Parapente Passion 06


Aller au contenu

Menu principal:


2015

Rando-vols

Terre .... ciel .... terre ..... 2015


12.09.2015 - Rando-vol de la Balme

Le rendez-vous fixé à 6h20 avec Alex est honoré avec ponctualité. La route est prise pour rejoindre l'atterrissage de Soun Dal Pra (St Dalmas de Valdeblore) où nous avons rendez-vous avec des amis volants. C'est avec Jean-Paul Perez et Daniel, que nous nous rendons un peu plus haut que la station de la Colmiane pour emprunter la piste qui monte à la Balme. C'est à 8h15 que démarre la rando. C'est en 1h15 que je foule le décollage de la Balme. Dès mon arrivée, avec une aérologie sans brise et sans soleil (ciel gris et couvert) j'étale en versant Ouest l'aile que je venais de porter jusqu'ici sans trop de difficulté: l'aspen 5. Je la relie à la sellette que Jean-Paul m'a prêté et me voila prêt pour m'envoler. Mes amis font de même mais de part un très léger Est, ils se placent en versant Est. Finalement, l'Est semble se renforcer légèrement alors je mets mon aile en boule et je rejoins les 3 amis volants. J'ouvre l'envol avec un dos/voile (c'est rare avec moi cette technique de décollage mais il faut entretenir la technique non ?). Bref, j'ouvre le bal des vols et c'est Jean-Paul qui suit derrière moi quelques minutes après. Ensuite c'est Alex puis Daniel. Après avoir décoler, je tiens mon relief à ma droite vu qu'il y a un léger Est-Nord-Est. Mon objectif est de passer bien au-dessus du Col St Martin et j'y parviens aisément en collant au relief du Baüs de la Fréma. Je survole les rochers de la via Ferrata et contourne ce relief rocailleux pour me retrouver versant Ouest de la Balme. Caméra Garmin Virb XE entrelacée dans le lacet de ma chaussure gauche, je tente de capturer de bons plans et images tout en espérant que le rendu sera sympa. Assez haut près du Baüs de la Fréma, je me décide de basculer en direction du Conquet en survolant le plateau de la sattion La Colmiane. Durant la transition, j'apperçois l'aile qui a suivi mon décollage, Jean-Paul Perez qui arrive légèrement plus bas que moi au niveau du Baüs de la Fréma. Je continue tranquillement mon vol en direction du Pic de la Colmiane que je n'arrive pas à survoler. Je fais planer mon aile dans une aérologie douce comme du miel malgré un ciel menaçant où tombe déjà la pluie vers le Giraut puis vers le Mont Petoumier. La pluie se repproche progressivement. J'écourte mon vol par des virages en 360 et essayage des oreilles qui sont très efficaces en taux de chute. Je ne trade pas à poser et à plier mon aile. Quelques instant après moi, c'est Jean-Paul qui pose puis Alex et enfin Daniel. Cette journée vol libre se termine à 4 au Yeti et ensuite au terrain Soun Dal Pra pour la merenda et une bonne bière rousse bien fraîche offert par mon ami Alex. A un prochain rando-vol les amis.




29.03.2015 - Rando-vol Gare SNCF/Mont Gros

Avec Alex, rebolote pour un rando-vol comme celui de la veille. Cette fois-ci, je ne fais attendre personne (je n'ai rien oublié chez moi). J'arrive à 9h30 devant la gare SNCF comme prévu. Alex Dordor est déjà là. Dès la moto garée, je me charge le dos de mon sac sellette (même matériel qu'hier) et hop, nous voila partis à pieds pour rejoindre le décollage du Mont Gros. Nous avons mis à peu près le même temps que la veille. A notre arrivée, les pilotes décollent en versant Est avec une aérologie plutot mollassonne. L'espace décollage grouille de monde. C'est une journée de S.I.V qui anime la journée mais aussi une multitude vols biplace plus les pilotes solos, cela fait beaucoup de monde qui attendent pour s'envoler. Avec Alex, nous faisons le choix d'attendre car l'aérologie n'est pas encore bien installée et toutes les ailes qui décollent font plus ou moins un tas. A l'approche de midi, la biroute commence à peine tourner en Sud mais c'est de bonne augure. Ceci dit, sur les coups de midi trente, d'un tempérament impatient, je n'attends pas que les conditions aérologiques soient vraiment bien installées pour décoller. Me voilà décidé et prêt à m'imposer au milieu de ce monde pour décoller. Il ne m'a pas famllu plus de 5 minutes, aile à moitié en place pour tirer sur les élévateurs et prendre l'air. N'ayant pas trop rencontré de thermique dans l'espace aérien que j'avais zoné, mon vol fut assez court mais je n'en demandais pas plus vu que j'avais oublié de prendre mon secours. Ma petite balade en l'air à faire l'oiseau m'a amplement suffit pour me procuré du plaisir. Quant à mon ami Alex qui a décollé environ 30' après moi, il s'est fait plaisir durant plus de deux heures. Il finit par décider d'aller poser volontairement car las de zoner dans l'unique coin portant et qui était en Sud Sud-Est au devant du déco alors que moi j'avais zoner en Sud-Sud Ouets pour prendre la mer ensuite avant de poser à Cabbé avec un léger Sud-Ouest à la plage.



28.03.2015 - Rando-vol Gare SNCF/Mont Gros

La journée démarre mal en oubliant ma carte bancaire chez moi ce qui m'a valu une perte de temps considérable pour la récupérer car j'en ai besoin. Une fois le plein d'essence fait, je préviens Alex de mon retard. Quand je rejoins Alex devant la Gare SNCF, ce n'est pas 9h30 mais 10h00. Il y a également Philippe Verando qui est des nôtres avec son gros sac (matériel lourd) sur le dos. C'est donc à trois que nous démarrons la marche pour rejoindre le site d'envol du Mont Gros. Dans mon sac sellette Altirando, il y a mon aile Golden 4 ainsi que mon secours ventral. Je suis un peu plus chargé que d'habitude (sac sellette plus léger avec mon aile Ultralite 2). La météo est bonne mais il est annoncé un renforcement du vent dans l'après midi. Pour atteindre le déco, nous avons mis 1h35. Il y a un peu de monde sur le tapis vert. L'aérologie se montre plutôt calme. Ce jour là, des trois compères, je suis le premier à me préparer pour décoller et je serai le seul à faire ce vol car ensuite bien trop de vent vient fouetter le décollage. En effet, bien que je n'ai pas tardé à me préparer et me mettre en place pour décoller, les premisces de vent fort en Ouest s'animent et laisse présager que sous peu, ce ne sera plus volable. Etant prêt, je n'hésite pas à décoller mais avec la seule idée d'aller poser sur la plage de Cabbé. Heureusement que j'avais raccroché mon accéléro au niveau des poulies des élévateurs (ils étaient détaché du fait que j'utilise cette sellette pour le passager quand je fais un biplace) avant de m'envoler. En effet, durant le vol, l'Ouest avait considérablement forci et l'usage de l'accélérateur fut de mise pour avancer (le vent météo est rentré plus tôt que prévu). Il ne fallait pas que ça se renforce plus car j'imagine mal un vol en marche arrière. Mes amis Alex et Philippe ne se sont pas envolés. Philippe est redescendu avec la navette tandis qu'Alex a préféré entamlé la descente à pieds. Je l'ai rejoins à mi parcours avec ma moto. Le retour à deux sur ma bécane avec deux sacs sellette ne fut des plus confortable pour la conduite de l'engin. Tout est bien qui finit bien. J'ai fini cette journée vol libre chez mon ami Alex à siroter une bonne bière et me taper une bonne mérinda offert avec beaucoup d'amabilité par Christiane Dordor.




11.03.2015 - Mont Gros

C'est avec mes amis Jean-Paul et Alex que je démarre la marche en partant de la gare SNCF pour rejoindre le site d'envol du Mont Gros. La météo n'est pas top avec un plafond nuageux bas et de la brume pour compliquer le tout. Je suis équipé de mon matériel léger (sac sellette réversible et aile Ultralite 2 d'Ozone (2kg660). Départ de la rando à 9h14 et arrivé au déco à 10h59. Le temps de marche pour atteindre le déco fut de 1h45 pile poil. Il y a un groupe de parapentistes Autrichiens qui attend de meilleures conditions météorologiques et aérologiques. En effet, brume et flux de Nord-Est sont de mises.




18.02.2015 - Mont Gros

Voler me manque .... marcher me manque .... en deux mots le marche et vol me manque et pour quoi ce manque ? la faute aux virus nom de malade !! bref ... à rester trop confiné on ne guérit pas. Il fait beau et malgré de l'Est annoncé, je prends mon aile et je file à moto au décollage du Mont Gros. Il n'y a personne sur la moquette verte. Ah si ... il y a le régulateur Bruno du club de Gréolière. Tout en me préparant, nous échangeons quelques mots. Les conditions sont bonnes pour s'envoler selon lui, je partage cet avis et au bout de quelques dizaines de minutes, je m'élance en face Est car la dominance est devenue Est alors que, lorsque je suis arrivé, c'était du Sud Ouest faible. Petit vol tranquille où j'ai pris cap assez rapidement vers la mer pour poser aussi tranquillement face à l'Ouest. Il ne me restait plus qu'à plier mon aile pour remonter à pieds en passant par le village de Roquebrune. Ce qui fut fait avec un pas tranquille car la forme physique n'est pas au rendez-vous.



07.01.2015 - Les Cabanelles

Décidée la veille, cette sortie rando-vol a rassemblé 5 amis. Jacques, Alex, Olivier, Jean-Claude, Philippe et moi sont bien au rendez-vous mais Philippe choisi de monter au plus près du déco en voiture car il souhaite essayer une aile de site avec son materiel plutôt lourd. Donc, c'est à quatre que nous rejoignons le déco sauvage des Cabanelles qui se situe entre le mont Agel et Saint Agnes à 1050 m d'altitude. A notre arrivée, quelques rayons de soleil viennent déclencher une petite brisette mais celle-ci fait vite à s'estomper car le ciel est au gris et les rayons disparaissent très rapidement. Il fallut attendre un bon moment, et le seul qui a vraiment sorti son materiel avec aile déplayée au sol c'est moi. Je me prépare toujoiurs pour décoller dès que j'arrive pour décoller à la moindre occasion mais là, ma première tentative fut un échec. Il fallait attendre que la brise se montre tout de même un peu plus véloce ne serait pour qu'elle oriente dans le bon sens les petites flemmêches disposées en avant du déco par Philippe et Jean-Claude. D'ailleurs Jean-Claude voyant coment se profile l'aérologie péfère changer de coin en allant sur Sospel. Nous, nous restons sur place en priant qu'enfin une brise de pente se présente de face plutôt que de ressentir la plupart du temps une brise arrière. L'aile remontée par mes amis, je me repositionne pour décoller avec toute les suspentes déposées sur l'intrados de mon aile afin d'éviter de les accrocher dans les petits bussions de lavande et rejetons de tiges qui sortent de terre bien trop gênant pour les suspentes qui vennent s'accrocher en elles et cela peut faire rater un décollage. Pour ma part, cela m'a couté une suspente .... je m'en suis apperçu en l'air. En effet, sur la deuxième tentative, avec suspentes sur l'intrados (idée à Jacques) et une très petite brisette de face, je réussi le décollage tant bien que mal et me voilà à voler pour découvrir un vol de Cabanelles à Cabbé. Un départ un peu hasardeux où j'ai eu un peu de mal à décoller et une fois en l'air je n'ai pas trouvé beaucoup de portance avec le risque de perdre trop d'altitude pour poser à bon port. mais finalement, j'ai fini par passer le col de la Madone avec une marge de sécurité conséquente. Après m'être retrouvé derrière le Mont Gros sans chercher à le survoler, je me dirige vers le village de Roquebrune pour ensuite poser sur la plage de Cabbé. J'ai été le premier à décoller et suis le premier à me poser. C'est Jean-Claude qui a décollé derrière moi et pose à son tour derrière moi. C'est enchainé ensuite les décollages successifs d'alex, Jacques et Olivier. Tous posés à bon port: la Plage de Cabbé. Il ne nous restait plusqu'à remonter à pieds, par les escaliers essentiellement, jusqu'aux véhicules laissés à Rocagel.


Jacques, Olivier, Jean-Claude, Alex, Aigle Chanteur, Philippe au Déco des Cabanelles



03.01.2015 - Roquebrune Cap Martin - Mont Gros

C'est mon premier rando-vol de l'année 2015 et il se fait de manière assez inopinée. J'avais pris mes deux ailes en étant plus enclin à voler sous mon aile Aspen 4 que sous l'Ultralite 2. C'est la météo du jour qui m'a décidé à faire un rando-vol plutôt qu'un vol sur site. Nous tombons d'accord avec Alex Dordor de faire chauffer nos mollets plutot que nos fesses sur un siège d'un véhicule motorisé et nous voila parti de la Gare SNCF de Roquebrune Cap Martin à 10h44 pour rejoindre le site de décollage du Mont Gros. Il nous aura fallu un peu plus d'1h30 pour fouler la moquette synthétique verte du Mont Gros.. Celle-ci est tapissée d'une multitude de pilotes en solo ou de biplaceurs avec leur passager. Les conditions aérologiques ne sont pas des plus aidantes avec du Nord-Est. Toutes les ailes sont placées pour décoller face à Menton. Il y a des décollages réussis et d'autres hasardeux, j'ai bien évidemment eu l'occasion d'en connaitre quelques uns de ces décollages hasardeux. Ils doivent faire réfléchir pour ne pas reproduire les mêmes erreurs ou au pire de mieux les maitriser car nul n'est à l'abri d'une mauvaise aérologie au moment où l'aile doit prend en charge. Bref, dans cette fournaise de pilotes qui la plupart ont déjà étalée leur aile sur l'espace vert, je me fraye un passage pour trouver un espace afin de sortir mon matériel qui va me servir à voler. Alex fait de même. Finalement, après avoir dénoué le cône de suspentage de mon Ultralite, je me positionne entre deux ailes pour m'apreter à décoller. Le premier essai se solde par un échec avec un face voile sans véritable brise de face (il y avait un flux travers gauche du à une rentrée de Nord Est). Les pilotes devaient allonger leur course d'envol à cause de cela et les biplaceurs attendaient le meilleur moment pour décoller. Mon deuxième essai s'en trouve réussi après avoir positionner mon aile légèrement un peu plus haut que la fois précédente et choisi plutôt le décollage en dos voile. Me voilà parti pour un petit vol d'une quinzaine de minutes avec une échappée assez rapide vers la mer car trop d'ailes virevoltaient en Est près du relief. L'aérologie était calme ... du pur bonheur en l'air avec une vue plutôt humide magnifique. A l'approche de la plage pour poser, j'ai du partager l'espace aérien avec une autre aile pour éviter tout risque de collision. Pour cela, j'ai fait quelques manoeuvres pour descendre plus vite afin de ne pas nous gêner au moment d'aligner pour poser. Mon posé fut doux. Voilà donc mon premier rando-vol de l'année 2015 dans un mouvement d'efforts sportifs comme j'aime et dans un décor urbain et naturel assez contrastant.




Sorties aériennes de mouette ou d'aigle en 2015



Revenir au contenu | Revenir au menu