Parapente Passion 06


Aller au contenu

Menu principal:


1999

Parapente

Mes débuts en parapente



Juin 1999 est le mois et l'année de mes premiers apprentissages pour tenter de voler en parapente. Cela s'est fait à l'école du Vol Libre de la Colmiane (EVLC) agréée FFVL dans les Alpes-Maritimes. J'avais opté pour un Stage Forfait 40 vols. Dans cette école, je fais donc mon premier stage sous la responsabilité de Gilbert BICCO (moniteur BE), assisté d'un autre moniteur surnommé JC (Jean-Christophe). J'ai gardé de très bons souvenirs de cette époque dont j'en ai encore la nostalgie.


Gilbert BICCO


C'est JC qui m'a pris en charge en pente école. Il m'a appris à lever l'aile sur ma tête et la garder à son dessus en courant droit devant dans un premier temps puis, en faisant des zigzags. Cette étape, je l'avoue difficile pour en avoir souffert physiquement. Mes bras et cuisses en avaient gardé les stigmates pendant plusieurs jours à cause des frottements et pincements des sangles et élévateurs. C'est avec une Arcus que j'ai fait mes débuts au sol.

Concernant la pratique, quand je fus considéré prêt à faire mon "premier grand vol" c'est Gilbert qui m'assista au déco du PIC de la Colmiane. Quand à JC, lui, était à l'attéro pour me guider une approche et un attéro avec sécurité.
Ils m'ont fait apprendre par coeur les 5 règles de sécurité qui doivent être inspectées et respectées avant de décoller.

Il fallait systématiquement vérifier avant chaque décollage:

1) l'attache de la boucle de la cuisse gauche
2) l'attache de la boucle de la cuisse droite
3) l'attache de la ventrale
4) la bonne fermeture du mousqueton des élévateurs droit
5) la bonne fermeture du mousqueton des élévateurs gauche

"


A cela, il fallait vérifier que le casque soit bien attaché et que la liaison radio soit effective.

Mon premier déco s'est passé comme une lettre à la poste..... no problémo et mon premier attéro idem !!! Tout va bien pour le meilleur des mondes donc !
Les vols s'ensuivent au grè de la météo et des conditions aérologiques. Il n'était pas question de décoller en fin de matinée car les conditions forcissaient et c'était péteux. Donc vols du matin (au Pic) et vol du soir (à la Balme ou à Veillos) était le programme d'une journée classique de parapente à la Colmiane avec Gilbert.
Pour la théorie, qui comprend plusieurs thèmes (mécanique vol, aérologie, météorologie, réglementation, ...) , elle s'apprenait aussi bien dans le local de l'école que sur le terrain en regardant les phénomènes naturels qui se manifestaient et évoluait au cours de la journée.

Mais au fait........ c'est quoi et où se trouve la Colmiane ?

La Colmiane est une petite station de ski située dans les Alpes du Sud environ à 60 km de Nice. Nichée à 1500 mètres, elle est réputée pour sa convivialité et son esprit familial. Outre le Ski, on peut y faire de superbes activités de plein air comme la randonnée pédestre, le mini-golf, l'équitation, le VTT, l'accrobranche, la via ferrata, de l'escalade en école et bien sur, vous l'avez compris ... du parapente.


Pour revenir au parapente, le site de la Colmiane à plusieurs orientations: Ouest, Sud-ouest, Sud-est, Est.

Les décollages (5 décollages avec leur orientation):

- Le PIC de la Colmiane à 1790 m (N-Ouest)
- La Balme à 2100 m (Ouest et Est)
- Veillos 1 à 2100 mètre d'altitude (Ouest - Sud-Ouest)
- Veillos 2 à 2150 (Sud)
- La Raya (Sud)

L'atterro quand à lui, se trouve en contre-bas de la station de ski près du village de St Dalmas de Valdeblore.

Arf, je m'égare ..... ne parlais-je pas de mon apprentissage ? Donc j'y reviens.

Au fil des vols toujours dans mon forfait 40 vols je progressais tant bien que mal avec des différents apprentissages comme les types variés d'approche pour attérir (PTU - PT8 - PTS) - savoir faire les oreilles - Contrôler son aile en apprenant à déclencher du tangage et le stopper net - déclencher le mouvement de roulis et l'interrompre, le virage aux commandes et à la sellette, les premiers enroulements de thermique........

Au grès du temps passé sous une aile de parapente, les sensations et réactions se pauffinent.
Une panne de radio m'oblige à atterir en totale autonomie et ça s'est très bien passé, juste un peu de frayeur surtout pour le mono qui voyait que je ne faisait pas ce que lui, me dictait à faire.

Je m'approche de la fin de mon forfait. j'envisage à présenter mon brevet de pilote (je suis un peu pressé de savoir si j'avais le niveau de pilote autonome en local). Je passe la théorie avec réussite, il me reste à faire valider la pratique.
Je commence à penser stage de perfectionnement et j'en parle à Gilbert qui me répond "que crois-tu faire en ce moment ?" je reste surpris, j'en avais pas pris conscience.

Mais je reste toujours un peu bourrin (très certainement issu de mon tempérament) et vint ce qui arriva: une bonne tapée au déco.
Je lève mon aile qui a du mal à prendre l'air mais je fonce quand même (je veux qu'elle vole du premier coup), je lève les bras, l'aile me dépasse je décroche du sol, je ne me sens pas pour autant porté, je freine à fond et le choc au sol se fait sur mon poignée gauche.... aïe aïe aïe !!!!! fracture au niveau de l'articulation du poignet.

Fifou (un pilote local) à la gentillesse de me ramener la moto à la maison et Gilbert, dans son 4x4 Toy me ramène moi. Gilbert, cet homme réputé être rustre pris souvent de mes nouvelles et cela me fit, par ailleurs, énormément plaisir.
Le temps de la réparation de mon os, je repris l'activité mais à Roquebrune Cap Martin car nous étions en hiver. j'ai du y faire 2 ou 3 vols la-bàs. Mon forfait est fini, je n'ai plus de thune et je reste sans voler durant près de 5 ans.



Revenir au contenu | Revenir au menu