Parapente Passion 06


Aller au contenu

Menu principal:


2012

Parapente

Mes envols 2012 sous mes ailes....


30 décembre 2012 - Le Mont Gros

Pour cette fois-ci, j'ai décidé de prendre les deux ailes (montagne et site) et voir sur place quel type de vol allais-je faire. Finalement, je prends la navette de 11h15 avec mon aile Aspen 2. C'est environ 50 minutes de navette avec la marche à pieds pour monter au décollage. Une fois arrivé, je constate une importante fréquentation du site où beaucoup de pilotes avaient leur aile déployée prête à prendre l'envol. Je me mets sur le côté en Sud de la moquette verte pour me préparer. Comme hier, le modérateur est là pour surveiller et aider les pilotes pour tenter de réduire à néant tout comportement ou évènement dangereux pouvant exposer les personnes à un réel danger. Le temps que je prépare l'aile, quelques pilotes avaient décollé. L'aérologie se montre assez généreuse et non vicieuse. A priori, ça devrait être bon pour moi. Je devrai faire un vol assez sympa. Le seul hic pour moi, c'est le nombre d'ailes en l'air qui vont et viennent autour et au-devant du décollage. Je redoute la collision d'autant que certains ne cèdent pas la priorité à ceux qui ont le relief à leur droite. Au cours du début du vol, j'ai du mal à trouver le thermique qui va me monter assez haut et je dois batailler. J'ai même cru que j'allais finir par m'éloigner vers la mer mais à force de chercher et avec un peu de gnac, je finis par trouver de quoi monter au-dessus du déco du Mont Gros. Il y avait des ailes qui étaient bien hautes dans le ciel mais pour ma part ma petite bataille me suffit largement d'autant que certains pilotes chevronnés ne semblaient pas parvenir à faire mieux sinon moins. Je me dis que finalement, ce sont peut être des ailes qui ont décollées du décollage de Laï Baraï. Cette idée là, me permettait de penser que j'avais largement mener ma bataille et que je pouvais aller poser tranquille au bout de 45 minutes de vol. Le posé s'est effectué en direction du Cap Martin. En effet, la tendance Est était toujours de mise mais beaucoup moins forte qu'hier.




29 décembre 2012 - Le Mont Gros

C'est une journée vol libre à Roquebrune Cap Martin qui est prévue pour cette journée assez bien ensoleillée. J'ai rendez-vous à Cabbé avec Alex Dordor, son petit fils Ethena et Eric Blanc à 9h30. Quand je suis arrivé à 9h15, ils étaient tous là. Au programme, un rando-vol qui part de Cabbé pour atteindre le décollage du mont Gros. Nous avons mis 1h30 avec Ethena qui a 12 ans. L'espace décollage est déjà pris par des pilotes la plupart Suisses qui ont étalés leur ailes sans pour autant décoller. Les conditions aérologiques ne sont pas optimales avec du Nord-Est qui s'anime modérement. Il y a aussi de l'Est qui est ressenti plus au-devant du décollage. La grosse biroute qui coiffe le déco changeait de direction assez régulièrement et montre parfois des rentrées de Nord faible mais qui est là .... Ce qui calme les ardeurs des pilotes qui sont prêts à décoller. En ce qui me concerne et que je n'ai pas trop l'intention de virevolter près du relief. Je suis assez bouillonnant pour décoller et m'en filer vers la mer. Eric et Alex sont pratiquement prêts également. De derrière des ailes déjà déployées, je me tente à lever mon aile pour slalomer entre les stabilos étalés mais une clé m'empêche de continuer. Je repose mon aile pour oter la clé. Un pilote suisse se propose de m'aider à remettre l'aile en place. J'accepte bien volontiers son intention même si j'ai pour habitude de me débrouiller seul. Eric me fait remarquer que je me montre un peu trop impatient ... il me connait bien et sait que mon envie de décoller est à son summum ... finalement, dès que l'aile qui se trouve devant moi décolle, je suis ses pas pour faire de même. Et hop ... me voila en l'air. Eric et Alex suivent derrière. Je joue quelques moments aux abotrs du relief mais comme il y avait des voiles qui faisaient aussi l'essuie glace et que certains pilotes faisaient l forcing à savoir qui allait s'écarter du relief pour laisser place à l'autre alors qu'il existe des priorités, j'ai finalement pris l'option d'aller m'éloigner vers la mer en guise de sécurité. Sur la mer, l'Est se faisait bien sentir ce qui frainant bien mon aile qui avait peine à avancer vers le Cap Martin. Si je n'ai pas utilisé l'acccélérateur pour avancer plus vite, Eric me dira plus tard qu'il l'a utilisé pour rendre concluant l'efficacité de ce systeme. Je pose en premier en bout de plage en Ouest, puis c'est Eric qui atterri en bout de plage mais il a choisi d'être en Est de la plage. Quelques minutes plus tard c'est au tour d'Alex de poser à peu près au même endroit qu'Eric. Pour le deuxième vol, Eric ne nous suit pas, il préfère rentrer chez lui car les conditions semblent se durcir. Alex remonte chercher son petit fils pour rentrer chez lui, quand à moi, je rejoins Psylvia qui est déjà au déco mais préfère rester au sol car les conditions se sont réellement renforcées. Eric nous signanle qu'il y a des moutons qui se forment en mer. Ils sont le signe que le vent va rentrer et se renforcer rendant le vol dangereux. Avec Psylvia, je prends la décision de rester au sol pour rejoindre Eric chez lui. Il nous invite à casser la dalle dans une ambiance sympa et en présence de son épouse et d'Elisa que j'avais fait voler il y a peu. Jacques nous a d'ailleurs rejoins. Il est 15h30, seul Jacques remonte au déco pour faire un autre vol. Moi, je suis plombé et l'envie d'aller voler avec des conditions qui ne me plaisent guère m'était passé. Je ramène Psylvia à Cabbé pour qu'elle récupère sa voiture puis je rentre chez moi tranquillement et assez satisfait de cette belle journée.



Une vue vers l'Italie



23 décembre 2012 - Le Mont Gros

Après une journée de travail et un petit tour à Auchan pour un achat cadeau, je me rends au décollage du Mont Gros pour tenter de décoller avec mon aile montagne si l'aérologie est favorable à un vol de fin de journée. A l'heure ou je vais tenter de décoller, le soleil est déjà bien engagé pour un beau crépuscule. Quand j'arrive au déco, il y a des pilotes et des ailes dépliées sur la moquette prêtent à décoller. La biroute pointe plus Nord qu'Est. Je déplie vite fait mon aile après l'avoir accroché à la sellette (généralement, elle n'est jamais désolidarisée de sa sellette, mais lors de mon dernier vol j'avais utilisé la sellette pour mon biplace. Il ne me reste plus qu'à relier tout ça et à verifier l'ensemble. Le temps que je fasse tout cela, les pilotes étaient toujours sur le déco .... c'est vrai que je ne mets pas une plombe pour me préparer et m'envoler mais là, je me suis dit, ils attendent quoi ? la brise de terre qui rentre bien fort ???? Bref, la biroute pointe vers la mer, les pilotes ont leur ailes qui pointe vers Menton et moi je pointe vers Monaco. Je n'ai pas forcément choisi le meilleur Cap mais men Bati, je fais un premier essai ... non concluant alors, je remonte mon aile et, tout en la tirant pour la déplacer , je la pointe vers le déco Sud-Est. Avec un bon dos voile, me voila parti pour décoller .... yoooouuuuu trop bon je vole ..... Cap sur la mer, je prends mon pied, je prends en photo une vue de Monaco sur fond de crépuscule, puis je vais poser tranquille en direction du Cap. Je plie rapidement l'aile et hop, me voila parti à pieds en direction du Mont Gros pour y récupérer mon véhicule. C'est aussi simple que cela, hormis qu'il fallait par moment m'éclairer avec mon portable pour que je sache où je mettais les pieds. Retour à la casa vers 19h30.




9 décembre 2012 - Le Mont Gros (Roquebrune Cap Martin)

Après une grosse matinée de travail, il me reste comme plaisir d'aller voler en vol biplace avec mon aileperso l'Orca de chez Dudek. Le passager est une camarade de travail. Nous nous donnons rendez-vous près de l'atterro et hop, nous voila partis vers le déco.




2 décembre 2012 - Le Berceau (Menton)


Ce fut un rando-vol parti de derrière le cimetière de Castellar sur les hauteurs de Menton à 9h23. Une fois arrivé au déco sauvage, je suis, comme le plus souvent, le premier à décoller et le premier à poser. Nous étions 9 au déco. 5 pilotes ont décollé du Berceau et 4 du plan de Lion. Tous ont posés à la plage des sablettes sauf Alex qui a posé sur les plages de Menton. Mon vol s'est fait avec mon aile Ultralie 2 d'Ozone. Après ce vol, j'ai fait trempette avec mon ami Jean-Claude Fages et vu mon ami Pierrick qui s'était déplacé spécialement nous rendre visite à l'atterro des Sablettes.



Jean-Claude fages et Aigle Chanteur




1er décembre 2012 - Roquebrune Cap Martin

Ce fut un vol rando en solitaire en partant de la gare SNCF de Roquebrune Cap Martin en mettant 1h18 pour atteindre le décollage du Mont Gros. Ce fut un vol assez soutenu par de l'Ouest qui rentrait progressivement fort avec formation de moutouns au fil de mon vol.



25 novembre 2012 - Mont Joia

Journée rando-vol dont le groupe était composé de 8 personnes. L'objectif étai le Mont Joia que nous avons atteint tranquillement et pour lequel nous avons pu, tous, décollés pour aller poser à l'atterro non officiel de Roquebilière (cf rando-vol 2012).




7 novembre 2012 - Mont Gros

Journée parapente un peu spéciale avec tout d'abord un rand-vol avec mon ultralite 2 d'Ozone en partant seul, de la gare de Roquebrune Cap Martin. J'ai mis 1h38 pour atteindre le déco. L'envol ne sait pas fait attendre. Alors que le déco est déjà encombré par des ailes qui se déploient et d'autres qui sont prêtent à décoller. Je sors le matos, je déplie et je m'envole en l'espace d'un petit quart d'heure. J'ai appris à être rapide en montagne. Mon deuxième vol est un vol biplace baptême pour Estelle (17 ans). Nous avons assurés un super décollage et atterrissage. La tendance aérologique était Sud-Sud-Ouest mais au déco, c'était un peu tournant. Au-dessus de la mer, il y avaient des moutons qui étaient de la partie et c'est signe de vent soutenu. Le posé s'est effectué sur les pieds aussi bien pour le passager que pour moi-même. Estelle fut enchantée d'accomplir un vieux rêve ...VOLER !




13 octobre 2012 - Mont Gros

Décollage du Mont Gros pour un vol biplace avec Camille Grossi avec survol de la mer puis, pour finir, un posé sur la plage de Cabbé et sur les pieds pour les deux .... cool ça !!.


Camille assure sa partition au décollage ....



09 Octobre 2012 - Mont Gros

Journée biplace aujourd'hui à Roquebrune Cap Martin où j'ai fait deux envols sous mon aile Orca. Le premier décollage s'est effectué face à Monaco avec Denis l'ami d'Eric Blanc et le deuxième s'est fait en direction de Menton en compagnie de Laure. Comme les décollages, les aterrissages se sont faits en sens opposés car les brises avaient changé.



06 octobre 2012 - Mont Gros

Un vol sous l'aile biplace montagne du club en compagnie de Elisa, 8 ans et 23 kilos. Le décollage s'est effectué à partir de la moquette du Mont Gros, survol de la mer, et le posé sur la plage de Cabbé.



Elisa en démonstration pour la course d'envol ... qui dit mieux ?




03 octobre 2012 - Mont Gros

Envol du déco du Mont Gros pour un vol de vingt minutes en fin de journée et où j'ai fait du soaring sur la cité vieille de Roquebrune Cap Martin avec survol des flots marins pour un posé tranquille sur la plage de Cabbé.




23 septembre 2012 - Valdebore

Jounée Pic nic et vol libre avec 2 vols en biplace. Marion a fait son Baptême de l'air en décollant du Pic de la Colmiane vers 11h30 et Patrick Chalier a fait son deuxième envol (le premier fut fait sur le site de Roquebrune). Mes deux passagers du jour ont très ben assuré leur phase active à savoir le décollage puis l'atterrissage. Chacun d'eux s'est montré heureux de cette envolée au-dessus des mélèzes Une petite option pour Marion qui a eu le plaisir de gouter à un petit centrifugage (virages sérrés) avant d'attaquer la phase finale du vol qui est l'approche au terrain.



21 septembre 2012 - Cagnourine

Aprè une randonnée pédestre la veille avec mon épouse de l'ancienne caserne de la Baisse de Peyrefique au sommet du Roc de l'Abysse effectuée la veille, je m'en vais sur le site de Cagnourine le lendemain matin pour y faire un envol si les conditions aérologiques locales le permettaient. Il me fallut attendre 12h30 pour me décider de m'élancer dans la masse d'air. Un bon jeu d'aile à terre a bien compléter ce petit vol qui m'a grandement assouvi.




18 septembre 2012 - Dôme du Barrot

En compagnie d'Eric Blanc et Jacques Allemand, c'est un rando-vol qui m'a amené à passer une nuit chez mon ami Eric avec un lever pour 6h00 et démarrage de la rando, à partir de Valberg, à 6h55. Nous avons emprunté le sentier planetaire sur environ 2 km en nous amenant du côté des Aiguilles, puis nous l'avons quitter pour emprunter celui qui se dirige vers le Dôme du Barrot. Au terme de la rando nous avons atteint le Dôme du Barrot où plusieurs Patou nous ont acceuilli avec des aboiements et grognements. Le petit vent qui soufflait au sommet nous était aussi hostile (Nord Ouest). Il était tôt (9h30), nous avions de la marge pour espérer un changement de situation aérologique. Le soleil était dans notre dos par rapport au cap de lancement que nous souhaitons... Pour la suite (cf rando-vol 2012)




16 septembre 2012 - Gourdon

Envol à 13h du déco 2 de Gourdon. Bonnes conditions aérologiques. Le déco était vraiment bien alimenté à cette heure un peu tardive. J'ai décollé derrière l'envol en biplace de Patrick Husson. Il y avait du thermique que j'ai exploité pour jouer avec. C'était un jeu à trois: le thermique, mon aile aspen et moi. Les nuages se développé de plus en plus de par cette activité réactive au rayonnement solaire. Fidèle à mon habitude, je pose après un vol qui aurait pu durer des heures mais que j'ai écourté volontairement après un bon quart d'heure de vol. La bataille fut compliquée pour poser à l'arrière du déco 2. Posé et satisfait je range mon aile dans son sac de portage pour m'en retourné sagement et en bonne forme à la casa. Mon ti'aigle fétiche a volé avec moi ...




15 septembre 2012 - Gourdon

Vols à Gourdon sous mon aile Aspen 2 et en compagnie de mon ami Jacques et Gilles qui a son brevet de pilote depuis peu. Pour nous trois ce sera 2 vols: 1 le matin et 1 l'après-midi après un petit repas pris à l'auberge de Gourdon. Les conditions aérologiques étaient agréablement bonnes mais petit plafond même pour les meilleurs. En ce qui me concerne, c'est la première fois que je partage le ciel avec mon ami Gille Grossi avec qui j'avais partagé un vol biplace pour son baptême de l'air et depuis, il vole en quasi autonomie sur Gourdon. C'est avec l'école Ascendance qu'il a fait ses premiers vol en solo et c'est avec celle-ci, que Gilles a obtenu le brevet de pilote. Mais il lui reste bien entendu à se perfectionner. N'ayanty jamais fait de décolle en face voile, pour le deuxième vol, nous avons vu cela ensemble. Après quelques tentatives infructueuses de lever d'aile Gilles a réussi à la monter correctement au-dessus de sa tête et se retourner pour faire face à la pente. Il ne lui restait plus qu'à décoller et hop, le voila en vol pour la deuxièle fois de la journée. Comme Jacques n'est jamais pressé de décoller, j'enclenche juste derrière Gilles pour un vol plus que sympa.




14 septembre 2012 - Peille

Vol à Peille en compagnie de Jacques et Olivier. Décollage vers 17h et plouf aux oreilles pratiquement tout le long du vol .... et oui !!! c'était un plouf commandé car, pour moi l'aérologie n'était pas saine. Pour autant, mes amis du jour ont volé plus d'une heure trente. Ainsi va la vie .....




11 septembre 2012 - Sospel (Agaisen)

Ce fut un vol-rando c'est à dire le vol avant la rando que j'ai pratiqué en ce jour avec mon aile Aspen 2 (cf rando-vol 2012)



10 Septembre 2012 - Roquebrune Cap Martin

Au départ, Olive voulais aller voler à Peille mais pour ma part, mon désir était d'aller voler aux alentours des flots bleu de la plage de Cabbée en fin de journée. Tardivement, nous décidons avec Alex et Olivier, d'aller voler sur Roquebrune plutôt que sur Peille. Nous nous donnons rendez-vous pour 16h45 à Cabbé afin d'arriver avant 18h au Mont Gros (lieu de décollage) qui surplombe Montecarlo. Le site est fermé depuis plus d'un an mais c'est en voie de réouverture. la mairie de Roquebrune se dégage de la gestion du site pour la donner par convention au club de Roquebrun'ailes. Il reste des formalités administratives et un règlement intérieur qui a pour but de réglementer le site à signer entre les différentes parties.... En attendant, nous prnons la responsabilités de monter au déco pour un envol de fin de journée. Quand nous arrivons, l'aérologie est plate (la biroute pique du nez) et de temps en temps on ressent une très petite brisette qui rentre travers droit (sud-ouest. Comme nous sommes arivés une bonne demi heure à l'avance (17h20), nous attendons et papotons sur le déco. Un petit quart avant l'heure de décollage (18h), je prépare mon aile pour être fin prêt à m'élancer dans les airs. C'est Alex qui décolle en premier, puis Olive (Olivier). Je regarde mes camarades décoller ... chacun à son style. Alex dans la finesse avec un face voile et Olive avec un dos voile, temporise bien (attente de son aile) et s'élance vers l'avant avec une psoition un peu trop verticale à mon gout mais ... chacun son style. Pour ma part, je préfère donner de bons appuis à mon aile par la ventrale. Mon décollage se fait dans un premier temps avec un face voile pour faire monter mon aile au-dessus de ma tête puis un retourné tout en continuant à aller vers la pente avec appuis à la ventrale. Tout ceci sans précipitation ... il est loin le temps où je pensais que pour décoller il fallait partir comme un bourrin. Une fois en l'air, je continue à regarder mes amis voler et en parallèle, je recherche et ressens ce que l'aérologie et l'aile me transmet. Le vol sera de toute évidence très court en durée mais toutefois, le peu de dynamique que je perçois, je tente de l'exploiter au mieux pour, tant soit peu, voler en très léger soaring un laps de temps. Comme mes compères, je suis allé voleter du côté du Vista palace Hôtel puis, nous avons tous trois glisser le long du relief en direction du vieux village de Roquebrune mais avant de l'atteindre, nous dûmes prendre cap vers la grande bleu afin de se préparer à aller poser. Le survol des flots marins est toujours un grand et doux moment. Mon vol n'a duré que 16 minutes mais en regard des conditions aérologiques, je pense que je ne pouvais pas faire mieux. La douceur du vol m'aura accompagné jusqu'au posé sur la plage de Cabbé et ce ne fut que du bonheur... j'en reveux !



Au déco du Mont Gros avec Alex DORDOR




8 et 9 Septembre 2012 - Cagnourine

Arrivé la veille à mon chabotou de la vallée de la Pia, le lendemain en fin de matinée, je monte au déco avec mes deux ailes. Je voulais voler pour mon premier vol avec la Golden 2 où je suis un peu surtoilé. Cette voile est quasimment neuve, quand je la déplie, le bruit du tissu est craquant. Je fais d'abord un peu de travail au sol puis quand je sens que mon aile me tire vers le haut et me soulève par moment, je me dis que je peux me mettre en l'air ... il est midi. Je fais mon petit vol puis je m'en vais poser. Les thermiques qui déclenchent de plus en plus souvent rendent mon approche un peu délicat. Je vais donc an avant du déco pour perdre de l'altitude et quand je juge que la hauteur est bonne pour me présenter à la planche j'y vais. Le fait d'être allé trop en Est, j'étais trop loin ce qui fait que j'arrive trop bas pour poser à la bonne planche. Je pose sans problème mes pieds mais il me fallait avancer avec mon aile au-dessus de moi pour éviter qu'elle retombe sur des épineux. Cet exercice pour aller jusqu'à la bonne planche n'ira pas jusqu'au bout. En effet, une bouffe a trop dévié mon aile à ma droite ce qui m'a valu de devoir la redresser mais me manquant d'espace l'aile finit par tomber .. non pas sur de l'herbe mais sur un cerisier et des buissons d'épineux. Cela m'a valu d'aller chercher échelle, et gros sécateurs. Avec l'aide de ma femme, j'ai mis deux heures pour dégager l'aile et ses suspentes. Les envols du 9 se sont faits avec l'Aspen 2. Il y avait à partager la planche de décollage avec Maurice Baldi, un pilote chevronné local. Je fus le premier à m'élancer mais comme il ne fallait compter que sur les thermiques car point de brise, avant de faire un tas je pose dare dare sur le petit décollage où se trouve la manche à air. Maurice me donne quelques conseils et semble pressé de décoller pour aller poser à castérino. De la planche on peut y voir deux ailes dont une vole vers le fort central et l'autre du côté du Roc de l'Abysse. Quand, maurice décolle, il a du mal à trouver le thermique qui va le monter mais une fois trouvé, il s'est catapulté suffisamment haut pour aller faire l'hélico du côté de la baisse de Peyrefique. Pendant que moi, je me bats pour remonter dans un premier temps au-dessus du déco pour éventuellement poser si je n'arrive pas à monter plus haut, puis dans un deuxième temps, voyant qu'il y a de quoi faire, je me bats pour au moins aller au niveau de la pyramide. C'était chose presque faite quand j'en eu marre de me battre alors que Maurive en deux temps trois mouvements il était déjà au zénith.... cherchons l'erreur. J'ai beaucoup de travail à faire avec le thermique. Finalement je pose un peu déçu mais pas écoeuré car de toute manière je devais rentrer tôt au chabotou. Je me console comme je peux ....



7 septembre 2012 - Gourdon


Depuis le temps que je n'allais plus à Gourdon, je me suis bien éclaté à décoller et à reposer sur le Déco 2. J'y ai fait 3 envols puis, pour finir, j'ai posé derrière le Déco 1 pour être plus près de la voiture afin de partir avec la banane.



6 septembre 2012 - L'Alpet (2523m)

Journée rando-vol de St Etienne de Tinée à l'Alpet avec mon ami Alex. (cf rando-vol 2012)


Sur le sommet de l'Alpet



28 août 2012 - Mont Mangiabo

C'est avec Alex et Jacques que j'ai rendez-vous à Sospel à 5h30 pour rejoindre le déco sauvage du mont Mangiavbo avec l'espoir d'avoir une aérologie calme pour pouvoir nous envoler de plus de 1800m. Nous démarrons la rando de l'ancienne coopérative à 5h37 et j'atteinds le sommet du Mont Mangiabo à 8h55. J'y décolle à 9h35 pour un vol d'une vongtaine de minutes dans une aérologie relativement calme.... (cf rando-vol 2012)


Alex, Jacques et moi



18 et 19 août 2012 - Cagnourine (Tende)

Arrivé la veille au soir dans mon chabotou de la vallée de la Pia, dès le lendemain matin en milieu de matinée je monte au déco de Cagnourine. Le ciel est d'un bleu pur exempt de tout nuage. Il fait chaud.... c'est caniculaire même à la montagne. Arrivé vers 11h, je dois attendre 45 minutes pour sentir un début de brise de vallée plus ou moins installée. C'est un signe que c'est anticyclonique et que surtout il fait chaud un peu partout... et il y a peu de différence de température au niveau des masses d'air. Mais à force de rayonnement solaire la brise de vallée s'accentue ce qui va me permettre de me mettre en l'air. Il est tard pour moi déjà un peu tard, 11h45 quand je lève l'aile et je la repose au sol à 12h04 précisémment car les thermiques qui déclenchent commencent à fouetter l'aile un peu trop à mon goût et comme je n'ai pas envie de lutter avec les éléments, de me pose et remballe mon aile déjà très heureux d'avoir pu m'envoler et gouter aux joies du vol libre même si ce fut court. De toute façon, je pense déjà au vol du soir sur les coups de 17h. Ce temps arrive après avoir déjeuner et fait une sieste bien reposante avec cette chaleur qui sévit. Quand j'arrive au déco, je vois deux gars qui sont en train de sortir du matériel pour voler. Le gars, s'appelle Benoit et vien faire un biplace pour faire voler un jeune pour la première fois. Quand je les rejoins sur la planche où j'ai pour habitude de travailler au sol et décoller, le pilote me demande si je suis un local. Comme je ne le suis pas vraiment, je lui réponds "un petit peu parce que je viens souvent mais, je ne fais pas le grand bocal, je joue au pourtour du déco et ça me suffit ...". Tout d'abord, ce gars m'informe de son intention de voler en solo pour sentir la masse d'air et voir si c'est bon pour faire le vol à deux. Pendant ce temps, je me prépare et je décolle juste après lui après avoir raté mon premier contrôle de l'aile et qui se couche sur le bord d'attaque. Je remets tout ça dans le bon ordre et je me retrouve à voler et, pas tout seul cette fois-ci. J'aime partager l'espace aérien mais il ne faut pas qu'il y ait trop d'ailes car ça devient alors dangereux ... ce n'est pas le cas dans cette configuration à deux ;). Alors voila, je joue avec la masse d'air et mon aile, je m'approche du reliefs en arrière du déco que l'on appelle ici "la Pyramide" du fait qu'elle a une forme triangulaire. Puis, je reviens jouer au devant du déco, Benoit d'un côté et moi de l'autre. Je repose une fois et aux oreilles et sans laisser tomber l'aile, je redécolle ... c'est mon jeu préféré .... pour voler encore un petit peu. Entre temps, Benoit a reposé. Je le rejoint au déco en reposant aux oreilles encore une fois pour être bref. Son premier levé d'aile foire, je me détache de ma sellette pour lui faciliter la tâhe car c'est plus compliqué quand on a un passager à gérer en parallèle. Je lui replace l'aile vite fait et lui demande s'il veut que je l'assiste. Benoit sent qu'il n'a pas besoin de mon aide et me dit que ça decrait aller. Je m'en retourne dans ma sellette pour être prêt à décoller juste après lui. Il ne rate pas sa deuxième tentative et prend de la hauteur facilement. Je décolle derrière après l'avoir regarder et nous partageons l'espace en étant éloigné l'un de l'autre. Ce vol a duré environ 45 minutes. Je pose en premier puis le biplaceur pose assez rapidement après moi avant qu'il n'y ait plus de brise du tout. Benoit un pilote de Pays de Loire. Il a pour habitude voler en plaine mais il pratique aussi ailleurs comme nos montagnes et suit des stages à Annecy par exemple. Je l'ai trouvé très à l'aise à Cagnourine. Bref, nous étions content d'avoir pu échanger ces agréables moments. Il était temps de nous quitter et l'on s'est pourquoi pas à l'année prochaine après m'avoir dit qu'il aimé bien venir voler ici l'été. Le lendemain, j'avais une rando à faire avec mon épouse en partant de Cagnourine. Le levé était programmé à 4h et s'est ainqi que cela s'est fait. Départ de la rando à 5h17 pour monter jusqu'au fort Pépin que nous avons d'ailleurs visité. Cette sortie a duré environ 10h. Ce temps là, m'a permis de revenir voler le soir en compagnie de lon ami Jacques Allemand. Ce soir là, j'ai volé 20 minutes. Durant ce vol j'ai vécu une grosse fermeture de mon aile au-dessus du déco. Je l'ai senti quand la pression à chacune de mes mains qui tenaient les freins s'est ramollie soudainement. je lève l tête et je vois mon aile en chiffon, j'ai vite donné un coup sec sur les freins et l'aile en instantanée s'est regonflé avec un bruit sec des tissus qui se sont retendus brusquement. Après ce petit incident de vol, j'ai encore voler une petite dizaine de minutes mais j'en avais assez d'autant que je me suis mis en l'air alors que l'arrière du déco se faisait sombre par une masse d'air très brumeuse et au fond, en direction du col, les nuages étaient bien gras et developpant (Castelanus). Ceci était en Ouest mais en Nord .... c'était complètement bouché et inquiétant. Il y avait de toute évidence une grosse activité et déjà là, je me trouvais assez inquiet au niveau de l'évolution. Je me suis d'ailleurs tapé une grosse fermeture de l'aile au-dessus du relief. Avant le grand claquage de l'aile j'ai senti les commandes toutes molles. J'enfonce d'un coup sec et symétrique les commandes pour les remonter aussitôt tout en regardant mon aile qui s'est regonflée aussitôt et de manière harmonieuse. Petite frayeur gérée ... ce ne sera que la quatrième fois (de mémoire) que j'ai vécu un vrai incident de vol hormis ceux déclenchés en SIV. Suite à cela, je m'éloigne du relief pour voleter encore une petite dizaine de minutes. Je décide d'écourter le vol en pensant à aller poser sur Cagnourine pendant que Jacques s'amuse comme un petit fou et prend, de toute évidence, un grand plaisir. Il me dira par la suite que c'est la première fois qu'il s'est senti aussi à l'aise sur ce site.



14 Août 2012 - Colmiane

Envol à deux avec Mailys du Pic de la Colmiane (1790m) sous mon aile biplace Orca pour un vol du matin avec une aérologie très calme afin que ma passagère ne garde en mémoire que douceur et plaisir. Ce vol n'a duré qu'un peu plus de 10 minutes environ mais ce qui compte, c'est que Mailys ait très apprécié la sensation du vol libre sous un parapente. C'était un baptême pour elle et je suis heureux de lui avoir fait découvrir ces instants de liberté .En dehors du plaisir d'avoir volé à deux sous mon aile Orca, j'ai aussi très apprécié la Leffe que Mailys m'a volontiers offert pour me remercier de ce vol baptême. Rendez-vous est donné pour l'année prochaine pour revoler ensemble et faire découvrir les sensations du vol libre à Quentin ( cf biplace 2012).





Mailys et Aigle Chanteur




8 et 9 août 2012 - Mont Tenibre


Grande randonnée pédestre le 8 aout 2012 avec Alex Dordor, Jean-Claude Fages, Nadine et Jacques Allemand pour un unique vol de montagne le lendemain matin. Ce sont 1900m de dénivelé que nous avons gravi dans la journée du 8 puis un vol de 1400m le lendemain 9 août 2012 en partant du village Saint Etienne de Tinée pour atteindre le sommet du Mont Tenibre (cf rando-vol 2012).



Sommet du Mont Tenibre




4 Aout 2012 - Colmiane

En ce samedi d'été, j'ai rendez-vous avec Alex Dordor, président et ami du club de Roquebrun'aile, pour faire un rando-vol en partant de l'atterro de Valdeblore (1330m d'alt) dénommé Soun Dal Pra. Nous démarrons la rando à 7h15 avec comme objectif d'atteindre le décollage de la Balme qui se trouve environ à 2200 m d'alt. C'est d'un pas tranquille que nous avalons le dénivelé qui nous sépare du point de part au point d'arrivée. Nous avons environs 900m de déniv. Le soleil ne tarde pas à nous accompagner dans nos efforts. Alex assure son avancé en prenant garde de ne pas trop forcer sur son dos car il sort d'une double hernie il y a peu et moi, je ressens depuis quelque mois une petite lombalgie qui ne me quitte pas et c'est usant. Je me ménage aussi mais mon tempérament me fait accélérer le pas et son amplitude sans que je m'en appreçoive vraiment. A chaque fois que je me retourne je vois que je distance Alex. Je fais des pauses pour nous retrouver ensemble puis, arrivé sur un plateau où se trouve un gros troupeau de moutons, je décide de filer jusqu'au déco sans interruption. J'y arrive un petit quart avant Alex et il est 9h06. J'en profite pour me préparer d'autant qu'il y a déjà la brise qui en fait provient d'un météo d'ouest. Le temps que je me prépare Alex arrive et ne tarde pas à faire de même. Les deux ailes sorties, prêtent à décoller, Alex lève sont aile, contrôle bien son cone de suspente puis se retourne et décolle. Juste derrière lui j'enchaine à mon tour. J'avais en préalable fait plusieurs lever d'aile donc je n'avais pas à inspecter quoi que ce soit hormis de regarder la bonne prise de forme de l'aile avant de me retourner pour mettre du poids par la ventrale et m'élancer pour une bonne prise de vitesse. Je me dois de courir un peu, voire même de retourcher le sol avant de vraiment voler. Je fais un vol d'un petit quart d'heure et je pose alors qu'Alex est encore en l'air. Il pose quelques minutes après moi. A l'atterro, il y avait Philippe Mollet, un ami de club. Sur le terrain, il y a aussi Nicolas Vincent et Gabriel Guirao de l'école Imagin'air. Gaby me prête une Ellus 4 pour que je l'essaye. Je profite de sa navette pour me rendre par deux fois au pic de la Colmiane. Pour le premier vol d'essai, je déballe une aile toute neuve, qui n'a pas encore volé. Je vais l'essayer avec une sellette qui n'est pas la mienne. C'est une sellette de l'école de parapente Imgin'air et pour essayer une voile c pas top de ne pas avoir sa propre sellette car il est impossible de ressentir uniquement l'aile puisque tout est changé. Je m'envole donc pour la première fois et du pic sous l'Ellus 4. Malgré un manque de brise évident, je fais un face voile. Je vois mon aile bleu et jaune monter tranquillement pendant que je recule dans la pente face à l'aile pour lui donner la vitesse suffisante. Une fois au-dessus de ma tête, je me retourne sans interrompre le tractage de l'aile afin de ne pas interrompre l'inertie que l'aile a besoin pour rester en forme. Je suis concentré à assurer une bonne course d'envol en maintenant l'aile au-dessus de ma tête. L'aile finit par me prendre en charge et me voila en train de voler. Je ne tarde pas à basculer sur ma droite afin de me rendre vers le suquet.



25 juillet 2012 - Caïre Gros

Matinée rando-vol à Valdeblore. L'aile ultralite dans le sac sellette, je démarre la rando en partant de l'atterro Soun Dal Pra à 7h. Deux heures après, j'étais sur le sommet du Caïre Gros. Ce fut un envol pour un petit vol en survolant le Pic de la Comiane. (cf rando-vol 2012)




7 et 8 juillet 2012 - Cagnourine

Mon programme du week-end est de voler sur Tende. Arrivé le vendredi soir, au matin du samedi je suis sur le déco de Cagnourine vers 10h30. Le ciel se montre très clair et d'un bleu azur. La brise de vallée se met en place et déjà l'aérologie se montre très dynamique vers 11 heures. La brise de vallée s'active au grè de l'ensoleillement mais aussi, très probablement par un petit vent météo d'Ouest qui vient apporter également son dynamisme. Je me prépare donc rapidement pour m'envoler après quelques gonflages au sol. Une fois en l'air, je sens bien que ça forcit au grè du temps du réchauffement solaire. L'aérologie s'active et se renforce assez vite. N'ayant pas envie de me faire tabasser par une aérologie hypertonique, je repose assez vite à chacun de mes deux envols. L'aérologie locale devenant une vraie bouilloire, je décide de plier l'aile pour revenir en fin d'après midi. Je suis tout de même satisfait d'avoir eu à gérer la dynamique aérologique et je m'en retourne à mon chabotou avec l'idée de revenir à 16h30 pour y faire mon vol du soir. A 16h30, comme prévu, je reprends le chemin de Cagnourine. Quand j'arrive au déco, l'aérologie est en furie. Je dois attendre un certain temps pour me mettre en l'air. Ce n'est que vers 17h30, que je sors l'aile pour en découdre avec l'aérologie encore bien bouillonnante. Avant de me mettre en l'air je joue avec mon aile au sol. Je lutte pour ne pas décoller vraiment puis je finis par prendre l'envol pour une heure de vol. L'aérologie est tellement tonique que je n'arrive pas à m'éloigner du du relief. En fait, je n'avance pas et il y a même de fortes accélérations qui font reculer l'aile. Je suis obligé de sortir l'accélérateur pour me dégager du relief. Avec l'accélérateur enbfoncé à fond, j'avance péniblement en direction de Tende. Je suis très attentif à une éventuelle fermeture frontale car l'usage de l'accélérateur modifie l'angle d'incidence et tend à rendre l'aile plus vulnérable à une frontale. Les accélérations très toniques de la masse d'air que je ressens sous mon aile de la brise de vallée me fait dire qu'ici, ça ne rigole pas. Au bout d'une heure de vol, je fais le choix de poser. Sous ma combinaison, mon teeshirt est trempé de sueur. J'ai l'impression d'avoir lutté avec mon aile dans cet élément naturel qu'est l'air. Rassasié, je rentre au chabotou quelque peu fatigué Au lendemain matin, toujours vers 10h30, je remonte au déco avec l'idée de me faire quelques envols de fin de matinée. En fait, je ne fait qu'un envol pour un vol sympa au début mais pour lequel je n'attends pas d'être de nouveau balloté par la brise de vallée et les thermiques qui se mettent en place assez rapidement. En effet, le ciel est encore plus beau et plus ensoleillé que la veille ce qui promet une aérologie atomique. N'ayant pas envie de serrer encore plus fort les fesses que la veille, quand je vois les feuillus et branches de mélèzes s'activer par le fouettage de la brise, je décide poser pour ne plus me remettre en l'air. Voila donc mes 5 envols du week end pour du soaring dynamique mais aussi j'y ai fait du travail au sol toujours bien profitable en terme de maniement d'aile aussi bien sur un déco qu'en vol.


08.07.2012 Travail sol par paul1956




5 juillet 2012 - Mont Grosso

Avec Jacques Allemand et Alex Dordor, nous nous sommes faits un petit rando-vol en décollant du Mont Grosso pour poser sur le grand terrain de Sospel où se trouve le pigeonnier. Ce fut une belle et bonne journée. ( cf rando-vol 2012)


Eric, Alex et moi à la Baisse de Levens




29 juin 2012 - Petit Mounier et Mont Demant

Le lendemain de ma petite rando via la balme pour y faire un vol biplace avec ma collègue Laure, j'ai rendez-vous avec Eric et Psylvia à Beuil pour y faire un rando-vol jusqu'au petit Mounier. Il est très tôt quand j'arrive à Beuil ou Eric m'attendait déjà. De là, on va rejoindre Psylvia qui nous attends juste au-dessus de Valberg pour y démarrer la rando. La journée s'annonce belle. Peut être que nouds allons pouvoir décoller pour ne pas descendre à pieds. La suite se trouve dans la rubrique rando-vol mais sachons que le vol ne sera pas gagné facilement. ( cf rando-vol 2012)


Psylvia et Eric à l'abri du vent sur le Petit Mounier




28 juin 2012 - Balme (Colmiane)

Un envol vers 11h de la Balme avec l'aile Yeti GIN du club dans des conditions calmes mais avec un ciel se couvrant. Pour accéder au déco, avec ma collègue Laure, je suis parti en rando pour une marche d'1h45 environ. Une fois arrivés au déco, nous constatons une petite brisette de face mais le vol se montre incertain. En effet, la base de certains nuages de proximités étaient d'un gris foncé ce qui ne m'inspirait guère à décoller pour rester en l'air. Je prends la décision de décoller en compagnie de ma passagère qui n'attendait que ce moment là. L'objectif du vol était de redescendre ce que nous venions de monter à pied en volant (vol descente). Ce fut donc un petit vol d'une vingtaine de minutes avec un posé sur le terrain d'atterrisage Soun Dal Pra où les manches à air (biroutes) indiquaient une brise de travers. Le posé s'est fait un peu dur malgré une bonne finale et une bonne prise de vitesse. Pour autant, Laure et moi avons savouré ce rando-vol marqué par le plaisir de l'effort dans sa première partie puis le plaisir de sentir léger pendant le vol où la caractéristique du vol libre est de traverser la masse d'air avec le bruit du vent relatif aux oreilles.




26 juin 2012 - Valdeblore (Colmiane)

Un vol solo avec l'aspen 2 en compagnie de mon ami Fifou. Le lieu de décollage fut Veillos. Les conditions étaient un peu bizarre avec du Nord en altitude mais thermiqueux en vallée ce qui donnait des mouvements particuliers aux différentes biroutes de l'attero mais au déco, celle-ci matérialise une brise de face. Nous avons du attendre que cela se calme et c'est donc vers 16h30 que nous avons quitter terre sous nos ailes. Fifou décolle en premier et j'enchaine juste derrière. Ce fut un vol à ne pas trop rester en l'air car le Nord se faisait ressentir surtout sur les crêtes dixit mon ami Fifou. Quant à moi, si j'ai joué un certain temps que veillos 2, j'ai fini par m'écarter pour rejoindre Fifou qui se débattait pour s'extraire du vallon de derrière la raya. Il finira par réussir et aller taper sur les pentes du Petoumier. J'ai essayé de le suivre mais finalement , j'ai préféré jouer aux alentours de la Raya un certain temps pour finir sur les pentes du Pic de la Colmiane. Ca ne demandait qu'à moter mais vu les mouvements de la masse d'air et les réactions de mon aile, j'ai préféré perdre de l'altitude pour aller poser sur le terrain officiel. Fifou posera que quelques minutes après moi et c'est bien ainsi.




19 juin 2012 - Peille

Un vol biplace à Peille avec laure pour son vol Baptême et ce, après une bonne matinée de travail. Nous avons rejoint le déco de Peille à 3 en compagnie d'Olivier venu voler pour se détendre car très contrarié de s'être fait voler des instruments de musique dans son hangar de Lescarène. Au décollage, la brise faiblisait progressivement. Nous ne devions pas tarder à décoller pour avoir suffisamment de brise de face afin de lever l'aile sans trop de difficultés. Laure a assuré une parfaite course d'envol pour un vol dans une masse d'air très tranquille et pour lequel, j'ai remis les commandes à ma passagère un laps de temps pour lui faire comprendre en instantanée le pilotage de l'aile et de ses réactions aux commandes. Le plus chaud moment était de passer au-dessus du grillage qui entoure le stade qui nous acceuille pour poser sur une pelouse bien verte. Pour son premier vol, Laure s'est montrée très adaptée pour toutes les phases du vol qui comprend décollage, vol et atterrissage. Nous retiendrons de ce vol découverte que du plaisir. Du plaisir pour moi à, faire découvrir et pour ma passagère,le plaisir de découvrir une activité assez particulière qui est de traverser le monde des oiseaux.



Laure à l'atterro de Peille



18 Juin 2012 - Mont Mounier (2817m)

Encore un rando-vol de Beuil jusqu'au Mont Mounier mais l'envol s'est fait du petit Mounier (cf rando-vol).



14 Juin 2012 - Cime de Pépin

Ce fut un envol de la Cîme de Pépin après une rando de 3 heures qui est partie de Cagnourine. Jacques Allemand fut mon compagnon de marche et de vol. ( cf rando-vol)



1er Juin 2012 - Mont Capelet Supérieur (2637m)

J'accuse un petit retard au rendez-vous de 4h30 au parking de Carrefour Lingostière, c'est donc sur la route en direction du plan du var que je retrouve Jacques Allemand. Nous nous retrouvons à Roquebilière pour y laisser un véhicule et nous montons à la balise 257 (La Festola Granges) à 1628m. C'est de cet endroit que nous démarrons la rando. Au cours de la rando, nous passons assez rapidement dans le parc du Mercantour. Assez rapidement aussi, Jacques préfère aller plus à droite que moi. Nous faisons la rando en solitaire en quelque sorte. J'arrive au sommet peu de temps avant lui. Nius avons mis à peu près 2h30 pour atteindre le sommet du Mont Capelet Supérieur (2637m). Après avoir fait le tour des antennes pour visiter à 360 degré les différents horizons qui s'offrent à nous, je m'interesse à l'aérologie qui me dit qu'il y a un très léger Nord Est dominant et suffisant pour compromettre un décollage sur un site qui offre peu de possibilités d'orientation pour décoller. L'aérologie étant de cul, mes diverses tentatives finissent par me faire arracher 3 suspentes qui gèrent le centre droit du bord de fuite de mon aile. Malgré mais diverses tentatives de décollages, je finis par abdiquer. Jacques, quant à lui, décolle bien et posera sans problème à Roquebilière (587m) pendant que moi, je redescends à pieds ce que je venais de monter. C'est ainsi ... le vol libre aussi.




29 Mai 2012 - Cîme de Valette de Prals

C'est mardi matin, avec un lever à 3h45 pour être au rendez-vous de 4h30 à Carrefour Lingostière. C'est un rando-vol qui va animer ma matinée vol libre avec un départ de St Gras pour la rando et un décollage de la Cîme de valette de Prals. Le vol a démarré vers 9h20 et a duré 25 minutes environ. L'atterrissage s'est fait près du stade de Roquebilière pour un vol de 1900m. ( cf rando-vol)




26 et 27 Mai 2012 - Cagnourine

Samedi 26 et Dimanche 27 ne fut que des épisodes pour le vol libre sur le site Cagourine. La météo est capricieuse en jouant avec le soleil, les nuages et les orages. En parlant d'orage, si j'ai pu m'envoler le samedi en fin de matinée de par la présence du soleil, l'après midi s'est vite gachée avec l'envahissement du ciel par les nuages puis vient la nuit, elle fut très bruyante et lumineuse par un gros orage qui a sévit avec tonerres, pluie battante et éclairs. Le calme et le soleil est enfin retrouvé au petit matinpour tenter de réchauffer cette terre humide. Fallait encore une fois sauter sur l'occasion pour espérer voler dans la journée alors, ni une ni deux, à10h30, je prenais le chemin qui mène au déco de Cagnourine. En résumé, les crénaux d'envols étaient assez restreints: (11h00 - 12h30 pour le samedi où je me suis envolé par 3 fois avec toujours le même objectif pauffiner le travail au sol, gérer les décollages et atterrissages et jouer avec les différentes vitesses de l'aile. Aucun regret de ne pas partir sur d'autres horizons car le ciel devenait menaçant. A 12h30, je plie mon aile pour m'en retourner à mon Chabotou. Le dimanche, après l'orage, la terre s'en trouve très mouillé mais le soleil étant, je file darre darre au déco toujours sur les coup de 10h30. Cette fois ci et par rapport à la veille, je dois attendre un peu plus pour m'envoler car l'humidité retarde le réchauffement des sols. La brise tarde à s'animer suffisamment. Mais comme tout arrive à celui qui sait attendre, je finis par faire mon premier envol vers 11h15 et en l'espace de 45 minutes je me suis envolé 5 fois. A mon dernier reposé, le ciel ne laissait peu de place au soleil alors oui .... j'étais trop heureux d'avoir jouer avec mon aile durant ce laps de temps. L'après midi fut à la pluie.




10 et 11 Mai 2012 - Cagnourine


Jeudi 10 Mai le matin: ce sont 3 envols en fin de matinée avec des conditions non installées mais des petits coup-de-vent qui agitent la masse d'air. A chacun de mes décollages, je m'empressai de reposer au déco. Lors du troisième reposé, j'ai mis un terme en reposant l'aile sur la planche herbeuse du décollage pour la matinée. Après être retourné au Chabotou pour prendre mon repas du midi et profiter du soleil en m'exposant sur une chaise longue, je retourne à Cagnourine vers 16h. Mon quatrième envol de la journée se fait vers 16h30. Les conditions aérologiques locales sont fortes car le soleil a brillé toute la journée. Sur ce décollage, quand j'ai levé l'aile, je suis monté à la verticale. Bras haut (vitesse max de l'aile sans accélérateur), mon aile avançait très péniblement dans la masse d'air. Sur ce vol, j'ai utilisé l'accélérateur loin du relief pour avoir un peu de vitesse. Outre l'accélérateur, j'ai utilisé également la technique des oreilles pour ne pas trop monter dans cette masse d'air dynamique et porteuse au point de monter sans enrouler. J'ai d'ailleurs utilisé les oreilles pour pouvoir me poser sur la planche où j'avais décollé. Le reposé fut très difficile à négocier. Il fut fait avec le maintien des oreilles jusqu'à l'affalement de l'aile. Le guidage de l'aile s'est fait tout à la sellette. S'est ensuivi un autre envol avec des conditions légèrement faiblies mais restent pour autant très soutenues à 17h mais cette fois-ci, je décolle en avançant. Je me sens un peu plus serein dans une masse d'air plus fluide, constante et portante. Lucien, le propriétaire des lieux, me rejoint en l'air avec sa Sigma. Ce fut un vol d'une demi heure encore. Une fois posés, Lucien me dira qu'il a sorti l'aile pour la première fois de l'année car jusqu'ici les conditions étaient "merdiques".



Vendredi 11 Mai 2012

Ce sont 3 envols en fin de matinée et où les conditions forcissent progressivement. Ce fut un régal à voler dans ces conditions où la masse d'air étaient bien organisée où de très bons thermiques se mettaient en place. Dans le ciel il y avait de très beaux cumulus qui en disaient longs. Entre chaque envol, j'y ai laissé à des exercices au sol. Pieds au sol, je me faisais soulevé assez souvent. Je m'éclate autant en l'air qu'au sol. Finalement, je repose l'aile sur le sol pour la plier car ça devenait vraiment trop fort pour moi. Vol du soir: 16h30. J'arrive au déco de Cagnourine. Il y a des coups de vents déclenchés par de puissants thermiques. J'attends une bonne heure pour que ça faiblissent un peu. Une fois décollé, ce fut pour un vol d'une bonne heure. Je me suis tout simplement régalé à jouer avec les vitesses de mon aile. J'ai écourté le vol volontairement et avec la banane.




04 Mai 2012 - Mont Démant

Vendredi matin 4 mais, je pars avec Jacques Allemand pour rejoindre Eric Blanc à Beuil pour un vol rando. Le sommet visé et soit le Mont des Moulines ou bien le Mont Démant. C'est du Mont Démant que j'ai décollé pour un petit vol calme au début puis plus mouvementé dans sa dernière partie.




21 avril 2012 - Cagnourine

Samedi matin, il est annoncé du vent pour autant je me rends au déco de Cagnourine car le soleil brille de tous ses rayons et le ciel est d'un bleu pur. il est 11 heures. Au déco, ça bouge déjà. je sors mon aile, je la gonfle et la lève, je joue avec mon aile sur la planche pour tester la masse d'air. C'est assez régulier alors je décide de m'envoler. En l'air c'est soutenu mais je sens de petits coups de vent. Je décide alors de reposer au déco. Une fois parvenu je rejoue un peu avec l'aile mais je me fais arraché du sol. Je repars donc pour un tour sans en avoir décidé. Je repose quasi aussitôt mais cette fois-ci je mets à terre mon aile pour la plier.




28 mars 2012 - Cagnourine (Tende)

Hier j'ai volé sur Gourdon, aujourd'hui c'est à tende. Avec une météo radieuse et à priori sans vent, je décide de rejoindre le déco de Cagnourine presqu'en fin de matinée. Il est quasi midi quand je me suis mis en l'air mais avant cela, il m'a fallu attendre que la brise de vallée soit suffisamment installée. A cette époque, même si le soleil est en grand rayonnement, la brise a du mal à s'installer et il lui faut un certains temps pour y parvenir. Comme tout arrive à celui qui sait attendre, le déco suffisamment aéré, je sors l'aile pour y faire quelques gonflages avant de tester l'envol, les envols. Dans cette première journée d'envols 2012 sur le site de Cagnourine, ce sont 3 décollages qui s'en sont suivi après des reposés où il faut à chaque fois lutter un petit peu pour poser dans de bonnes conditions. C'est avec mon Aspen 2 que je joue avec l'aérologie soutenue par du Sud Sud-Ouest. A la fin du jeu, 13h, je replie mon aile pour m'en retourner au Chabotou.




27 mars 2012: Gourdon

Ce jour là, je devais travaillé mais un préavis de grève de la CGT a été déposé à la direction la veille pour manifester une forme de contestation à cette politique d'austérité à l'égard des travailleurs et salariés. Je n'ai pas hésité une seconde pour faire grève. Ne sachant pas s'il y avait une manifestation, j'ain pris ma journée pour me faire plaisir en allant voler? J'ai hésité entre la Colmiane et Gourdon. Finalement, j'ai opté pour Gourdon car la tendance est annoncée Sud-Est. Arrivé à Gourdon aucune voiture et pas un chat. le déco était super alimenté. J'ai rejoint le déco 2 (près de la boule) et j'ai attendu de voir du monde en l'air. Finalement, trois ailes fines lames étaient en l'air et sont venues se poser derrière moi, en arrière du déco. Puis je vois une aile de même accabit que la mienne. Elle avançait normalemet dans la masse d'air. Ni une ni deux, rassuré et content, je déballe mon matos pour me mettre dans la sellette et m'envoler après avoir fait un face voile tout en avançant vers l'aile pour amortir la vivacité de l'aile et éviter de me faire arraché du sol. Bras haut, l'aile avance tranquillement avec moi pieds au sol. A mi-chemin sur le déco, mes pieds décollent et je vole déjà. Je prends assez rapidement du gaz. J'attends d'en avoir suffisamment pour aller en arrière du déco afin de me préparer à reposer sur le déco dont je venais d'y décoller. Décoller et reposer sur un déco est pour moi jouissif alors, dès que je le peux, je le fais, mais je le fais quand les conditions s'y prêtent. Je veux dire par là, que je ne me fais pas obligations de reposer sur un déco. Le site de Cagnourine par contre impose cela. Ceci dit, le jour où je repose sur le déco 1 de gourdon je me dirai que j'aurai acquéri une certaine maitrise d'un certain ensemble de choses. En attendant, je me contente de reposer en arrière des décos sur Gourdon. Bref, je pense aussi à redecoller alors, je refais en quelque sorte un remake du décollage premier. Une fois décollé avec un décollage similaire au précédent, je cherche à reprendre de l'altitude pour voler tout d'abord puis pour atterrir une nouvelle fois. Mais cette fois-ci, je cherche à reposer tout près de la voiture, en posant en arrière du déco 1 de Gourdon. Je dois être patient là, car l'aérologie est assez soutenue et descendre n'est pas chose facile. Plus c'est soutenu et plus il faut être doux aux commandes et patient pour ne pas commettre de mouvements brusques qui pourraient alors engager trop l'aile dans une dynamique difficilement contrôlable. Avec le temps et un pilotage adapté, je finis par perdre progressivement de l'altitude. Je n'ai pas chercher à faire une descente aux oreilles exprès. Je voulais jouer avec l'aile et la masse d'air. Je voulais varier ma plage de vitesse pour bien sentir mon aile. Au grè du pilotage, j'ai fini par poser pieds. Pieds au sol, j'amène mon aile à un endroit herbeux et plat pour plier mon aile. J'ai posé et plié mon aile heureux, satisfait d'avoir voler sur un site que j'apprécie beaucoup et où j'ai beaucoup appris avec l'équipe Ascendance. Je m'en repars avec mon 4x4 Nissan Pick Up car je dois partir sur Tende en milieu d'après-midi.



19.03.2012 - Mont Saint Honorat

Vol libre sous forme de rando-vol avec mon ami Eric Blanc. La rando est partie de la Pinée comme d'accoutumée. Nous avons atteint l'ante sommet en 3h00 et avons été accompagné à partir de la partie moyenne de la rando par un vent de Nord puis d'Ouest. J'y ai décollé après avoir attendu durant un bon moment qu'Eole se calme. Eric sur ce coup, a préféré faire la descente à pieds.


au Mont Saint Honorat




14.03.2012 - Ospedaletti

Le vol libre de ce jour fut animé par un rando-vol pour Jacques, Alex, Nadine, Jean-Claude, John et moi. Nous sommes partis de la plage (lieu d'atterrissage) à pieds pour rejoindre le déco avec comme objectif de m'envoler pour un vol biplace avec John. Ce vol est un baptême pour John. En vol, il me dira qu'il en avait rêver .... voila que c'est fait. Si le décollage s'est effectué avec aisance, l'atterrissage quant à lui, ne peut prétendre terme de facilité. En effet, quelque peu gêné par une aile qui arrivait de face en notre direction, ne savant pas exactement ce que le pilote allait faire, j'ai patienté trop longtemps à prendre la décision de m'aligner pour la finale, le prise de vitesse etc ..... le virage fait de trop m'amputa d'une bonne finaler bien longue pour une bonne prise de vitesse afin d' arrondir. Au contraire de cela, je me suis vu à aligner quelque peu en catastrophe avec peu de marge de manoeuvre. Ce qui devait alors arriver arriva, j'ai cratérisé la plage de galets ... ou plutôt la plage de gros cailloux qui se trouvaient à cet endroit. En fait, j'étais trop court pour amorcer une belle finale et un arrondi qui aurait permis d'amortir le posé.




29.02.2012 - Peille

Après une journée de travail, je suis allé rejoindre le déco de Peille pour un envol avec une masse d'air calme où j'avais une très légère brise de face mais suffisante pour décoller sans encombre. Le vol fut un plouf mais agréable à vivre. Le posé s'est fait sur le terrain de foot dans le premier tiers du terrain. En approche du terrain où il faut survoler grillage et cables, j'ai frôlé des branches nues d'un arbre juste avant d'engager la finale. J'ai posé pieds tranquillement et c'est ainsi que sont terminés ces instant du vol libre.




24.02.2012 - Petit Mounier (2727m)

En cette excellente et belle journée ensoleillée et chaude, Eric, Jacques, Psylvia et moi avons fait une rando en partant de Valberg pour atteindre le sommet du Petit Mounier (2727m). La rando a duré un peu moins de 3h30. Je me suis envolé avec mon ami Eric sous l'aile biplace de montagne Yéti (GIN). Quant à Jacques et Psylvia, ils se sont envolés en solo, avec une Ultralite 2 d'Ozone (aile de montagne. Les décollages se sont faits avec un très léger travers gauche et quasiment face au Mont Mounier (2817m). Nous avons tous bien joué le coup pour l'envol qui n'était pas aisé. Psylvia, Eric et moi avons posé sur le grand terrain des Condamines à Beuil. Jacques, il a posé à Crouis sur la planche qu'il connait bien et qui se trouve en bordure de la D30 à Beuil ( cf rando-vol).



Au
sommet du Petit Mounier ...



15.02.2012 - Mont Ferion et Peille

Mont Férion (Levens) - Petite escapade à pieds à partir des Grands Près de Levens jusqu'au sommet du Mont Ferion en 2 heures de temps. Nous étions 4 parapentistes à faire ce petit rando-vol. C'est une première sur ce site pour notre ami Christophe (depuis le temps qu'il voulait décoller du Mont Férion voila que c'est fait pour lui). Nous avons à décoller à partir d'une pente enneigée où il fallut faire, en préalable, une trace de lancement afin de faciliter le décollage. Je décolle en premier lors qu'Eric n'est pas encore prêt pour cela. Jacques quant à lui arrive juste au moment où je m'apprête à me lancer pour mordre la masse d'air. Christophe lui, n'est pas encore arrivé au moment où je décolle. En vol, les conditions sont calmes. Je file droit sur le grand prè de Levens pour m'assurer la finesse suffisante pour rentrer au terrain. Je pose vent de cul sans bobo et le rend utile en faisant du gonflage sans sellette pour apporter l'indication de la bonne direction de la brise à mon ami Eric qui s'approche du terrain. Son atterrissage et bien entendu bien plus académique que le mien. Il m'indiqua après son posé que mon aide au sol par mon aile levée à bout de bras lui a apporté les indications nécessaire pour poser dans le bon sens du "vent" ( cf rando-vol).


Vue du déco du Mont Férion




Peille - Après ce petit rando-vol, je plie mon matos, j'attends que mes potes aient tous posés pour leur proposer d'aller voler à Peille. Seul Christophe me rejoindra pour voler sur ce site de décollage au Nord du Mont Agel. Il m'aura aidé à décoller après n'avoir pu lever l'aile biplace montagne Gin du premier coup à cause de racines qui retiennent des suspentes au sol. Ma deuxième tentative fut couronnée de succès pour un vol calme avec un posé sur la pelouse du terrain de foot de la Grave de Peille. Quant à Christophe, n'a pas eu la même chance que nous. Il s'est montré un peu court en approche du terrain et a fini suspendu sur un cable et grillage du terrain de foot. Sans bobo heureusement ni pour lui, ni pour son matériel. Tout est bien qui finit bien.


Christophe à l'atterro de la Grave de Peille




08.02.2012 - Gourdon

Parti pour aller sur le site de Gourdon en fin de matinée, heureusement que j'avais un 4x4 pour aboutir jusqu'au déco car la neige était belle et bien là. Quoi que, il y a toujours la marche à pieds me dis-je mais bon .... en basket, aile de site sur le dos, je ne crois que pas que j'aurai vraiment apprécié. Reste qu'il me fallait monter jusqu'au deuxième déco, celui qui est le plus près de la boule d'observation. Il y a des traces de raquettes qui, par leur passage, avait assez bien tassé la neige. Ceci m'a facilité mon avancé. Une fois arrivé au déco 2, je constate une biroute qui me parle en me disant avec son doigt (girouette) "tu vois Polo, ça rentre de cul et de travers....(Nord Nord-Est)" et, ces conditons aérologiques ne vont pas te permettre de t'envoler !!!". Je fais fis de cela, et j'étale mon aile Aspen 2 sur le déco vierge de tout passage humain sur un tapis très épais de neige bien blanche, de toute évidence, fraichement tombée. Le temps que je prépapre l'aile et moi-même, le Nord Nord-Est tend à faiblir et parfois, la petite flemmèche qui est à l'Est du Déco, me montre une animation de Sud-est en ce point précis. Tiens .. tiens .... une petite aubaine se présenterait à moi pour décoller et peut-être la chance de pouvoir reposer tout près de la voiture laisser à une petite centane de mètres plus bas (déco 1) ? Mon aile déployée sur le tapis blanc, je fais ma trace de lancement en pietinant la neige pour me faciliter une course d'envol (ne pas trop m'enfoncer à chacun de mes pas) pour obtenir une prise de vitesse nécessaire et suffisante pour faire voler l'aile. Mon premier essai d'envolé est un échec avec la technique dos-voile ... l'aile part à ma gauche au bout de quelques mètres et s'écroule en n'ayant pu me replacer sous l'aile. La deuxième tentative avec un face-voile cette fois-ci se solde également par un échec avec écroulement de l'aile à ma gauche encore une fois. Arf ... c'est pas gagné mais j'y crois cette fois-ci encore plus fermement en me rapprochant plus près de la rupture de pente. Malgré l'absence de brise de face nette et suffisante, je décide de faire ma deuxième levée d'aile par un face-voile afin de bien faire monter mon aile bien au-dessus de moi pour n'avoir plus qu'à me retrourner et appuyer un peu plus sur la ventrale pour faire voler cette aile qui se montre mollassonne. J'ajoute que je place mon aile très légèrement plus de travers droit afin qu'elle ne fasse pas l'effet girouette en l'air, je tracte sur mes avants tenus dans ma main droite pendant que la gauche contrôle la suspente du frein gauche de mon aile. Mon aile monte et tout en reculant, je continu à faire face à mon aile jusqu'à ce que celle-ci vienne se positionner au-dessus de ma tête. L'aile au-dessus, je continue à reculer tout en faisant l'action de me retourner pour faire face à la pente sans oublier de ne rien lâcher au niveau des appuis ventraux pour que l'aile reste bien chargée. Il ne me reste plus alors, qu'à en rajouter et à accélérer mon pas de course pour m'envoler. Je sens mon aile me prendre en charge ... c'est tout bon c'est l'envol assuré. L'aile me prend en charge juste avant la rupture de pente. A cet instant, je vole. Je prends cap directement vers l'Est pour récupérer le dynamique du relief afin de ne pas perdre d'altitude et rester au-dessus de la crête car mon intention et d'aller poser tout bêtement et simplement au premier déco où se trouve mon véhicule. Opération réussie. Mon envolé n'est pas un vol mais tout simplement une envolée comme pour sauter d'une branche à une autre. Je range mon aile sur le déco 1 où se trouve le rocher réputé par son surnom de "rocher des putes" et je la range dans l'arrière de mon véhicule pour prendre la route du retour. Ce saut de puce m'a apporté le bonheur escompté car franchement, je ne pensais pas que cela serait possibile sans devoir aller poser au terrain d'atterrissage officiel. mais le chemin du retour à pieds aurait été bien plus long et fatigant. Donc, pour me faciliter un retour en début d'après-midi chez moi pour partir sur Tende, j'ai fait le maximum pour le minimum. A une prochaine envolée pour un vrai vol d'oiseau.



Enneigement du Site de Décollage de Gourdon




07.02.2012 - Gattières/Baou de la Gaude

En solitaire parce que les prévsizion ne favorisaient l'espoir d'aller voler alors qu'i était question d'aller voler sur le site de Gourdon avec Nicolas Ferraud. la matinée passe et je me rend compte que finalement, le vent météo de Nord Nord-Est annoncé ne semblait pas s'animer outre mesure. Que faire sinon que d'aller marcher et voir sur place (sur les crêtes ... là, il n'est pas question d'être sous le vent et ne pas sentir l'aérologie). Je pars de Gattières et hop, aile sur le dos, je refais ce chemin que j'ai déjà fait maintes fois depuis que Pierre Lauzières m'a fait connaitre ce site dit "sauvage"(non déclaré FFVL). Au déco, je constate une aérologie qui rentre par la droite (Ouest) mais de temps ent emps la bouffe vient de face. Je ne me pose plus de question et je déballe le matos sur un déco dépourvu de neige sauf à ma gaushe. J'allume mon GPS non pas pour avoir les ascendance que j'ai sais d'avance que j'en aurai pas mais juste pour avoir la trace et le temps de vol que je connais déjà comme un petit temps dans le temps (plouf). Décollage face-voile et hop, me voila envolé pour tirer tou droit sur le terrain d'atterrissage. Auparavant, j'avais maté les fumées qui m'indiquaient qu'en bas, il y avait de l'ouest qui alimentait les basses couches. Après la forte envie de dépasser le Var pour aller poser du côté de la rive Est, je me ravise pour poser sur le terrain habituel afin de m'éviter de remonter jusqu'au pont de la Manda pour ensuite récupérer le 4x4 à Gattières. Mon ressenti: petit vol mais grand bonheur.


Déco sauvage du Baou de la Gaude




02.02.2012 - Saint Jeannet / Baou de la Gaude

Ce fut un vol de 9'04 après une petite rando partie de Saint Jeannet pour décoller du déco du baou de la Gaude. Un vol reste un vol ... il y a un décollage, un vol même petit et un atterrissage. le tout accompagné de l'ami Jacques Allemand dans un contexte aérologique de Nord-Est.



Atterro de la route de la Baronne



25.01.2012 - Mont Grosso (Sospel)

Avec des amis de Club FFVL de Roquebrun'ailes, nous avions pour projet d'aller voler sur Ospedaletti mais une fois arrivés sur place, nous constatons qu'il y a de l'Est qui rentre un peu trop fort pour nos fragiles ailes. La présence de moutons sur la grande bleue italienne nous amène à temporiser avant de monter au déco. Après reflexion, nous décidons de changer de site car ici nous considérons que c'est trop venté. Il y a, selon nous, absence de marge de sécurité car le vent météo pourrait se renforcer rapidement. Nous pensons aller voler sur Bévéra mais, arrivés à Vintimille, l'Est n'a pas perdu de sa force. Nous choisissons alors d'aller sur le Site de Sospel pour voir si c'est meilleur et volable surtout. Une fois arrivés à Sospel, nous avons préféré le Mont Grosso à l'Agaisen. Nous y montons avec un véhicule après avoir pris soin d'en laisser un tout près de l'atterro pour la récup. J'arrive le premier au déco qui se montre recouvert de crottes de moutons. Ceci dit, ce n'est pas cela qui me gêne à déployer mon aile afin de me préparer à l'envol. Les flemmèches montrent une alimentation de face ce qui devrait faciliter un bon décollage. Le ciel est assez bleu et des thermiques font frissonner des feuillus en versant Ouest (observation faite en montant vers le décollage). La masse d'air est froide. Je me dis que ça devrait bien monter en l'air. Mon aile est déjà prête quand mes amis n'en sont qu'à déballer leur aile de leur sac. Après avoir écouté et senti la masse d'air qui laisse penser à une aérologie dynamique, on sent bien l'air venant frapper la pente du déco et ce, est bien de face (Sud). Mais le déplacement des nuages nous montre aussi que plus haut, il y a du Nord-Ouest. Vent de face au déco, la ventilation est le plus souvent linéaire ce qui me pousse à lever l'aile sans trop d'interrogations. L'aile bien levée sur ma tête, je temporise un temps histoire de bien sentir ce qui se passe puis, à un moment donné, il y a un faiblissement de l'air qui m'oblige à mettre du poids à la ventrale. Ceci m'impose d'avancer induisant du coup l'envie de décoller. A cet instant, je n'hésite plus, je m'élance dans une course d'envol qui n'a d'ailleurs pas lieu puisque j'ai été tiré vers le haut en l'espace de trois ou quatre pas. Voila que mon aile vole. Je fais un peu l'essuie glace au devant puis au-dessus du déco afin d'attendre les amis restés encore au sol. Je cherche à prendre du gain. Je trouve de quoi monter à la droite du déco (Ouest). Je m'élève environ 200m au-dessus du déco. Je sais que je peux rester sans problème dans ce coin car il y a de quoi faire mais voyant que mes amis n'avaient pas encore esquissé le moindre mouvement avec leur materiel pour prendre l'air, je finis par m'écarter du relief, non pas pour chercher à gagner de l'altitude mais plutôt pour me rapprocher vers Sospel. En fait, je ne me sentais pas bien en vol. Ce sont les nuages qui se dessinent et se destinent à envahir le ciel qui me font prendre cette décision. Je me rends compte aussi que j'ai énormément perdu à voler avec une aérologie un peu animée par du météo. Je pense avoir trop voler en aéologie calme de par mes échappées en montagne (rando-vol). Est-ce une question de me réhabituer au vol thermique ou ventilé ? très probablement... il va me falloir accepter d'être secouer et bien contrôler l'aile qui va se montrer alors nerveuse. Pour revenir à mon vol, je prends cap vers l'Agaisen en survolant divers vallons. Je ne perds pratiquement pas d'altitiude, j'en gagne même (je vole sans instrument) quoi que oui mais, mon GPS alti-vario préalablement allumé pour avoir au moins la trace du vol, est dans une poche de ma sellette. Je ne peux donc avoir aucune indication matérialisé qui confirmerait mes perceptions, à part de l'entendre légèrement biper. Arrivé vers l'Agaisen, je fais le choix de m'exposer en Ouest. A cet endroit ça tenouille bien et je peux même enrouler de petits thermiques mais bon pas de quoi m'élever très haut dans le ciel non plus. En ces lieux ça bougeotte bien, un peu trop à mon goût. De toute évdidence, l'aérologie est malsaine et quand je regarde les fumées de cheminée, celles-ci, d'un coin à l'autre ne parle pas de la même façon. Le ciel s'obscurcit de plus en plus. Je veux descendre. Je fais les oreilles et même dans cette configuration de vol, ça descend que peu et encore quand ça veut ben descendre ... ça monte même parfois. Pas bien dans ma tête, je n'ai pas envie de faire une descente rapide. Je m'essaie tout de même à engager quelques 360 mais, je n'ai pas envie de véritablement me centrifuger. Je reste alors avec une méthode douce, la descente aux oreilles avec le temps que cela prendra. Patiemment, j'attends de descendre progressivement mais tranquillement. Je me retrouve finalement en dessous du décollage de l'Agaisen. Je lache les oreilles. Je me fais balloter et en plus je remonte. Je reprends alors les oreilles pour descendre encore plus à la recherche d'une aérologie plus docile. Finalement, c'est pratiquement aux oreilles que je pose pieds au sol et soulagé.



Au déco du Mont Grosso (sur les hauteurs Nord de Sospel)




18.01.2012 - Bévéra (Vintimille)


C'est mon premier vol sur ce site que je connais pas. Pourtant, quand je descends de Tende, j'avais déjà apperçu des parapentistes survoler le relief où se trouve le déco. C'est avec la bande de copains de club (Roquebrun'ailes) que je vais m'envoler pour la première fois. En préalable, je devais aller voler sur Gourdon mais les prévisions météorologiques n'étaient pas au rendez-vous. Il n'était pas judicieux d'aller voler sur ce site. Avec Nicolas et Philippe, nous décidons d'aller tenter le site de Bévéra et nous n'en reviendrons pas déçus. Au déco, les conditions sont assez molles ... tout juste à peine de quoi maintenir les flemmèches à 45° de l'horizontale mais il est encore trop tôt. Sur ce site, il est préférable de s'envoler plutôt dans l'après-midi (dixit un parapentiste italien du coin). Malgré cela, Nicolas, chaud comme la braise, se montre impatient à se mettre en l'air. En fait, nous sommes les deux impatients du groupe pour voler sans trop attendre. Perso, je suis dans l'attente que Nicolas se décide pour m'envoler à mon tour. Quand Nico, lève son aile pour s'envoler, je le regarde un temps évoluer pour avoir quelques renseignements de l'aérologie. J'ai déjà les "avants" dans ma main droite pour être prêt à lever l'aile pour m'envoler. J'attends une petite bouffe pour le faire et hop ... me voila à lever l'aile face à la voile puis à me retourner pour faire face à la très douce pente afin de surfer sur la masse d'air. Sur ce site, le plus gros obstacle est une ligne haute tension. Avec les petites conditions du moment, je lutte pour passer au-dessus de la ligne électrique. J'imite un peu le plan de vol de Nicolas. Je tiens un peu mieux dans la masse d'air que Nico grâce à mon aile plus performante mais, je ne tarde pas à le rejoindre à l'atterrissage. Le matériel plié et rangé, un parapentiste italien nous remonte au déco. Entre temps, Lalou s'était mis en vol et se fait un vol dantesque par rapport à nous. A peine arrivés au déco, nous déballons vite nos ailes pour remettre un autre envol avec l'espoir cette fois-ci de faire comme Lalou, voler et voler encore. Une nouvelle fois, je décolle après Nicolas et là, ce sera pour un grand vol. Un vol de près d'une heure écourté volontairement. Je retiens de ces deux vols, une importance à tenir compte de la ligne haute tension et de ses poteaux que l'on vient frôler pour passer en son dessus. Je retiens la camaraderie du groupe où il fait bon d'y vivre et partager des moments forts avec un esprit de solidarité, d'entraide et de complémentarité tout comme l'humilité qui y règne. Je retiens aussi l'agréable sentiment d'avoir pris du plaisir à évoluer avec mon aile que j'avais laissé un peu de côté pour la pratique du rando-vol qui a occupé la plupart de mon temps de vol libre si ce n'est la quasi totalité. Que c'est bon aussi de revoler avec des sensations et des besoins de performance pour rester dans le ciel avec les copains. Une journée de vrai bonheur en toute simplicité. Cela valait bien deux bières pression dans une brasserie de la Turbie au retour.



Au déco de Bévéra



17.01.2012 - Ospedaletti

C'est mon premier vol 2012 sur site avec mon aile Aspen 2 et ce, sur le site Ospedaletti (entre Bordighera et San Remo). C'est une première pour moi car je n'ai jamais volé dans ce coin ni en Italie d'ailleurs. Ce sont les amis volants du club Roquebrun'ailes qui me font découvrir ce site dont j'entendais parlé depuis quelques temps. Je suis un peu impatient sur le déco mais je m'oblige à ne pas décoller le premier car je ne connais pas le ou les bons plans de vol. Pourtant, c'est Eric qui, tout comme moi vient voler pour la première fois, qui fait le fusible. Ensuite c'est Nicolas Ferraud suivi de Lalou. C'est derrière Lalou que j'enchaine mon déco. Je prends vite mes marques en regardant ceux qui sont déjà en l'air mais ensuite je vole avec mon feeling. Je ne tarde pas à prendre de la hauteur pour me retrouver bien au-dessus du déco. Il y a de l'Ouest qui rentre et je comprends mieux pourquoi au déco, c'était travers droit ce qui m'a causé quelques soucis pour décoller proprement mais bon ... je me suis adapté sans trop de problème. Je n'ai pas fait le meilleur plaf du groupe mais je suis assez content de moi finalement. L'aérologie n'était pas des plus saines mais pas non plus des plus pourris... il faut encaisser quelques mouvements de l'aile. Après environ une demi heure de vol, je suis allé poser volontairement sur la plage d'Ospedaletti où se trouve une manche à air afin de mettre un terme à ce vol où, il y avait de l'Ouest qui rentré et qui a quelque peu jouait au trouble fête.


Sur la plage d'Ospedaletti ...




16.01.2012 - Baou de la Gaude

Avec mon ami Eric Blanc, nous décidons de rejoindre le déco du Baou de la Gaude en partant de la zone Saint Esteve. En un peu moins d'une heure, nous nous envolons pour aller poser avec nos ailes de montagne sur le terrain qui longe la route de la Baronne. C'est mon premier vol de l'année 2012 et j'espère qu'il y en aura beaucoup d'autres. Ce fut un très petit vol mais c'est toujours un grand moment et du bonheur à m'envoler. J'ai juste posé mon aile sur des ronces et ça, ça ne me plait pas trop.



Sur la crête qui mène au Gros chêne avec Eric Blanc



Les vols se succèdent .....


Revenir au contenu | Revenir au menu