Parapente Passion 06


Aller au contenu

Menu principal:


2012

Biplace

Mes envolées à deux en 2012



9 décembre 2012 - Mont Gros (biplace avec Laure)

Après une journée de travail, j'avais pour intention de retrouver des amis du vol libre sur Roquebrune Cap Martin. J'avais pris mon aile solo de montagne et mon aile biplace. En effet, il était question que je fasse voler Laure ma collègue de travail mais comme sa disponibilité n'était pas du tout assurée un vol solo me convenait bien mais fallait-il encore prévoir le retour à pieds d'où mon aile légère. Finalement, ma collègue est venue me rejoindre pour voler mais sur le tard. Après avoir laisser un véhicule près de l'atterro, nous montons au déco. Le soleil avait déjà bien tourné en Ouest et point d'aile en l'air. Il y avait eu du vent suffisamment fort dans la journée pour que les pilotes restent au sol. Je n'ai vu donc point de pilote à l'attero avant de monter au déco. Quand nous arrivons à la barrière pour rejoindre le déco à pieds, la biroute était en sud-Ouest. Je me dis que c'est bon pour décoller en biplace. J'accélère e pas pour gagner du temps car ça tourne assez vite en fin de journée. Le coucher de soleil n'est pas loin. Une fois arrivés au déco, je constate que la biroute est molle et pointe plus souvent son nez vers le sol que dans la bonne direction. Je me dépêche à me préparer et je stimule ma passagère à en faire autant. Au déco, il y a deux spectateurs non volants qui s'interessent à ce que nous faisons. Une fois que nous somes fin prêts à décoller, il n'y a pas plus du tout de brise de face, la biroute tant même à montrer que ça rentre légèrement de nord. Je me tente toutefois au décollage mais l'aile a du mal à monter ce qui fait que j'avorte le décollage. Nous sommes aidés par les deux spectateurs de notre forte envie de décoller. La deuxième tentative échoue également par manque de portance et je n'avais pas envie d'inviter ma passagère à courir dans les buissons qui se trouvent au devant de la moquette face à Monaco. Je lui dis que c'est cuit pour cette fois-ci. Je remonte l'aile toujours aidé par les deux compagnons du jour avec l'idée de plier l'aile mais, je suis assez têtu et je me dis, jamais deux sans trois. Troisième et dernier essai. Ma passagère avait commencé à enlever la sellette. Je l'informe de mes intentions et je l'invite à remettre la sellette. Durant ce temps, je sens que devant le déco ça se ralimente. C'est une chanc à ne pas louper. je m'empresse à ce que nous soyons prêtes tous les deux pour cet ultime essai de décollage. Quand je prends les élévateurs avants dans ma main droite, la brise que je sens dans ma nuque est toujours en activité. je suis en face voile car je veux voir mon aile monter et me retourner quand elle sera bien au-dessus de ma tête. Je donne le signanl à Laure qui fait face à Monaco d'envoyer la course d'envol avec énergie et de ne jamais faiblir; bien au contraire, d'accélérer au fur et à mesure de notre course. Elle joua bien le jeu et le décollage fut parfait. En l'air ça remuait un peu et pour cela , je m'écarte rapidement du relief pour aller vers la mer. C'est un vol de fin de journée et pour lequel, le coucher de soleil brillait de tous ses feux. Un décollage en 3 étapes et un atterrissage chaud où nous avions failli poser dans l'eau. Petit soucis, les clès du véhicule sensé nous remonter sont restées dans celui qui nous a monté au déco. merci Alex pour nous avoir remonter alors que tu étais tranquillement installé chez toi et en famille.



7 novembre 2012 - Mont Gros (biplace avec Estelle)

C'est avec Estelle (17 ans) que j'ai volé en parapente biplace. Pour Estelle, ce vol est un vol baptême. C'est depuis très jeune qu'elle veut voler en parapente. Voila qu'elle le fait pour ses 17 ans et sur le fabuleux site de Roquebrune. C'est avec mon aile Orca de Dudek, que nous allons prendre l'envol. La météo est magnifique avec un ciel bleu sans nuages et une mer tout aussi bleu mais avec des moutons qui matérialise un peu de vent en Sud-Ouest. Ce vol biplace est mon deuxième vol de la journée car auparavant je venais de faire un vol rando. L'aérologie se montre soutenue en bord de côté et basse couche mais au déco, s'est plutôt assez calme. La biroute part un peu dans tous les sens. Il convient donc de faire attention et attendre le bon moment pour décoller. Il doit y avoir un petit 7 kilomètres heure. Il est environ 13h30 quand nous décollons du Mont Gros. Le décollage est assuré de manière parfaite par ma passagère. Une fois décollés, nous sommes allés survoler le vieux village de Roquebrune, puis nous avons survolés la grande bleu pour finir le vol sur la plage de Cabbé après avoir fait quelques virages un peu serrés. Une fois aile et pieds posés, Estelle m'a accolé pour ce vol qui semble lui avoir apporté un vrai et réel plaisir.




13 octobre 2012 - Mont Gros (biplace avec Camille)

C'est avec Camille la fille de mon ami Gille Grossi que je me suis envolé du déco le Mont Gros du site de Roquebrune Cap Martin. C'est sous les yeux du papa que Camille et moi, nous nous sommes mis dans les airs après un petit briefing. Le décollage s'est effectué parfaitement et après un vol d'un calme plat,nous avons atterris sur les pieds comme des pros. Entre le déco et l'atterrissage Camille a eu droit à une petite mise en situation de pilotage avec les commandes dans les mains pour du guidage d'aile, roulis et tangage.




9 octobre 2012 - Mont Gros (biplace avec Denis)

En ce jour de repos, j'ai rendez-vous avec Eric qui veut voler sur Roquebrune. Toujours partant, on se donne rendez-vous pour 12h30 au Golfe bleu. Le rendez-vous n'est pas raté et nous nous retrouvons à 3 sur le site d'envol du Mont Gros pour un décollage de deux ailes. Une aile pour Eric et une aile pour Denis et moi ... youuuuhhh nous voila prêts à en découdre avec une aérologie qui est plutôt calme alors que les préviz avaient annoncées 80 km/h d'ouest ... à rien y comprendre. Toutefois, je reste méfiant .... et après le décollage, je ne cherche pas à rester en l'air. Je voulais tout simplement faire profiter un vol paisible à denis et non une aventure hasardeuse et risqué ... je ne sais pas quand et comment le vent va rentrer (s'il rentre ....). Alors voila, une fois décollé, je file sur le vieux village et voyant que ce n'est pas clean, je file sur la mer afin de lui faire profiter l'immensité de la mer.




6 octobre 2012 - Mont Gros (biplace avec Elisa)

Avec mon ami Eric Blanc et Elisa sa fille de 8 ans, nous sommes montés au déco du Mont Gros pour tenter une envolée sur les flots. Le ciel est assez gris mais sans vent alors que les prévisions misaient plus pour une aérologie soutenue en terme de vent. Nous attendons 11h pour penser à décoller et c'est vers 11h30 qu'Elisa et moi, nous nous élançons en prenant cap sur Monaco puisqu'il y avait du Ouest Sud-Ouest très léger. C'est avec un dos voile que je dis à Elisa "allez vas-y cours...." Elisa a vraiment bien assumé son rôle et n'a manifesté aucune crainte particulière. Comme au-dessus du déco, la brume grise était présente, je me suis écarté du relief au plus vite en me dirogeant tout droit vers la mer. Mon objectif était de survoler la mer pour la beauté de cet évènement mais aussi pour m'écarter du relief qui est pour moi synonyme de danger. Sur la mer, nous nous dirigeons vers le bout du cap martin mais arrivé à sa moitié, j'ai préféré revenir vers le rivage pour garder une grande marge de sécurité de retour. Je faisais bien attention à ne pas trop enfoncer les commandes car nous étions Elisa et moi sous la plage de poids malgré les précautions de lester les sellettes afin d'agmenter la charge alaire. Quand on est sur toilé, le risque est de décrocher l'aile est amplifié.


Elisa et son pilote préféré Aigle Chanteur




23 septembre 2012 - La Colmiane (biplace avec Marion et Patrick)

J'avais comme projet de faire voler Marion et Patrick en ce dimanche. La météo étant avec nous, ciel bleu et absence de vent en prévision, je confirme cette journée Pic nic et vol libre. Nous nous retrouvons donc sur le grand prè de saint Dalmas de Valdeblore sur le coup de 10h30. Marion et Fred sont les premiers à nous rejoindre puis ma fille Emilie et son compagnon Clément. Nous nous organisons pour monter au décollage du Pic de la Colmiane. Je sollicite Fred dpour me monter le sac de portage qui est relativement lourd. Arrivés au déco, je constate l'absence de brise et le déco est à partager avec des amis volants. Une fois que la moitié des personnes posées sur le déco ont décollés, je place mon aile pour nous préparer à notre tour à l'envol. Informations au passager données en ce qui concerne sa participation active a assuré pour réussir le décollage sans trop de problèmes, le signal est donné pour commencer la course d'envol. Le décollage s'est effectué parfaitement grâce à une belle course d'envol qu'à effectué Marion en appliquant bien les consignes que je lui avais apporté. Dès les premiers instants de vol, Marion manifestait allégrement par des Oh la la son bonheur de découvrir tout le plaisir du vol libre sous un parapente dans une aérologie calme et doux puis généreuse dans le deuxièle tiers du vol où, nous avons pris quelques thermiques qui nous maintenaient en l'air sans grande bataille. Marion a ressenti les sensations que peut apporter les montées dans la masse d'air grâce a ces fameuses colonnes d'air chaud. Volontairement, nous mettons un terme au vol car il me fallait faire voler Patrick alors qu'il était déjà une heure trente. Marion et moi avons posé tranquillement sur l'herbe du terrain de Soun Dal Pra. C'est ensuite au tour de Patrick Chalier de vouloir prendre les airs et partager ces moments sympas du vol libre. Nous remontons donc au Pic de la Colmiane. Les conditions avaient changé et se montrent moins généreuses de par un soleil caché par des nuages. Il y a plus d'ombre sur les reliefs que de zones ensoleillées. Il n'y a pas de miracle, le vol fut un plouf mais Patrick a su apprécier ce vol qui ne dura pas plus de 10 minutes. Le posé quant à lui, s'est terminé debout comme deux grands. La banane sur nos visages, nous avons rejoint le groupe de 12 qui nous attendait pour le plaisir du Pic Nic ... miam miam ....



14 Août 2012 - Pic de la Colmiane (biplace avec Mailys)

Nous sommes mardi 14 août. Accompagné de ma femme, je monte à la Colmiane pour faire voler la fille d'une amie qui vit a Saint Martin de la Vésubie. Nous arrivons à Soun Dal Pra vers 9h45 et devions repèrer ma passagère que je ne connais pas. Nous faisons, Jacqueline et moi, connaissance de Mailys et de son copain Quentin. Présentation faite, nous montons illico presto au déco. Souffrant du dos depuis un certain temps, Quentin se propose de me porter le sac qui pèse pas moins de 20 kg, bonne intention que je ne refuse pas. Quand j'arrive au déco, il n'y a personne sauf la présence d'une forte rosée. Le soleil quant à lui, est caché par un gros nuage qui se trouve parmi d'autres. Avec cette météo mitigée, j'informe à ma passagère qu'il va falloir attendre un moment car les conditions aérologiques ne sont pas vraiment favorables à un envol à deux. En effet, la brise rentre de derrière. Dans l'attente, arrive l'école Imagin'air. Elèves et biplaceurs, prennent place sur le déco alors que nous attendons, nous, des meilleures conditions. Dans cette attente, je prépare ma passagère en ajustant la sellette qui va la porter, le réglage du casque aussi, j'enfile ma combinaison noire, je monte la caméra sur mon casque.... mais faudra encore attendre que ceux qui ont étalé leur aile s'envolent. Tout arrive à ceux qui savent attendre. Notre tour vient quand l'élève qui squatte l'endroit où je veux poser mon aile s'envole. Pendant que je m'installe dans ma sellette, Gaby, en biplace décolle. Nous allons décoller sous peu. Je relie ma sellette puis celle de Mailys aux écarteurs rigides. Je donne quelques consignes à ma passagère en ayant dans chacune de mes mains, les élévateurs avants. Je suis prêt à décoller, je n'attends plus que le moment favorable. Celui-ci arrive aussi, le Go est lancé. Mailys avance et résiste bien à la traction de l'aile qui s'opère lors de sa levée. Elle me montre qu'elle applique bien les consignes qui je lui avais donné pendant que moi, je suis concentré à gérer aile et passager. L'envol se fait au bout d'une vingtaine de mètres sous le regard de Quentin son petit copain. Il y a plus d'ombre que de soleil ce qui ne favorise pas le réchauffement de la terre et donc le développement de thermique. Le vol est assez court même si j'ai cherché à optimiser le vol. Ceci dit, nous sommes allés tout de même au-dessus des mélèzes qui ornent le pied du Baus de la Fréma. On a joué un peu dans ce coin en flirtant avec la cîme des arbres. On y a trouvé un peu d'ascendance mais rien de bien généreux pour pouvoir réellement monter dans le ciel ou du moins pour véritablement gagner du gaz pour se sortir d'une inévitable rentrée au terrain. Vint le moment de penser vraiment à aller poser et donc de préparer une bonne approche pour poser au mieux ma passagère et moi. Juste avant la finale, je demande à Mailys de sortir de la sellette pour se dresser comme si elle devait décoller et si l'approche au toucher du sol est bonne pourquoi ne pas poser sur les jambes. Dans la finale, je laisse la vitesse à l'aile en étant bras haut et à quelques mètres du sol (2 ou 3 max) je commence à enfoncer les freins de manière symétrique afin de ralentir la vitesse pour ensuite enfoncer complètement les freins avec une recherche de ressource pour que nous puissions poser pieds tranquillement et en douceur. Nous aurions pu le faire si ma passagère n'était pas partie en arrière par l'effet ressource quand j'enfonce les freins. Pour ma part, j'ai posé debout et cela me fait bien plaisir car l'atterrissage n'est vraiment pas mon fort en biplace. A l'inverse de cela, le décollage c'est mon véritable dada. Satisfaite du vol, Mailys prend plaisir à me donner un coup de main pour plier l'aile. Elle découvre un peu plus le matériel qu'elle avait pu voir et toucher au déco lors de son déploiement et étalement au sol. Mailys s'est montrée très surprise de la grandeur de l'aile. Ce vol biplace fait, il faut récupérer le véhicule mais à notre grand désarroi, les clé de la voiture à Mailys qui nous a monté au déco est restée avec Quentin. Ni une ni deux, je prends le sentier qui va me mener, à travers bois, jusqu'au 4x4. Une fois arrivés, je prends mon aile solo et je file au déco pour me faire un vol perso. Les conditions sont plus favorables mais restent faibles car l'ensoleillement est pauvre. Pour autant, je prends l'envol et je me fais mon petit vol avec recherche de zones ascendantes. je me suis fait un petit vol tranquille où les thermiques commencaient sérieusement à me monter si je le désirai. Je me suis un peu amusé à cela, mais je n'avais pas envie de rester trop longtemps en l'air car il était 13h30, le ciel s'éclaircissait de plus en plus ce qui revient à dire que les thermiques et les brises vont forcément forcir. Je n'avais pas envie de cela. Je fais quelques virages très serrés pour perdre de l'altitude avec l'idée d'aller poser. Les biroutes à l'atterro tendaient à changer de sens régulièrement. Cela ne présageait rien de bon. Il était temps pour moi de poser et c'est ce que j'ai fait. Il ne me restait plus alors qu'à aller chercher le 4x4 resté au Pic puis aller savourer une bière au col de Saint Martin que Mailys m'a offerte pour me remercier. Le plaisir de voler fut partagé. A l'année prochaine Chère Mailys et cher Quentin, Ysa, qui ne manqua pas de me laisser un petit message sur mon livre d'or, appréciera une nouvelle fois que je fasse voler sa fille ....


Mailys et Aigle Chanteur




28 juin 2012 - Balme (biplace avec Laure)

Après une petite rando partie d'un peu plus haut que le Col St Martin, je rejoins le décollage de la Balme avant 11h. L'aérologie est assez calme mais le ciel s'obscurcit progressivement et déjà la crête du Mont Petoumier est envahie par les nuages. Le ciel est bas. Je ne tarde pas à décoller pour un vol biplace d'une vingtaine de minutes. Le posé au terrain Soun Dal Pra s'est effectué avec des biroutes de travers. Vive les airbags !!



19 Juin 2012 - Peille (biplace avec Laure)

Après une journée de travail, je me suis rendu à Peille pour rejoindre Olivier et Laure une collègue infirmière. C'est un vol biplace avec l'aile montagne du club que je vais m'envoler après une matinée de travail dans une unité de soins en psychogériatrie. Après un envol de toute classe, bien aidé par mon ami Olivier et bien assuré par Laure, le vol se montre calme de par une aérologie douce au point que je donne les commandes un temps à Laure pour qu'elle joue avec aile. En approche du terrain d'atterrissage, je reprends les commandes pour bien me présenter au terrain. Pour ma part, c'est le moment qui me demande le plus de concentration car arbres, ligne électrique et grillage d'une certaine hauteur sont, pour nous de véritables obtacles à éviter pour ne pas transformer, un moment agréable en moment regrettable. Tous mes sens sont en éveil. Les obstacles passés, nous voila à survoler le terrain qui se présente vert sous nos pieds.Je m'efforce à faire une belle finale afin de prendre de la vitesse pour un bel arrondi. Mais mon pilotage ne semble pas à la hauteur d'un posé doux et s'est donc les jambes relevées que nous posons nos fesses avec l'usage de l'airbag fessier pour amortir le choc sellette pelouse. Après l'atterrissage, laure me verbalise ses ressentis qui ne sont que magie pour elle. Olivier, qui venait de se faire voler des instruments de musique, a su retrouver un moment de serenité en volant. J'ai vécu, un vrai moment de bonheur à voler pour se détendre après une journée de travail.




29.02.2012 - Peille

Après une journée de travail, je suis allé rejoindre le déco de Peille pour un envol à deux avec une masse d'air calme où j'avais une très légère brise de face mais suffisante pour décoller sans encombre. Le vol fut un plouf mais agréable à vivre. Le posé s'est fait sur le terrain de foot dans le premier tiers du terrain. En approche du terrain où il faut survoler grillage et cables. Nous avons, Cindy et moi, frôlés avec nos pieds des branches nues d'un arbre juste avant d'engager la finale. J'ai posé pieds tranquillement et c'est ainsi que ce sont terminés ces instants du vol libre.



24.02.2012 - Petit Mounier

Vol biplace en s'envolant du Petit Mounier avec Eric Blanc pour aller poser à Beuil. Le déco était recouvert d'une neige assez glacé. Il fallut trouver une zone où la neige nous permettaient de nous enfoncer un peu pour ne pas glissé et surtout pouvoir interrompre l'envol si nécessaire. Le décollage s'est fait avec un léger vent de travers gauche (par moment nous avions une brisette qui venait nous chatouiller la nuque). Eric à très bien assurer la course d'envol en tant que passagert ce qui nous a facilité le décollage car il fallut courir un certain temps avant que l'aile nous prenne en charge. Nous avons décollé face à l'Est (nous avions le Mont Mounier pratiquement en face de nous). Une fois décollé, j'ai fait en sorte de rester au relief afin de prendre cap vers la stèle car mon idée était de voler au-devant des barres rocheuses où nous avions d'ailleurs deux aigles voler également à son devant puis se sont élevé dans le ciel en nous ignorant. L'aérologie était saine et calme. Nous nous sommes rapprochés du Mont des Moulines puis avons pris cap sur Beuil afin de nous rapprocher des terrains très peu enneigés malgré la saison d'hiver. Pour moi, c'est une première de poser sur ces terrains où se trouve tout de même un ligne électrique qui les sépare et une ligne électrique qui longe une petite route. Quand nous sommes en approche, nous appercevons Psylvia qui avait décollé et posé quelques minutes avant nous. Elle avait déjà rangé son materiel et nous regardait évoluer dans la masse d'air et préparer notre approche. Eric a posé sur ses jambes alors que moi, je me suis écroulé sur mes fesses. Eric s'est montré très impression à vole tout près des barres rocheuse avec le stabilo gauche effleurant la paroie. Il se souviendra aussi du moment du décollage où il fallait mettre le paquet pour que l'envol réussisse (au moment où il fallait prendre de la vitesse os pas s'enfonçait dans la neige). L'atterrissage aussi était un moment plein de tension et concentration. Un excellent vol pour Eric et moi ..... qui a duré 17 minutes.


Eric Blanc me donne un petit coup de main pour le pliage




15.02.2012 - Peille

Après un petit rando-vol du matin (Levens/Mt Ferion), je plie mon matos, j'attends que mes potes aient tous posés pour leur proposer d'aller voler à Peille. Du groupe, seul Christophe est d'accord pour nous rendre à Peille pour faire un deuxième envol. Je rejoins le décollage de Peille qui se situe au Nord du Mont Agel. C'est un vol biplace avec Cindy que j'ai à faire. Christophe me propose son aide après n'avoir pu lever l'aile biplace montagne Gin du premier coup à cause de racines qui retiennent des suspentes au sol. Ma deuxième tentative fut couronnée de succès pour un vol calme avace ma passagère et un posé sur la pelouse du terrain de foot de la Grave de Peille. Pour le posé, Christophe n'a pas eu la même chance que nous. Il s'est montré un peu court en approche du terrain et a fini suspendu sur un cable et grillage du terrain de foot. Heureusement sans bobo ni pour lui, ni pour son matériel. Tout est bien qui finit bien.




Le partage aérien ...


Revenir au contenu | Revenir au menu