Parapente Passion 06


Aller au contenu

Menu principal:


2015

Randonnées

Samedi 30 mai 2015 - Le Mont Grosso

L'idée était de faire un rando-vol en partant de Sospel (alt.350m) afin de rejoindre le sommet du Mont Grosso jonché à 1244m ce qui donne un dénivelé de 900m. Sommet duquel nous étions sensés décollé. Les prévisions météo n'étaient pas des plus favorables mais en milieu de matinée, le ciel devait se lever. C'est de l'ancienne coopérative où nous avions laissé les véhicules que nous démarrons la rando. Jacques, Alex et moi avions équipé notre dos du sac sellette qui contient notre aile respective (ma Ultralite 2). Il est 7h15 quand nous foulions nos premiers pas. Le village traversé, on s'attaque à un petit dénivelé pas trop cassant pour les mollets en prenant le circuit le plus long (ça me va bien car j'ai peu d'heure de marche au compteur). C'est par la baisse de Fighièra puis de Levens que nous allons passer (tout près du Col de Brouis) et donc en arrière du Monte Grosso. Le temps passe et la brume ne se dissipe pas et uand nous arrivons au sommet, c'est avec un brin de désolation et l'âme en peine. Je n'atais pas du tout optimiste moi qui le suis tout le temps généralement quand il s'agit d'espérer voler. Seul Jacques, y croyait ou bien peut être qu'il voulait tout simplement conjurer le sort en sortant son aile Ultralite 2 également de couleur rouge et blanche. Etalée sur le sommet herbeux revêtu de crottes de moutons, l'aile avait fière allure mais me donnait vraiment l'impression qu'elle ne servirait que de décor. Nous eûmes, à un certain moment, cru que la brume allait se dissiper car nous commencions à voir la route à contre-bas du Monte Grosso mais assez vite, tout s'était réassombri au point de ne plus rien voir. Jusqu'à notre départ Alex et moi. Jacques avait fait le choix de rester pour attendre en disant que le soleil montant, au zénith aurait la magie de faire en sorte que la brume disparaitrait. On peut toujours y croire pourquoi pas, mais nous étions deux à nous dire, que c'était foutu. Au grè de notre descente vers Sospel, une fois sous la brume, on constate que le nuage de brume était assez considérable en épaisseur et en longueur au devant du déco. Il aurait été dangereux de s'élancer en se disant, je vais traverser le nuage. Finalement, bien après nous, Jacques s'en redescend à pieds tout comme nous. Nous lui avions donné l'info par telephone de ce que nous avons pu apprécier en regardant le ciel bien bas et gris. 3h00 de marche pour monter à petit pas et deux heures de marche pour descendre ce que nous venuons de monter donne 5 heures de marche pour un travail de fond Une journée d'entrainement à la marche c'est toujours bon à prendre. Une fois arrivé à Sospel, nous allons récupérer Jacques plus en Est à la sortie du village afin d'aller casser la croûte par un jambon beurre fromage commandé à 15h00 et dégusté sur la terrasse d'un café Sospellois. Mon genou s'est montré quelque peu algique par les contraintes mécaniques à l'effort.


Jacques et Alex ... chacun est prêt à sa manière !




Revenir au contenu | Revenir au menu