Parapente Passion 06


Aller au contenu

Menu principal:


2014

Randonnées

Randonnées pédestres 2014 ....



06.08.2014 - Lacs de Vens

C'est avec mon ami Alex Dordor, Rebecca et Eva ses deux petites filles, que je vais randonner dans la Haute Tinée. La rando est partie du parking de Le Prat (envir. 1660m) à 9h00. Equipé de deux bâtons, je ferme la marche pour marcher à mon rythme si besoin. La pente à gravir est d'une difficulté moyenne voire facile. Je déroule mes pas sans vraiment forcer. L'ascension vers les Lacs s'est effectuée en 3h00 en passant tout d'abord le plateau de Morgan (2015m), la maison Forestière de Tortisse (2252m) où nous faisons une petite halte puis, le sommet de la Côte (2409m) qui bascule et offre la vue sur les Lacs de Vens dont le plus gros est à 2327m. C'est à l'endroit du Pas des pêcheurs que nous faisons la grande pause déjeuner, il est environ 12h00. C'est une pause d'une bonne heure où je m'emploi à faire une petite sieste bien agréablement installé sous les rayons de soleil qui viennent me réchauffer d'un air frais soutenu qui sévit à cet endroit. La pause terminée, nous prenons le sentier qui mène au Pierre de la Marmotte puis au plus bas, à la balise 20 (parking) où nous avions laissé un véhicule afin de nous éviter de remonter à Pieds pour récupérer le véhicule qui est resté à Le Prat. Le retour s'est effectué en 2h30 environ ce qui fait une randonnée pédestre de 5h30. Les genoux semblent avoir tenu le sentier .... C'est bon signe pour les prochaines sorties.


Lacs de Vens



02.08.2014 - Baisse d'Ugaïl/Granges de la Varne

En partant de la Baisse d'Ugaïl pour rejoindre les granges de la Varne, nous avons mis 1h30. Même chose pour le retour ce qui nous fait une randonnée pédestre de 3h00. Voilà une belle petite randonnée pour la reéducation de mon genou gauche. A la prochaine rando ....




26.07.2014 - Randonnée pédestre du Mont Cima (878m)

C'est samedi, il fait beau le matin et il semblerait que la météo se gâte pour la fin de journée. C'est en début d'après-midi que je me décide de me tenter à la marche en guise de reprise campagnarde tout d'abord puis montagnarde si tout se passe bien au fil de mes entrainements. Dans un premier temps, je voulais me rendre sur Levens afin d'atteindre le Mont Férion. Mais au fil de la route, en passant par Colomars, je traverse le village d'Aspremont pour rejoindre Tourettes-Levens que je change d'itinéraire. C'est au moment où je m'apprête à basculer vers ce dernier que j'emprunte la route de la prairie. A cet instant j'ai décidé d'aller marcher sur les hauteurs d'Aspremont. Est-ce le ciel qui m'a fait tourner et changer de plan ? Je pense que ça doit un peu de cela. Je sors du village d'Aspremont par ses hauteurs en empruntant avec mon 4x4 une piste qui va me mener vers la croix de Cuot. Cette piste se termine avec une barrière et baraquement en métal. Je laisse mon véhicule pour troquer les pneumatiques en training et bâtons. Je prends mon petit sac à dos où j'y ai mis engouffré une bouteille d'eau à bulles comme pour me rendre plus léger et je foule mes premiers pas avec envie. Enfin !!! c'est partiiiii .... j'y suis en plein dedans depuis le temps. Mon échappée en solitaire commence tout d'abord par du plat qui ne dura que 200 à 300 mètres et ensuite j'attaque de la pente pour me diriger à la Croix de Cuot (744m). De ce point de vue culminant j'y aperçois la vallée du Var. Je suis approximativement entre le pont de la Manda et le Pont Charles Albert sur le versant Est de la Plaine. J'y prends quelques photos, j'y cherche un endroit qui pourrait ressembler, avec un peu de défraîchissement, à un déco pour parapente en versant Ouest mais je ne vois rien qui pourrait ressembler à cela même à l'aménageant. Mais de ce point, en me tournant vers le Nord-Est, j'aperçois un beau sommet laissant supposer un potentiel site de décollage. C'est le Mont Cima. Allez hop ! c'est parti vers lui. Au passage, je taquine le versant Nord de la Cîme de l'Eurier en passant par le Collier de l'Eurier à 736 m d'Altitude. Il y a à cet endroit une ligne haute tension où s'érigent des hauts poteaux métalliques. Quand j'y passe en son dessous, j'entends le grésillement de l'électricité statique qui s'anime... c'est assez impressionnant. De là, je prends le sentier qui mène au sommet du Mont Cima. Le dénivelé s'accentue assez nettement et je teste réellement mon genou avec un peu d'appréhension, avec la crainte de ressentir des douleurs ou tout autre gêne qui pourrait me dire que la randonnée pédestre n'est pas encore pour moi. Euréka, la montée se fait assez facilement en me concentrant bien sur la tenue du genou par un gainage quii se fait automatiquement. La montée est ok mais qu'en sera t-il de la descente ? Chaque chose en son temps me dis-je .... il faut bien tester tout cela mais d'abord, il faut monter. J'arriverai bien à redescendre même si ça sera sur le cul ! J'atteins enfin le sommet du Mont Cîma (878m). Il y a trois tables d'orientation mais il y a aussi comme quelque chose qui pourrait se transformer en pente de décollage. Seul hic, il y a une ligne à Haute Tension, celle du Leurier. Je me demande bien si, avec une brise de face Ouest ou Ouest-Sud-Ouest, si l'aérologie du coin pourrait permettre de la passer aisément ? C'est à essayer me dis-je ..... Reste ensuite à savoir si la finesse de l'aile et les possibles brises " contrantes " permettent de passer les écueils et d'aller poser dans le lit du Var ? beaucoup de questions qui restent pour l'instant sans réponse. Ce que je sais, c'est qu'il y a à survoler à vol d'oiseau 3500 m environ pour poser à 75m d'altitude sur la rive gauche du Var en descendant juste après la nécropole de Nice. Bref il y a quand même quelques obstacles à éviter ou à contourner. L'inconnue c'est l'aérologie du coin. Bref, une fois la visite avec un certain intérêt de trouver quelque chose qui pourrait servir pour voler, je prends le chemin du retour ... le chemin de la descente. Ben vais .... tout se passe assez bien finalement hormis que mon genou gonfle sans que j'en ressente des douleurs pour ainsi dire. Toutefois, la fatigue se faisant ressentir, je double mes précautions au niveau des appuis. Des douleurs de dos ainsi qu'au genou droit, qui doit très certainement un peu compenser pour soulager le gauche en convalescence, se font ressentir. Je suis finalement content de trouver ma voiture mais surtout heureux d'avoir pu atteindre mon but ... marcher dans la nature et retrouver des sensations agréables dans les montées. Quelques gouttes commencent à tomber accompagnées de gros tonnerres. Un orage menaçant qui me suivra jusqu'à Nice .....





C'est reparti pour 2014 ..........


Revenir au contenu | Revenir au menu