Parapente Passion 06


Aller au contenu

Menu principal:


2020

Randonnées



Les balades sans vol en 2020



08.06.2020 - Col de Dragon

Une escapade dans l'arrière pays niçois avec mon ami Jonathan du côté de Levens. C'est du stade Cyryl Lescarret que nous avons démarré la rando en passant par le sentier des cavaliers qui se dirige vers le Mont Férion. Le col du Dragon atteint, nous avons tiré jusqu'au petit espace déco du Mont Ferion pour lui montrer d'où nous décollerons la prochaine fois que nous viendrons sur le site. La boucle s'est faite par le versant de la chappelle Saint Michel. Petit arrêt chez mon beau-frère pour le saluer au passage, ce qui nous a valu un coup à boire.




26.01.2020 - Baou de la Gaude

C'est en compagnie de mon épouse, de Maxime et son frère Mel que nous démarrons la randonnée pédestre. Celle-ci démarre d'au-dessus du village de Gattières. En effet, nous étions un peu à la bourre par rapport au ciel qui tendait à se charger progressivement de nuages. Aussi, pour gagner du temps, nous sommes allés au plus haut que possible en voiture pour gagner du temps. Les parapentiste du jour, filèrent d'un pas de charge pendant que, nous prenions le temps de garer la voiture sans qu'elle puisse gêner et pour cela, il fallut la déplacer. Maxime et Mel avaient donc de l'avance sur nous et nous n'avons jamais pu les rattraper. Nous nous retrouvâmes au décollage avec leurs ailes déjà déployées. Jusqu'au décollage du Baou de la Gaude où décollerons Mel et Maxime. Pour cette rando, je n'avais pas de sac sellette à porter mais juste un petit sac à dos pour l'eau et quelques babioles. Quant à Maxime et Mèl, ils étaient chargés de leur sac pour parapente. Le déco étant peu alimenté et avec un léger travers droit (Sud). La première tentative de Maxime se solde par un échec .... l'aile ne s'étant jamais véritablement levée. Je lui apporte mon soutien en prenant le centre du bord d'attaque pour le relever afin de faciliter la prise d'air. Le deuxième coup fut le bon ! Il décolla avec un léger déport sur la gauche qu'il arrive à corriger afin d'éviter l'arbuste qui se trouve dans la pente. C'est au tour de Mel, il n'a qu'une vingtaine de vol et la brisette déjà bien faible se fit de plus en plus rare. En effet, nous avons grosso modo une demi-heure de retard, le soleil avait disparu à notre arrivée ce qui fait que tout semble s'éteindre progressivement. Dans ces conditions-là, je me sens un peu inquiet pour Mel car les conditions ne sont pas des plus favorables pour décoller. Je place son aile en tenant compte du petit travers droit qui se manifeste sporadiquement. Il va falloir qu'il l'attende et il le sait bien. Bord d'attaque relevé comme pour son frère, on attend. Première tentative .... l'aile ne monte pas suffisamment. Je l'invite à mettre plus d'énergie sur les élévateurs avant pour qu'il puisse espérer que son aile monte au-dessus de sa tête. Conseil apporté, conseil appliqué, l'aile monte au-dessus de sa tête, Mel se retourne et décolle. Impeccable, ils sont tous les deux en l'air. La fraicheur de l'air idée de l'ombre ne nous invite pas à rester dans le coin. Nous repartons faire cette fois-ci la descente. C'est bien une première fois que j'accompagne quelqu'un pour décoller sans que je décolle à mon tour. Comme quoi, tout arrive ! La descente fut faite d'un pas tranquille contrairement à la montée où il ne fallait pas trop trainer ... Si la montée fut un peu sportive pour nous, le retour ressembla plus à de la balade pour épargner genoux et chevilles.





22.01.2020 - Baou de la Gaude

Parti avec mon aile sur le dos mais sans intention de m'envoler, c'est ainsi que je m'entraine à marcher avec l'objectif d'améliorer mes performances plutôt en berne depuis quelques temps mis, je m'accroche. Je démarre ma rando comme d'accoutumée, de la ZAC Sainte-Estève à 10:43 comme here de départ et mon arrivée au déco du Baou de la Gaude à 13:01 pour une distance de 5,6 km en 2h18 ce qui donne une vitesse moyenne de 2,45 km/h avec une altitude de départ à 43 m pour une altitude max de 837 m (Gain d'altitude: 796 m).




04.01.2020 - Les Cabanelles


Une belle journée ensoleillée étant annoncée mais avec du vent de Nord à altitude moyenne. Avec mon ami Bernard dit Bricoloup, nous nous fixons une randonnée pédestre du côté du Mont Gros, site d'envol de Roquebrune Cap Martin. Même si je ne me projette pas à décoller pour y faire un vol durant cette journée, j'embarque malgré tout mon aile montagne histoire de garder une certaine charge sur le dos afin de n'en perdre l'habitude et ne pas tomber dans la facilité. C'est à 9h30 que nous démarrons la randonnée en partant de la propriété du Prince de Monaco à RocaGel. L'itinéraire, nous l'allongeons en faisant le choix de descendre jusqu'au Col de la Coupière avant d'attaquer le sentier qui va nous amener jusqu'au décollage sauvage des Cabanelles (Exposition Sud-Est). Il nous faut un peu moins de 3 heures pour atteindre l'objectif. La brisette qui s'y trouve me permettrait de décoller mais il n'en sera pas ainsi. Après avoir présenté le décollage à mon ami Brico qui ne le connaissait pas, je l'invite à découvrir un autre décollage qui se trouve à proximité mais sur un versant Ouest de ce même relief, le décollage sauvage de Peille. Celui-ci n'est pas du tout alimenté et ne permettrait aucunement un éventuel décollage si l'envie m'en prenait. Nous nous en retournons au décollage des Cabanelles pour s'y restaurer avec une magnifique vue sur le littoral Mentonnais et Italien. Pissaladiera, saucisson, tranche de pain complet et mandarines sont au menu, et la brisette de face est tombée pour laisser place à une brisette arrière qui ne donne pas envie de déplier l'aile pour décoller. Quand nous étions arrivés, il y avait trois hirondelles qui nous montraient qu'il y avait un juste devant le décollage. Le thermique a fuit depuis ou du moins a faibli ... il y a sporadiquement des remontées aériennes qui remettent les flemmêches dans le bon sens mais ça ne tient pas bien longtemps. Nous sommes en début d'après-midi, vers 14h00 nous levons le camp pour le chemin du retour mais en passant cette fois-ci par le sentier qui longe, dans sa partie supérieure, une propriété de chasse gardée sous le Mont Agel. C'est en bonne heure que nous récupérons la voiture. Des ailes décollaient du Mont Gros n'ont pas sans difficulté pour certains. En effet, on peut apercevoir des pilotes qui ont du mal à décoller et ce, par manque de brise. Le retour finit par se terminer en arrivant à la voiture avec, comme accueil, un âne qui est de l'autre côté de la route derrière l'enclos du domaine princier, le Roc Agel.












Le plaisir de marcher continu !!



Accueil | Généralités | Parapente | Biplace | Rando-vols | Randonnées | Videothèque | Albums | Contact | Plan du site


Revenir au contenu | Revenir au menu