs qui ornent cet endroit. Je pense qu'il aurait été plus judicieux de faire ma perte d'altitude en Nord pour rentrer en Sud-Ouest mais bon, j'ai posé sur mes pieds pas délicatement mais pas durement non plus, et mon aile je l'ai accompagné où j'ai voulu, j'en suis content. Quelques minutes après un pilote semble vouloir se poser et de toute évidence fait son approche au terrain. Je regarde bien comment il gère cela et le surveille jusqu'au posé. Ce pilote, c'était Willy, il m'a montré comment il fallait faire. Merci Willy ! Je retiens que j'ai vécu une grandiose journée vol libre ! les conditions étaient optimales pour jouer à l'oiseau. Au prochain vol.



06.01.2021 - Roquebrune Cap Martin

Aujourd'hui, c'est un grand jour pour moi pour la simple et bonne raison que je vais voler avec ma nouvelle aile la Delta 4 si les conditions me permettront de décoller. C'est avec Jacques allemand que je vais me rendre sur le déco du Mont Gros. La météo est mitigée avec des éclairicies et des nuages qui semblent s'assombir de plus en plus et surtout envelopper les reliefs avoisinants du côté du Mont Agel. J'observe peu d'ailes en l'air mais pour autant celles qui sont dans le ciel y sont bien haut et sont en train de rentrer. De toute évidence, ce sont des ailes qui ont décollé il y a un bon moment et avec des conditions bien plus généreuses que celles que nous avons. Tan pis, on s'en contente et ce, par la force des choses.



03.01.2021 - Un de mes plus beaux vols


Nous sommes en 2021, j'en profite pour souhaiter à tous une bien meilleure année 2021 que l'année qui vient de s'écouler. La météo étant excécrable avec pluie et neige depuis quelques jours, il est évident que penser à voler relève du supplice. J'en profite pour dire que mon aile Delta 4 n'a à ce jour toujours pas voler alors que je l'ai réceptionné depuis le mois d'octobre. Etant un peu vidéomaniaque de mes vols, j'en profite de faire le tour de mes plus beaux vols et je suis tombé sur celui du 11.09.218 (cf videothèque 2018). Bon visionnage !







Le plaisir de voler et la passion sont toujours là en 2021



Accueil | Généralités | Parapente | Biplace | Rando-vols | Randonnées | Videothèque | Albums | Contact | Plan du site


Revenir au contenu | Revenir au menu