Parapente Passion 06


Aller au contenu

Menu principal:


2018

Rando-vols




Mes échappées en montagne de 2018



13.03.2018 - Mont Ferion

Enfin mon premier vrai rando-vol de l'année. Il m'a fallu attendre près de 3 mois et ce, pour plusieurs raisons mais surtout dû aux conditions hivernales assez rudes (beaucoup de pluie, de vent ou de neige). Mais voilà, nous avons eu enfin un hiver digne de ce nom et ça, pour la nature, c'est de bonne-augure pour la suite. Bref, en cette journée, il fait assez beau et les conditions aérologiques prévues par les météorologues devraient être compatibles avec le vol libre. En regard du sens du vent (il devrait y en avoir un peu) et en fonction de ma piètre condition physique du moment, je décide d'aller du côté du Mont Ferion qui a un décollage exposé en ouest- Sud-Ouest. Quand je me décide à partir de Nice pour rejoindre le grand près de Levens, c'est en début d'après-midi. En moto, l'aile sur le dos que je prends la route pour rejoindre la Stade de Levens (Stade Cyril Lescarret). D'ici je pars à pieds pour me rendre au décollage qui se trouve sous la crête du Mont Férion. Je mets grosso modo 135 minutes. Quand j'arrive sur le décollage, je constate une aérologie qui alimente le décollage dans le bon sens mais on y sent quelques peu des périodes d'accalmies puis des accélérations qui me laissent penser qu'en l'air il y a du vent météo venant de Sud. Au loin, derrière le près des cavaliers, j'y vois une colonne de fumée qui se fait coucher. Pour autant, je me dis que je peux me tenter à décoller car cela devrait être gérable. S'il y a du vent ce n'est pas pour autant que je ne puisse avancer. Je me prépare donc et décolle sans problème avec mon aile Ultralite 3. Je suis de suite pris en charge par l'aile et je survole aisément les cîmes d'arbres qui se trouvent au bout de la pente. En l'air l'aérologie reste largement gérable mais je dois tenir un peu l'aile tout de même. En approche du terrain, l'aérologie forcit un peu et je m'attends à être quelques peu balloté dans le coin du grand près. Je cherche à repérer d'où vient le vent en basse couche car à cet endroit pour poser il y a souvent des vents qui tournent et vaut mieux prendre l'axe le plus exposé à une brise dominante. Finalement, je fais mon approche au-dessus du stade pour poser dans le sens de la longueur et très légèrement en oblique vers l'ouest que je fais ma finale en direction de Tourette Levens. Une fois posé, je suis assez content de moi et surtout rassuré d'avoir mené à bien un beau posé avec jeu d'aile une fois les pieds au sol. Voilà, une bien belle après-midi passée avec mon aile et l'environnement naturel pour une marche qui m'a permis de redécouvrir un peu le coin.




































Le vol libre en 2018 c'est aussi la marche !




Revenir au contenu | Revenir au menu